Ryan Saunders : « Tu restes bouche bée »; Karl-Anthony Towns : « Un groupe spécial comme ça, arrive très rarement en NBA »

Ryan Saunders : « Tu restes bouche bée »; Karl-Anthony Towns : « Un groupe spécial comme ça, arrive très rarement en NBA »

Qui aurait misé sur les Wolves lors d’une soirée d’ouverture à 50 points de Kyrie Irving pour son tout premier match au Barclays Center ? Pourtant Minnesota l’a bien emporté, certes de justesse, 127-126 en prolongation la nuit dernière. En plus du spectacle offert par Irving au public, Karl-Anthony Towns a aussi alimenté les fans avides de basket depuis quelques mois : le pivot a signé 36 points à 11/22 (7/11 à 3-points), 14 rebonds, 3 interceptions, 3 contres et 3 passes en 38 minutes.

« Ça a été une soirée mouvementée. (Dans ce genre de situations), tu restes bouche bée. » Ryan Saunders

Pas très adroit sur le match (8/25, 21 points), Andrew Wiggins a pourtant lui aussi été décisif dans ce premier succès de la saison pour les Wolves, avec deux layups consécutifs pour donner l’avantage 127-124 aux siens à 52.8 secondes du buzzer de la prolongation.

« Si on me laisse un shoot ouvert je vais le prendre, mais je me suis surtout concentré sur les pénétrations, parce que j’avais le sentiment que ça m’avait plutôt bien réussi sur le match jusque-là, donc j’ai continué. » Andrew Wiggins

Quelques instants plus tard, c’est Josh Okogie qui s’est illustré face à Irving, qui avait le shoot de la gagne dans les mains mais qui a trébuché avant de retrouver son dribble puis d’enclencher un tir près de la ligne des lancers après une tentative d’interception du sophomore. Juste avant, Saunders avait procédé à trois changements en remplaçant Jeff Teague (14 points à 5/8, 4 passes), Towns (5 fautes) et Wiggins par Okogie (11 points en 14 minutes), Jake Layman et Noah Vonleh. Un choix suggéré par le titulaire Robert Covington (15 points à 6/11, 9 rebonds). La second unit avait aidé l’équipe à prendre jusqu’à 18 points d’avance en première mi-temps.

« En faisant rentrer notre lineup défensif le plus grand, on voulait que les gars puissent switcher à tout moment. Ce n’est pas un reproche à qui que ce soit d’autre, mais c’était simplement les gars qui avaient vraiment joué dur en défense. Ils peuvent tous faire beaucoup de choses différentes, et c’est ce dont on avait besoin, surtout à ce moment-là. » Robert Covington

Après le match, l’enthousiasme et la fierté de la victoire étaient là, mais les 81 matchs encore à jouer après celui-là présents dans les têtes aussi.

« Un groupe spécial comme ça, ça arrive très rarement en NBA. Tout le monde dans ce vestiaire est là pour un objectif commun : gagner. On s’est rapprochés, et on l’a vu quand le match s’est resserré, peu importe l’écart, on est restés unis, ensemble, on a continué à se faire confiance. » Karl-Anthony Towns

via Star Tribune

Leave a Reply