Les Pistons ont tout essayé pour énerver le Greek Freak, en vain : « Ils veulent être physiques, dirty, te sortir de ton match »

Les Pistons ont tout essayé pour énerver le Greek Freak, en vain : « Ils veulent être physiques, dirty, te sortir de ton match »

Les Pistons en ont marre de perdre contre Milwaukee, et cela s’est vu mercredi soir à la Little Caesars Arena. Mais encore une fois, la confrontation s’est soldée par une victoire des Bucks, la 10ème d’affilée (4 en saison régulière la saison passée, puis 4 en playoffs et désormais 2 cette saison). Detroit a eu beau essayé d’énerver voire de casser le MVP en titre, rien n’y a fait. Giannis Antetokounmpo a compilé 35 points à 12/21 (4/8 à 3-points), 9 rebonds et 2 contres en seulement 27’55 de jeu dans la victoire 127-103 des siens.

« Ils jouent juste dur. Ils veulent être physiques, dirty, ils veulent te sortir de ton match. Quand tu viens à Detroit c’est toujours ce à quoi tu t’attends. Rien de ce qui est arrivé ce soir n’était pas attendu. » Giannis Antetokounmpo

Ça a commencé à chauffer en première mi-temps lorsqu’une faute offensive a mené à un faute technique sifflée à Mike Budenholzer, qui avec Brook Lopez, était convaincu que Blake Griffin avait initié le contact en tirant sur le bras de Lopez. Un peu plus tard, Griffin a provoqué une nouvelle faute, cette fois suivie d’une technique sifflée à Wesley Matthews. Et entre ces deux techniques – une minute seulement les a séparées – Griffin a provoqué une faute d’Antetokounmpo au milieu du terrain mais ce dernier a reçu dans la foulée un coup de coude dans la mâchoire qui l’a poussé à aller demander – poitrine contre poitrine – des explications au Piston. Les deux ont ensuite été séparés par les arbitres. Boosté par leur banc et un Ersan Ilyasova qui a marqué 8 de ses 10 points et volé 2 ballons en 1ère mi-temps, les Bucks ont pris jusqu’à 18 points d’avance avant de rentrer au vestiaire en tête de 11 points.

« Il faut avoir un certain feu en toi quand tu joues au basket, et quand tu l’associes à une bonne concentration, une bonne discipline mentale, comme le fait notre équipe la plupart du temps, c’est positif. J’ai aimé la façon dont nos gars ont répondu. » Mike Budenholzer

En début de 3ème, Detroit a recollé à 65-57. À 8’15, Pris à deux par Griffin et Bruce Brown, Antetokounmpo a obtenu la faute de ce dernier. En déséquilibre et pour éviter de chuter, il a posé ses deux mains sur le parquet, mais Brown et Griffin l’ont chacun leur tour gentiment poussé dans le dos et le Grec a fini par tomber. Face à lui Griffin l’a alors enjambé alors que le Buck faisait profil bas et cela n’a pas du tout plus à Khris Middleton, venu expliqué le fond de sa pensée au Piston.

« Ce que je pensais à ce moment-là ? Rien en fait. J’étais fatigué. Au début j’ai essayé de répondre, de leur faire savoir , genre : ‘C’est plus que du basket. On peut arrêter de jouer au basket. On peut se battre’. Mais au final mes coéquipiers me veulent sur le terrain et je me suis dit peu importe maintenant, peu importe. » Giannis Antetokounmpo

« Il y a eu contact non nécessaire deux fois après le coup de sifflet, c’est tout ce que je disais. » Khris Middleton

« C’est mon big bro. Ça représente beaucoup pour moi de le voir faire ça. J’ai toujours été derrière lui mais maintenant je le suis encore plus. J’apprécie. » Giannis Antetokounmpo

Au final trois techniques ont été sifflées sur la séquence, une pour Brown, une pour Griffin et une pour Middleton. Tout de suite après, Antetokounmpo a marqué sur un layup, puis il a totalement pris le contrôle du match. Trois fautes provoquées face à Griffin avec un drive en and-one pour redonner 12 points d’avance aux siens, un 3-points à plus de 8 mètres face au cercle (80-68)… en tout le n°34 a compilé 12 points à 3/3 et 5/5 aux lancers-francs sur les 4 minutes ayant suivi l’altercation.

« C’est mon boulot. Beaucoup d’équipes vont essayer d’être physiques avec moi, de me cogner, de me mettre par terre. Mais je garde mon calme. » Giannis Antetokounmpo

Il a bien rejoint le banc ensuite, mais pour les bonnes raisons.

« On reste concentrés sur nous, c’est le plus important. En première mi-temps on a commencé à se soucier des coups de sifflet, de la manière dont ils nous jouaient. En seconde mi-temps, on a parlé du fait de se concentrer sur nous, parce que c’est comme ça qu’on joue notre meilleur basket. » Khris Middleton

Milwaukee (19 victoires, 3 défaites, n°1 NBA) reste désormais sur 13 victoires de rang, la meilleure série en NBA cette saison.

Leave a Reply