Doc Rivers raconte les coulisses de l’arrivée de Kawhi Leonard et Paul George et l’ultimatum posé par le dernier MVP des finales

Doc Rivers raconte les coulisses de l’arrivée de Kawhi Leonard et Paul George et l’ultimatum posé par le dernier MVP des finales

Depuis mi-juillet et l’annonce de la venue de Kawhi Leonard et Paul George, les fans des Los Angeles Clippers sont en plein rêve. Le coach de la franchise Doc Rivers a raconté les dessous de ce double recrutement. Il y a tout d’abord eu les fameux déplacements des membres de la franchise à Toronto pour assister aux matchs, ce qui n’a pas trop été du goût des Raptors. Puis la phase de recrutement à partir de l’ouverture de la free agency.

« J’ai beaucoup de crédit dans cette histoire, et Jerry West également, mais le gars qui a permis tout ça est Lawrence Frank. Il a fait tout le boulot. Grâce à lui, Steve Ballmer est allé voir des matchs des Raptors, et lui même a assisté à plusieurs d’entre eux. Nous avons été avertis que plus aucun des employés des Clippers ne pourrait venir aux matchs des Raptors, alors nous avons envoyé des gars justes s’asseoir dans les tribunes. Ce que nous faisions n’était pas mal, mais voir Ballmer assis à côté du terrain à Toronto était un peu bizarre. Par contre, nous n’avons pas dit un mot à Leonard. On voulait juste que Kawhi sache que nous étions là et intéressés. Ensuite, nous avons eu un rendez-vous avec Kawhi à ma maison à Malibu et on avait alors le sentiment de tenir la corde. Les Lakers avaient eux aussi eu un rendez-vous et ils ont essayé de le faire venir à leur nouveau centre d’entrainement, mais il leur a dit de venir à sa chambre d’hôtel. Pour nous, il nous a dit qu’il viendrait chez moi. Quand on a entendu ça, on avait le sentiment qu’il nous disait qu’il voulait signer aux Clippers. » Doc Rivers.

Cette conversation à la maison du coach marque la première fois que les deux hommes évoquaient le sujet d’une arrivée de l’ailier à Los Angeles. Pourtant, Rivers n’a pas ménagé ses efforts pour essayer de lancer la conversation plus tôt.

« J’ai essayé de lui parler l’année dernière une ou deux fois quand il passait à côté de moi, mais on ne pouvait rien lui tirer. Il est arrivé à ce rendez-vous, nous a serré la main et a commencé à parler. Nous nous étions préparés à un entretien où il aurait fallu lui tirer les vers du nez, mais c’est lui qui a parlé et il nous a dit exactement ce qu’il voulait. C’est-à-dire qu’il voulait jouer sous mes ordres. Ensuite il a dit : « Mr Ballmer, j’adore ce que vous faites et les idées que vous défendez. Mais l’équipe n’est pas assez bonne, et si vous ne changez pas le groupe, je ne viens pas. » On avait une liste de gars que l’on visait. C’était une erreur, mais nous avons eu de la chance. Avec cette liste, on lui disait qu’il pouvait choisir avec qui il pouvait jouer et qu’on allait réussir à le faire venir. En fait, on ne savait pas si on allait réussir à conclure le moindre trade. On lui a montré les gars qui, on pensait, allaient être complémentaires avec son style de jeu et quand il a vu le nom de Paul George il a dit : « Je veux jouer avec lui. » On lui a montré les autres gars, mais il ne voulait pas en entendre parler. Il est resté sur son choix donc après cette réunion on s’est posé deux minutes et j’ai dit : « Il faut que l’on récupère Paul George. Je ne sais pas comment, mais il le faut. » On savait que OKC voulait se reconstruire et faire de gros changements dans leur effectif, donc ça a aidé, mais on ne savait pas si on pouvait le récupérer. » Doc Rivers.

Ce transfert leur a malgré tout coûté pas mal de choses : des premiers picks de draft non-protégés en 2022, 2024 et 2026, en plus de ceux de Miami en 2021 et 2023 et de Shai Gilgeous-Alexander et Danilo Gallinari (également deux swaps en 2023 et 2025, c’est-à-dire que le Thunder pourra choisir ou non d’échanger ses choix de draft contre ceux des Clippers).

« Steve Ballmer était nerveux à propos des picks, mais je lui ai dit : « Steve, tu affirmes que six picks pour Paul George, c’est beaucoup trop. Mais ce n’est pas que pour Paul George, c’est pour George et Kawhi Leonard. Trois pour chaque. Moi, personnellement, je ferais ce trade. » » Doc Rivers.

Malgré ce wagon de tour de draft, le Thunder n’a pas accepté l’offre des Clippers et Leonard se dirigeait donc de plus en plus vers les Lakers.

« Le jour où le trade a été fait, ce n’était pas gagné. À midi, il était même annulé. J’étais chez moi, Lawrence m’a appelé et m’a dit : « Apparemment, soit il retourne à Toronto soit il va aux Lakers. » Je ne pouvais pas supporter l’idée qu’il rejoigne l’autre franchise de Los Angeles. Je me rappelle avoir répété à Lawrence qu’on ne pouvait pas laisser ça se produire. Je lui ai aussi dit, en blaguant, que si ça arrivait, on pouvait déménager à Seattle. Je blaguais, mais j’étais aussi un peu sérieux, j’y croyais. » Doc Rivers.

Trois heures plus tard, le deal était à nouveau sur la table, avant d’être à nouveau annulé, puis prêt de se conclure, et annulé encore une fois. Pour oublier cette mauvaise nouvelle, Rivers a décidé d’aller se faire un restaurant avec des amis.

« C’est là que mon téléphone a sonné et que j’ai eu Lawrence au bout du fil. Il m’a demandé où j’étais, je lui ai répondu et il m’a dit : « Sors de là, ils ont un réseau tout pourri ici. Va quelque part où tu captes mieux, le transfert va peut-être se faire. » Donc je me suis éloigné et nous avons fini par conclure ce deal. Je suis retourné au restaurant, et le serveur était un fan des Lakers. Il n’arrêtait pas de dire qu’ils allaient signer Kawhi. La nouvelle n’était pas encore sortie et je lui répondais « Je n’en suis pas si certain. » » Doc Rivers.

Mais même avec ces deux nouvelles recrues cinq étoiles, Doc Rivers est conscient qu’une toute petite partie du chemin a été faite. Il faut encore parvenir à les faire jouer ensemble?

« Nous avons gagné l’été, mais il nous reste à gagner la saison. Nous n’avons encore rien remporté. Le vrai travail commence. » Doc Rivers.

Via Los Angeles Times.

Voyage : Deux affiches NBA de rêve à Boston !

Leave a Reply