50 pts mais pas que ! Le Greek Freak dans l’histoire avec Michael Jordan : « Ce qui m’importe c’est que j’ai été décisif »

50 pts mais pas que ! Le Greek Freak dans l’histoire avec Michael Jordan : « Ce qui m’importe c’est que j’ai été décisif »

En compilant 50 points, 14 rebonds, 6 passes, 2 interceptions et aucune perte de balle en 38 minutes dans la victoire des siens sur le Jazz lundi, Giannis Antetokounmpo est devenu le 2ème joueur de l’histoire (depuis 1977-78, saison à partir de laquelle les turnovers ont été comptabilisés) après Michael Jordan à signer un match à au moins 50 points, 10 rebonds, 5 passes et 0 ballon perdu.

« C’est super, c’est un compliment d’être aux côtés d’un gars comme Michael Jordan, qui est bien sûr l’un des meilleurs de l’histoire, mais au final tout ce qui m’importe c’est que j’ai été décisif. Quand tu es décisif tu ne perds pas le ballon. J’ai progressé match après match, trouvé mes angles, essayé de ne pas jouer trop verticalement et de faire les bons choix. » Giannis Antetokounmpo

Sans Rudy Gobert (entorse de la cheville) pour protéger la raquette, le Jazz, avec un trio Royce O’Neale, Tony Bradley et Jeff Green, a souffert : l’équipe a encaissé 58 points dans la peinture (pour 38 inscrits).

« Oui, il est tout le temps agressif, c’et difficile à défendre. » Tony Bradley

À 7/9 dan la raquette à la pause, Antetokounmo a terminé le match avec 6 dunks et 26 points dans cette zone, à 13/20, 26 points soit déjà plus que n’importe quel autre joueur (les deux équipes confondues) sur l’ensemble du match. Maladroit autant à 3-points qu’aux lancers-francs en 1ère mi-temps, le MVP en titre a expliqué après le match que les encouragements des fans juste avant la mi-temps et alors qu’il était de retour sur la ligne après un 0/2 quelques secondes plus tôt, l’avaient beaucoup aidé.

« Je ne dis pas ça pour faire plaisir à nos fans mais je pense que ça a été un moment clé. Quand je me suis avancé sur la ligne et que j’ai entendu tout le monde me pousser ça m’a donné une motivation supplémentaire. J’ai du mal aux lancers mais je travaille beaucoup dessus donc du moment qu’ils croient en moi je vais y arriver. » Giannis Antetokounmpo

À 1/6 sur la ligne jusque-là, il a mis les 2 et rentré 12 de ses 13 tentatives suivantes. Gêné par un coude droit douloureux sur lequel il est à nouveau tombé en début de 3ème quart, le Grec ne veut pas en faire une explication.

« Je tombe beaucoup sur mon coude droit, je dois avoir deux bleus. Parfois ça me gêne quand je shoote, mais j’essaie de ne pas trouver d’excuses. Je dois arrêter de tomber dessus et plutôt mettre mes mains. J’ai eu mal pendant 2 secondes mais c’est tout. » Giannis Antetokounmpo

C’est sur un de ces 3-points que Milwaukee a bouclé un 10-0 pour égaliser à 74 partout, puis à 83 partout à nouveau de loin cette fois pour lancer un 10-0 qui a donné 7 points d’avance aux siens, 90-83. À moins de 5 minutes de la fin, il a répondu à un tir primé d’O’Neale avec un nouveau shoot de loin et les Bucks n’ont plus jamais cédé l’avantage ensuite.

« J’adore son agressivité, un soir c’est 15 passes décisives, un autre 50 points. » Mike Budenholzer

Après avoir joué l’intégralité ou presque (à une seconde près) du 3ème quart-temps, Antetokounmpo s’est reposé presque 5 minutes en début de 4ème avant de revenir quand le Jazz n’était plus qu’à 3 points. Il a marqué 10 des 14 points suivants de son équipe, dont 2 dunks pour donner 8 points d’avance aux siens à 2 minutes et demi de la fin. À ce moment-là, en manque d’air, il a fait signer à Mike Budenholzer.

« J’étais fatigué. Quand je lui dis que je suis fatigué, il me sort. Je crois que je suis le seul gars dans l’équipe à faire ça. Mais c’est une bonne chose, c’est bon signe parce que j’essaie de jouer jusqu’à ce que je sois épuisé. Et quand je suis épuisé je sais que je ne vais pas être fiable en défense. » Giannis Antetokounmpo

Après 19 secondes de repos, il est revenu, le Jazz à nouveau à 3 points. Encore une fois, il a tout de suite trouvé des points, sur une claquette après un layup manqué. Quelques secondes plus tard, il a obtenu la faute puis validé ses 2 lancers pour atteindre les 50 points. À 4.4 secondes du buzzer, Brook Lopez est venu contrer la tentative de layup de Donovan Mitchell, puis Pat Connaughton a définitivement mis les Bucks à l’abri avec 2 lancers. Après sa douche, le Grec a pris le temps d’inscrire le nombre 50 avec un message sur sa paire de Nike Zoom Freak 1, qu’il a ensuite données à son frère, Thanasis.

« Je les ai simplement données à mon père. Il était très content. Il m’a dit : ‘Je veux tes chaussures’, j’ai dit ok. J’écoute le grand frère. » Giannis Antetokounmpo

via Journal Sentinel

Leave a Reply