Gregg Popovich : « On avait fait venir Tony Parker pour un workout, tout le monde sait que ça a été un désastre »

Gregg Popovich : « On avait fait venir Tony Parker pour un workout, tout le monde sait que ça a été un désastre »

Cette nuit, les San Antonio Spurs ont retiré le maillot de Tony Parker. Et pour l’occasion, Gregg Popovich a pris la parole pour évoquer la carrière du Français, qu’il a eu sous ses ordres pendant 17 ans, en même temps que Tim Duncan et Manu Ginobili.

« C’était juste remarquable de pouvoir être avec eux sur cette période et de les regarder devenir de meilleures personnes, de meilleurs joueurs et les voir intéragir avec d’autres gens, voyager avec eux… Tout ça pendant huit mois par ans. C’est rare. Peu de personnes peuvent dire qu’ils ont cotoyé trois Hall of Famers pendant une aussi longue période. Vous pouvez dire que c’est un coup de chance, peu importe, je suis heureux et honoré d’avoir été là. » Gregg Popovich.

Pourtant, le meneur n’est pas passé loin de ne jamais être sélectionné par les Spurs à cause d’un workout raté. Mais sa force de caractère a séduit Pop.

« On l’a fait venir pour un workout, tout le monde sait que ça a été un désastre. Il a demandé à revenir, et on a accepté. Dans ce second workout, j’avais amené quelques gars pour lui rentrer dedans. Il n’a fait que jouer au poste, on ne lui a pas laissé jouer sur du tout terrain. Je voulais juste voir ce qu’il avait dans le ventre, s’il allait baisser la tête, à quel point il allait jouer physique, ce qu’il pouvait encaisser… Il m’a vraiment impressionné. Pendant le camp d’entrainement et sur les premiers matchs, j’étais vraiment dur avec lui, je lui ai donné plein de choses sur lesquelles réfléchir et travailler. Je le mettais sur le meilleur joueur adverse dès que je pouvais. Il m’a montré qu’il avait la persévérance et le courage de faire ça, qu’il n’avait pas peur du challenge de prendre en main une équipe qui devait gagner. Il voulait juste jouer. Je lui ai alors mis la balle dans les mains et je lui ai dit : « C’est à toi, trouves des solutions, je vais t’aimer et te gueuler dessus en même temps. » Et c’est comme ça que ça c’est passé. » Gregg Popovich.

Des années plus tard, pour sa dernière saison à San Antonio, Parker ne joue que 21 matchs titulaire avant que Pop ne décide de faire passer Dejounte Murray dans le cinq majeur. Une décision que le Français a très bien pris.

« C’est ce qu’on attend de quelqu’un qui a ce caractère. Les joueurs qui ont de la classe, du caractère, qui comprennent que le plus important c’est le groupe et pas soi-même. Il savait que sa vitesse allait diminuer avec l’âge, qu’il allait devoir shooter donc il a appris à être beaucoup plus efficace dans ce domaine. Il savait aussi que les jeunes allaient finir par avoir du temps de jeu, que le sien allait diminuer, qu’il allait devoir être un mentor et les aider. Du début à la fin, Tony a toujours agi avec classe.  » Gregg Popovich.

 

Leave a Reply