James Harden : « Les gens ne sont pas impressionnés parce qu’il s’agit de moi et Russell Westbrook »

James Harden : « Les gens ne sont pas impressionnés parce qu’il s’agit de moi et Russell Westbrook »

Le match entre les Wizards et les Rockets mercredi n’a pas fait briller les défenses des deux équipes (victoire des Rockets 159 à 158, sans prolongation) mais il a permis à James Harden et Russell Westbrook de s’illustrer. Le premier a marqué 59 pions et Russell Westbrook a réussi un triple-double. Sans que cela ne déchaîne les passions.

« Je pense que c’est juste parce que c’est moi et Russ. Si Russ fait un triple-double, c’est considéré comme normal. Si je mets 55 ou 60 points, pareil. Si quelqu’un d’autre le fait, pour établir un record de carrière, tout le monde est impressionné. Ce n’est pas grave, j’essaie juste d’aller sur le terrain et de gagner des matchs. S’il faut que Russ fasse un triple-double et que je marque autant pour qu’on enchaîne les victoires, alors on continuera. » James Harden.

Et Westbrook, qui a établi son record personnel à 58 unités contre les Blazers en 2017/2018, en a profité pour défendre l’abattage de son coéquipier.

« C’est vraiment dur de mettre 50 points. Il donne l’impression que c’est facile quand on regarde de l’extérieur, mais ce n’est pas le cas. Je peux vous le dire. Je sais que souvent les gens voient les stats et disent que c’est facile. Mais ça demande de l’énergie, de la précision, du travail et évidemment du talent. Faire ça sur tout un match et rester concentré, c’est quelque chose qu’on ne peut pas enseigner. » Russell Westbrook.

Les deux stars des Rockets se démènent, mais ils ont encore de la marge en attaque puisqu’Eric Gordon, lui, n’est clairement pas dans le coup en ce début de saison : il ne tournait qu’à 27% à trois points sur les quatre premiers matchs. Ce qui n’empêchait pas les autres Texans de lui maintenir leur confiance.

« Je dois juste être prêt tout le temps. Il s’agit d’aller sur le terrain et de créer une étincelle, que ce soit en attaque ou en défense. Je dois juste faire ça. La confiance viendra au fil du match. Dans les moments compliqués, ces petites choses changent les rencontres. » Eric Gordon.

Et à raison, puisque contre les Wizards il a signé 5/13 de loin. Alors qu’il n’avait rentré que cinq de ses 28 tentatives jusque-là.

« Je m’améliore match après match. Je ne vais pas être mauvais toute l’année, je vais progresser. Dans la ligue, il y a toujours un ou deux gars par équipe qui sont dans le dur. James Harden vient de s’en sortir. » Eric Gordon.

Mais même avec ce talent offensif, les Rockets n’iront pas bien loin sans une défense bien meilleure que celle du dernier match. Leur coach est persuadé que ça viendra avec le temps, quand il y aura plus d’automatismes.

« Nous ne sommes pas encore complètement connectés en tant qu’équipe. C’est compréhensible, on essaie de trouver des solutions et ce sera la clé. On va continuer à bosser jusqu’à ce qu’on soit meilleur. » Mike D’Antoni.

Pour le moment, les adversaires des Rockets shootent à 49,5%, ce qui en fait la 28ème équipe de NBA dans ce domaine. Surtout, ils n’arrivent pas à défendre sur la ligne des trois points puisqu’ils encaissent 16,8 tirs de loin par rencontre (plus gros total de la NBA) à 40,1% (cinquième pire équipe).

« On doit être plus agressif, meilleur sur la balle et on doit s’entraider. Le plus important est d’être agressif. On doit casser le rythme des adversaires. Il faut que nous soyons plus concentrés. Marquer n’est pas un problème pour nous. Plus tard dans l’année, on va devoir être capable de défendre dur, on le sait. » Russell Westbrook.

Via Houston Chronicle.

Leave a Reply