Bradley Beal : « Tu ne peux pas te dire ‘Est-ce que l’herbe est plus verte ailleurs ?' »

Bradley Beal : « Tu ne peux pas te dire ‘Est-ce que l’herbe est plus verte ailleurs ?' »

Alors que les Washington Wizards avaient mis sur la table depuis des mois une prolongation maximum, Bradley Beal ne cessait de repousser sa décision. On pensait donc qu’il y avait peu de chances qu’il rempile dans la capitale, mais il a finalement accepté une prolongation de 2 ans et 72 millions de dollars malgré les mauvais résultats de ces dernières années. Il confie ne pas avoir hésité.

« C’était en quelque sorte une évidence, il faut faire en sorte que cela fonctionne. Je dois progresser sur mon leadership, et il progresse chaque jour, et j’ai le sentiment d’avoir un dont naturel pour ça. Tu ne peux pas te dire ‘Est-ce que l’herbe est plus verte ailleurs ? Est-ce que nous n’allons pas être aussi bons ici ?’ Tu ne peux pas forcément réfléchir comme ça parce que tu peux toujours jouer l’avocat du diable, donc il faut continuer d’y croire et garder le même plan. » Beal

Afin de prendre sa décision, il a demandé des conseils à Ray Allen, qui a connu quelques années de galères à Milwaukee et Seattle, avant de finalement rejoindre les Celtics à 32 ans pour remporter un titre.

« J’ai parlé à Ray Allen durant l’été. Il était à Milwaukee et Seattle et ces années ont été rudes, ils n’ont pas toujours été bons et il était un des meilleurs joueurs, à toujours s’assurer que ces équipes soient en playoffs ou fassent parler d’elles. Il m’a dit ‘Au bout du compte, c’est ta décision. La seule personne qui peut faire que Brad est heureux, c’est Brad, et tu dois faire ce qui est le mieux pour toi. » Beal

Actuellement l’herbe semble être plus verte ailleurs puisque les Wizards ont remporté seulement 2 matchs en 9 sorties, ceux qui fait d’eux la pire équipe de la conférence Est malgré 28.1 points à 43.4%, 4.8 rebonds et 6.4 passes pour Beal.

Via Woj Pod

Leave a Reply