Interview Gaëlle Skrela : Avec les Bleues l’intégration a été facile

Interview Gaëlle Skrela : Avec les Bleues l’intégration a été facile

Photo FFBB
Photo FFBB

Issue d’une famille de rugbymen, Gaëlle Skrela s’est dessinée une belle carrière de basketteuse professionnelle, malgré un tel héritage. Sa saison 2012-13 aura notamment été marquée par une défaite douloureuse contre Bourges en finale du championnat de France et une Coupe de France remportée avec Montpellier. Sélectionnée  par Pierre Vincent en équipe de France pour disputer l’Euro du 15 au 30 juin dans l’hexagone, Gaëlle se lance un nouveau défi. Actuellement en préparation avec la sélection nationale en banlieue parisienne à Evry, Gaëlle a gentiment accepté de répondre aux questions de Basket Infos et nous fait part des ses toutes nouvelles ambitions avec les Bleues.

Bonjour Gaëlle, comment vas-tu ?

Je vais bien, on est en stage à Evry, on a du travail mais tout va bien.

Sœur et fille de rugbymen, comment est née ta passion pour le basket ?

J’ai découvert le basket à l’école en CE1 alors que j’étais en classe avec ma mère, nous avons pratiqué l’activité mini basket. Ma mère a vu que ce sport me plaisait et mes parents m’ont inscrit en club.

Tu as débuté donc ta carrière professionnelle avec Toulouse. Pourquoi avoir quitté aussi rapidement la ville de ton cœur ?

j’ai quitté Toulouse car le club a eu des gros problèmes financiers et a été relégué en division inférieure. Du coup j’ai choisi Montpellier afin de concilier le basket et mes études de kiné.

Que retiens-tu de ces deux années passées à Toulouse ?

Ce sont les débuts de ma carrière en ligue féminine, donc c’est plutôt des bons souvenirs. Surtout le souvenir d’avoir joué avec des filles que je connaissais depuis plusieurs années et c’était plus une bande de copines plutôt qu’une vraie équipe surtout la première année et ça c’est un super souvenir !

Ensuite tu as donc rejoint l’équipe de Lattes Montpellier, avec laquelle tu évolues depuis 9 ans. Quel est le secret de cette longévité ?

Je suis arrivée à Montpellier qui était un club du bas de tableau pour pouvoir finir mes études et jouer au basket. Puis, le club a eu des ambitions accrues au fur et à mesure des années, qui je pense ont bien coïncidé à mon évolution de joueuse, du coup je suis restée ! Et puis la vie à Montpellier me plait aussi…

Malheureusement cette année, Montpellier a échoué de peu en finale LFB contre Bourges. Que vous manquait-il pour arracher la victoire ?

Et malheureusement on a encore perdu la finale contre Bourges. Il nous a manqué pas mal de choses mais je pense surtout de l’expérience et de la confiance. Bourges a toujours réagi cette saison quand elles ont été en difficultés et franchement un grand bravo à elles !

Comment as-tu encaissé cette défaite après une excellente saison ?

La semaine qui a suivi la défaite a été horrible, c’était dur d’aller s’entraîner tous les jours pour préparer la finale de la coupe de France mais c’est le jeu de continuer malgré tout ! Pour tout dire je ne l’ai pas encore encaissé mais ça viendra, ou pas…

Photo joel Philippon/FFBB
Photo joel Philippon/FFBB

Il faut dire que vous vous êtes bien rattrapées en remportant la Coupe de France contre Nantes, avec en poche un titre de MVP des Finales. Comment as-tu vécu cette finale ?

La Coupe de France ne remplace pas la finale perdue de championnat mais elle nous a permis de ne pas rater complètement notre saison. Ce match on devait le gagner pour tous les sponsors, le club et les gens qui nous ont soutenus toute la saison et surtout pour Edwige (Lawson-Wade) mais ça à été dur !

Avec 24 points à 11/14 aux tirs, tu as été au niveau de la rencontre. Quelle est la clé de ta régularité ?

Le travail ! (Sourire)

Ce trophée a également permis d’offrir un dernier titre à Edwige Lawson-Wade ! Peux-tu nous en dire plus sur cette grande dame du basket ?

Edwige a tout simplement changé le basket à Montpellier, on n’avait jamais eu une meneuse de ce niveau là. Elle nous a beaucoup aidé individuellement et collectivement. C’est quelqu’un de généreux, d’altruiste et simple. Malgré sa carrière énorme, au quotidien on a l’impression qu’elle est comme nous ! Le seul hic, c’est qu’elle adore nous faire marcher en racontant des bêtises et à chaque fois on tombe dans le panneau !

Tu es donc dans l’équipe de France pour l’euro 2013 dans 15 jours. Une sélection que tu attends depuis un moment. N’est ce pas ? Comment as-tu réagi lorsque tu as appris que tu étais retenue par Pierre Vincent ?

J’ai été super contente d’être retenue, après c’est le jeu des sélections, des choix sont faits, à nous de les accepter !

Quel sera ton rôle d’ailleurs parmi les cadres de cette fabuleuse équipe ?

Je ferai mon maximum pour l’équipe.

Comment ton intégration s’est-elle déroulée ?

L’intégration à été facile, il y a beaucoup de filles avec qui j’ai déjà joué en club ou en sélection jeune. Puis les filles sont cool et on est très bien accueilli, nous les nouvelles.

Le titre est-il plus qu’envisageable ? De quelles équipes faudra-t-il se méfier ?

Il faut se méfier de tout le monde. Toutes les équipes sont là pour gagner et faire le meilleur résultat possible. Nous on a beaucoup de nouvelles joueuses et on a donc beaucoup de travail et peu de temps ….

Merci de ta disponibilité et croisons les doigts pour le titre !

Merci à toi Patrick !

Propos recueillis par Patrick Parizot, pour Basket Infos

1 Comment

  1. Merci pour cette interview ! Elle est pas toute jeune je crois ?

Leave a Reply