Mike D’Antoni : « Avec Russell Westbrook, si les gars veulent avoir la balle ils vont devoir courir »

Mike D’Antoni : « Avec Russell Westbrook, si les gars veulent avoir la balle ils vont devoir courir »

Avec l’arrivée de Russell Westbrook à Houston, on se doutait bien que les Rockets allaient jouer plus vite. Et cette intuition s’est révélée vraie, puisque quand le meneur est sur le terrain, les Texans affichent une pace (nombre de possessions par match) de 119, loin des 103 de la saison dernière.

« J’ai toujours été persuadé que le meneur donne le ton au niveau de la vitesse de l’équipe. Tout le monde joue au rythme du meneur. Il y avait un certain rythme avec Steve Nash aux commandes, un autre avec James Harden, un autre avec Chris Paul… Maintenant nous avons Russ et le reste de l’équipe va s’adapter à ce qu’il fait. S’ils veulent avoir la balle et être impliqués, ils vont courir. » Mike D’Antoni, le coach des Rockets.

Quand son meneur ne se projette pas à toute vitesse à contre-attaque et doit trouver des opportunités sur demi-terrain, D’Antoni s’arrange pour que Westbrook joue sur ses forces là-encore, notamment le jeu dos au panier.

« Le jeu dos au panier est une partie importante de mon jeu. On en a parlé avec le coach, je vais pouvoir l’utiliser à mon avantage quand des gars plus petits seront sur moi, c’est-à-dire à peu près chaque soir. Je ne l’utilise pas pour scorer à chaque fois, mais aussi pour faciliter le jeu, aller dans la peinture. Pour le scoring, si c’est du 1 contre 1 j’en profite, il suffit de lire la défense. J’ai utilisé cette arme toute ma carrière. Et je crois que j’ai été meilleur passeur de la NBA l’année dernière. » Russell Westbrook.

« On verra Westbrook jouer dos au panier contre des joueurs plus petits. Quand vous avez sous vos ordres un gars qui a été MVP, avec le talent qu’il a il peut tout faire. Il va trouver les choses où il est le plus à l’aise, et on va bosser là-dessus. » Mike D’Antoni.

L’avantage aussi d’utiliser Westbrook de cette manière, c’est que ça permet de limiter ses pertes de balle, sa plus grosse faiblesse. Le meneur ne perd en effet la balle que lors de 8,7% des situations de postup.

Via The Athletic.

Voyage NBA à San Francisco : Partez voir les Warriors face à deux prétendants au Chase Center !

Leave a Reply