[Interview 1/3] Nicolas Batum : « Le niveau de la NBA a augmenté cette année »

[Interview 1/3] Nicolas Batum : « Le niveau de la NBA a augmenté cette année »

Première partie de notre interview. L’ailier français revient sur les matchs de Noël, le niveau de la NBA et le futur des prodiges tricolores en U18, en se livrant sur son propre parcours.

Nicolas, on est un peu obligé de te demander si tu as regardé les matchs de Noël ?

Ouais ! J’en ai regardé trois. Enfin, on devait voyager ensuite, donc je n’ai pas vu le quatrième quart-temps de Warriors – Cavs. J’ai manqué le meilleur quart-temps en fait ! Et puis hier soir j’ai regardé le Minnesota – Oklahoma et LakersClippers.

Alors ?

Je trouve que le niveau de la NBA a augmenté cette année, contrairement à l’année dernière. Il y a beaucoup plus de grosses performances, il y a beaucoup de joueurs qui ont élevé leur niveau de jeu… C’est bien ce qu’il se passe cette année.

D’où cela vient-il à ton avis ?

Les gars veulent se prouver, être All-Star. Il y a une nouvelle ère qui arrive aussi. Il y a eu les retraites de Kobe Bryant, Tim Duncan… c’est une nouvelle ère. Les joueurs veulent s’inscrire dans l’histoire, avoir leur propre génération, être leur propre ère. Je pense que c’est peut-être pour ça aussi que des joueurs explosent, comme Westbrook, Curry, Harden… Même LeBron. Ils veulent prouver que cette décennie et la prochaine sont à eux.

Il y a du lourd dans les dernières drafts aussi…

Il y a du monde !! La NBA va être magnifique pendant toutes les prochaines années encore. Tu prends ceux que je t’ai cité et tu rajoutes les (Kristaps) Porzingis, les (Karl) Anthony-Towns, les (Giannis) Antetokounmpo, (Andrew) Wiggins, les jeunes des Lakers, (Joël) Embiid, Ben Simmons qui devrait être pas mal… La NBA va être très bien pour les 15 prochaines années, c’est sûr. Elle est déjà pas mal aujourd’hui, mais elle a un très, très bon futur. (Il insiste) Un très, très beau futur.

« Frank Ntilikina sera en NBA dans quelques mois… »

 

Puisqu’on parle de jeunes, tu as vu les U18 français victorieux à l’Euro ?

Ouais ! J’ai regardé la finale, sur Youtube, en direct… Impressionnant. Vraiment. Ils ont maîtrisé leur sujet, même si la Lituanie prend les devants en fin de troisième, début de quatrième, mais on a de bons joueurs. On a surtout deux gros, gros phénomènes. Dont un qui ne va pas tarder à être ici je pense (Frank Ntilikina) ! C’est une question de quelques mois… C’est une génération qui j’espère va être comme la nôtre, celle de Tony et même avant celle de Sciarra. Généralement, tous ceux qui ont gagné un Euro U18 ont des joueurs qui ont eu une très, très belle carrière derrière. Je leur souhaite la même chose.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué chez lui justement ?

Oh ben il a un potentiel (il prend un air halluciné) ! Quand tu le vois jouer, il a tout pour être ici. Il est encore jeune, mais il en plein les mains. Il a un talent extraordinaire, je sais qu’il bosse beaucoup et qu’il est entre de très bonnes mains en club. Il a tout pour réussir. A lui de confirmer et de continuer, ce n’est que le début, mais il est impressionnant oui.

Tu le verrais donc déjà faire des minutes en NBA l’an prochain ?

Ouais, c’est à lui de décider à la fin. C’est son travail qui lui permettra de jouer ou pas. C’est comme cela que ça marche ici. Il a le potentiel pour, à lui de le faire maintenant.

« Même Tony n’était pas aussi précoce que Sekou »

 

L’autre joueur que tu mentionnais, c’est Sekou Doumbouya. Précoce…

Ah oui. Précoce ! Je ne pense pas que même Tony était aussi précoce que cela. Il l’était, mais pas autant. Sekou avait 15 ans, à peine 16 ans pendant l’Euro (il a fêté son anniversaire après la finale)… (Il reprend un air ébahi) Non, c’est précoce quand même. Je ne pense pas que même TP était comme ça. Lui aussi, je pense que s’il bosse, ça va être ici prochainement. Mais je ne m’inquiète pas pour eux de toute façon, car je connais les personnes qui s’occupent d’eux. Sekou est à Poitiers, avec Rudy Nelhomme, j’ai regardé quelques matchs même cette année, il est vraiment, vraiment, vraiment impressionnant.

Quelles seront les clés justement ?

Les clés c’est de travailler. On pense que ça vient facilement, que tout nous tombe dessus. Non ! Il y a beaucoup, beaucoup d’heures de travail. Beaucoup d’heures sup’. Et c’est ce qui permet d´être au haut niveau et c’est ce qui leur permet d’être à leur niveau aujourd’hui et encore plus haut plus tard. Ces gamins en ont plein les mains. Ils ont montré qu’ils étaient les meilleurs de leur génération en Europe. Ils ont montré qu’ils pouvaient prétendre à un très bel avenir, mais ça n’arrive pas comme ça. Parce qu’il y a beaucoup de gens à côté qui peuvent aussi y prétendre. A eux de continuer à bosser.

Le plus gros ajustement à chaque palier, c’est quoi ?

Il faut garder les pieds sur terre. Avoir un bon entourage surtout. Ensuite à chaque fois tu dois t’adapter à ton changement de statut. Tu vas dominer à l’échelon en-dessous et dès que tu passes au palier supérieur, bah tu ne domines pas ! Des fois tu passes ton temps au bout du banc, et c’est là où il faut être fort mentalement et comprendre pourquoi. C’est ce que j’ai connu moi-même. Et c’est ce qui m’a aidé une fois arrivé en NBA. J’avais déjà connu cela en passant d’espoirs à la Pro A ou l’Euroligue. Des fois je ne jouais pas. Et je le prenais très mal ! Mais c’est aussi là que j’ai appris pourquoi. Et j’ai bossé. Donc c’est pour cela que quand je suis arrivé en NBA. J’ai pu faire la transition plus facilement. Je connaissais ce problème-là. Ce que tu dois faire quand tu arrives à un niveau plus élevé. Et c’est pour cela que j’ai joué en NBA directement. J’avais connu ces situations-là auparavant.

Propos recueillis par Antoine Bancharel, à New York

Facebook Comments

1 Comment

  1. Superbe interview bravo ! Hâtes de voir la suite, et ce Sekou Doumbouya, impressionnant !

Leave a Reply