Kemba Walker : « Il était temps ! »

Kemba Walker : « Il était temps ! »

A l’entame du dernier acte entre les Celtics et les Raptors, Kemba Walker restait sur 7 premiers quarts en vert très très compliqués. Mais il a fini enfin par se libérer et a aidé les C’s à s’imposer en plantant 11 de ses 22 points dans le dernier acte.

« J’étais tellement heureux. Genre ‘Il était temps !’ Ça a été difficile, même entre le dernier match et ce soir. Je voulais en quelque sorte être moi, et ces gars m’ont permis de l’être. Je me suis en quelque sorte débarrassé de la pression. C’était tellement le pied. Je me suis éclaté.  » Kemba

Lors des 7 premiers quarts de sa carrière à Boston il a shooté à un horrible 8/31 dont 2/11 à 3-pts après avant le dernier quart cette nuit il était à 4/13 dont 1/5 derrière l’arc. Il est entré à 9’18 de la fin et tout à coup on a retrouvé Kemba Walker, agressif et en réussite. Il a rentré un pull-up à mi-distance puis a enchaîné avec un shoot derrière l’arc. Il a ensuite attaqué le cercle pour trouver à chaque fois des solutions.

« Cela se voyait qu’en début de rencontre il avait la pression, il a raté quelques shoots qu’il mettra. Puis il a commencé à attaquer le cercle, il a mis son petit pull-up, puis un pull-up à 3-pts, et ensuite il est allé quelques fois se frotter aux intérieurs et a mis ces layups. Il avait l’air d’avoir enclenché la vitesse supérieure, et il a été simplement Kemba Walker. » Brad Stevens

Il a planté 11 des 13 points des siens sur une courte période de 2’37 pour garder les siens dans le match alors que les Raptors étaient chauds.

« Je n’en dirai jamais assez sur les gens autour de moi. Le coaching staff, et plus important encore, mes coéquipiers, me permettent vraiment de rester confiant. Ils ne cessent de me parler durant la rencontre. Ils savaient que je voulais bien jouer et je voulais mettre ces shoots, mais ça a été difficile. Je ne peux pas les remercier assez. Ils m’ont permis de garder confiance. J’apprécie que ces gars me permettent de rester équilibré, confiant et d’être simplement moi. » Walker

Il n’a pas seulement donné le ton offensivement puisqu’il a également provoqué des passages en force, dont un sur OG Anunoby avec 1’31 à jouer alors que Toronto tentait de revenir.

« Il a toujours fait ça. Quand Team USA a battu la Turquie dans ce match en prolongation, il a provoqué deux passages en force en prolongation qui étaient aussi importants que n’importe quel gros shoot qu’il a pu mettre. Il a toujours été un gars prêt à sacrifier son corps. » Brad Stevens

Via ESPN

Leave a Reply