Luc Longley : « Les Espagnols se font embrasser la b*** par les Dieux du basket à chaque fois qu’on joue contre eux »

Luc Longley : « Les Espagnols se font embrasser la b*** par les Dieux du basket à chaque fois qu’on joue contre eux »

Après avoir mené pendant quasiment toute la rencontre, qui s’est terminée après deux prolongations, les Australiens se sont finalement inclinés en demi-finale de la Coupe du Monde face aux Espagnols. Et face à la déception, certains dérapages ont pu avoir lieu. Andrew Bogut par exemple qui n’a pas hésité à charger la FIBA, ses adversaires et les arbitres, mais aussi Luc Longley plus récemment. L’ancien pivot des Bulls s’est lui aussi lâché sur les Espagnols, sans aller aussi loin que son compatriote heureusement, même si le langage peut choquer.

« Ca a été très dur pour les gars. Ils ont vraiment bien joué putain. Pardon, ils ont très bien joué et ont été très réguliers. Ils n’ont rien lâché et j’ai le sentiment qu’ils méritaient de remporter de match, que ce résultat n’est pas le bon. Évidemment, nous les avons un peu aidés à gagner en faisant des erreurs, mais c’est impossible de pointer du doigt des actions ou des stats en disant qu’on a perdu à cause de ça. Les gars sont furieux et ils sont abattus. Vers où leur rage est dirigée ? Je ne sais pas, probablement un peu partout. C’est contre cette équipe que nous avons perdu aux Jeux Olympiques de Rio (lors du match pour la médaille de bronze ndlr), mais là encore on avait l’impression qu’on méritait de gagner, que les gars avaient assez bien joué pour l’emporter. Ces deux défaites se ressemblent beaucoup. On méritait vraiment de gagner lors des deux matchs. Je ne sais pas ce qu’on doit faire, peut-être trouver un autel et faire un sacrifice, se mettre les Dieux du basket dans la poche parce qu’ils ne nous embrassent pas sur la bite comme ils le font pour les Espagnols. Vous pouvez écrire ça si vous voulez. » Luc Longley.

Le pivot a notamment choisi de ne pas commenter l’arbitrage, et a donné quelques conseils aux siens pour se préparer le mieux possible au match pour la troisième place, qui aura lieu dimanche à 10 h et qui les opposera à la France.

« Ca ne va pas nous rendre service de critiquer les arbitres. On doit jouer un autre match et on peut encore décrocher une médaille. Ce n’est pas le bon moment de pointer du doigt ces nuls. Il faut se reconcentrer et finir le boulot. Mon conseil, c’est qu’il faut qu’ils prennent d’abord soin d’être bien préparés mentalement, avant même d’être prêts physiquement. Il faut qu’ils expriment leur frustration sans que ça leur cause du tort physiquement. Il y a encore une médiale de bronze à aller chercher, je sais que c’est un lot de consolation, mais personnellement je donnerais tout pour avoir une médaille de bronze, je n’en ai jamais eue. Ces gars se sont tellement donnés, ils méritent tellement… Ce n’est pas juste. » Luc Longley.

Comme les Français, les Australiens avaient donc deux jours pour oublier la déception et se préparer au mieux pour jouer la prochaine rencontre.

« Le truc, c’est de ne pas transformer cette frustration en une nouvelle défaite. Il faut cicatriser la plaie tout de suite, sans boire d’alcool. D’habitude je fais comme ça moi, mais ce n’est pas le moment. Je n’ai rien de beau à leur dire, je suis un peu sous le choc, poignardé dans le cœur. » Luc Longley.

Longley a remporté trois titres et a tourné à 7,2 points et 4,9 rebonds par match en carrière.

Via Fox Sports.

Voyage : Deux affiches NBA de rêve à Boston !

Leave a Reply