Patrick McCaw, trop bon trop tôt pour les Warriors

Patrick McCaw, trop bon trop tôt pour les Warriors

Même si son salaire va presque doubler la saison prochaine (de 543 471$ -soit environ ce que gagnera Stephen Curry en un match- à 1.3 million de dollars), Patrick McCaw (21 ans, 2,01m, 83kg, 38ème choix de la draft 2016) reste une très bonne affaire pour les Warriors, qui devront un jour ou l’autre payer ses bons services en sortie de banc.

« Je crois que vous connaissez la plus grosse augmentation de salaire de votre carrière entre la première et la deuxième année. La première année vous réalisez que vous êtes capables de jouer dans cette ligue. Maintenant il réalise qu’il peut être très bon dans cette ligue » Steve Kerr

« Ça peut être difficile parfois pour un gars comme moi qui a en gros son remplaçant en face de lui. Vous voulez vous accrocher, prendre encore un peu d’argent. Mais j’ai eu de super vétérans, Aaron McKie et Kevin Ollie, qui m’ont montré la voie. Donc c’est normal que je le fasse aussi. Patrick McCaw est le prochain. C’est un second tour, donc c’est difficile. Quelqu’un va essayer de nous le voler l’année prochaine » Andre Iguodala

Là où cela risque de se compliquer pour la franchise, c’est que la plupart des contrats rookies contiennent des options pour une 3ème et 4ème année. Mais sélectionné au second tour (rare sont parmi eux ceux qui arrivent à se démarquer aussi rapidement), McCaw n’en a pas. Il pourra donc devenir free agent avec restriction 2 ans avant les 30 premiers joueurs draftés la même année que lui.

« Avoir une chance de signer pour un joli montant aussi jeune, c’est fou pour moi » Patrick McCaw

Golden State a déjà connu un cas similaire il y a 14 ans de cela, avec Gilbert Arenas, qui tournait à 18.3 points par match lors de sa saison sophomore. Incapables de s’aligner sur les 60 millions sur 6 ans proposés par les Wizards, les Warriors le laissent filer à l’autre bout du pays. En 2005, la NBA inclut dans le Collective Bargaining Agreement « l’Arenas Rule », qui permet à une équipe de s’aligner sur toutes les offres faites à un second tour de draft free agent avec restriction. Reste à savoir combien l’équipe, qui sera déjà limite niveau luxury tax, sera prête à lâcher pour le joueur.

Long, polyvalent, excellent défenseur et bon tireur à 3-points, McCaw a su se faire un nom au milieu des nombreuses superstars à Golden State, nul doute donc qu’il devrait crouler sous les offres une fois la saison 2017-18 terminée. Si celle-ci est bien sûr aussi encourageante que la première.

« C’est une saison extrêmement importante pour moi. Je ne sais même pas à quoi m’attendre. C’est dingue de simplement me dire que je serai free agent avec restriction. Je sais ce que c’est, je sais ce que ça veut dire. Maintenant il va falloir gérer ça à 22 ans, parler à différentes équipes, essayer de trouver la meilleure situation pour moi. Car au final, tout ça c’est du business. Qui sait où je serai. Avec Golden State j’espère. Voir des superstars prendre moins d’argent pour garder l’équipe ensemble, c’est énorme » Patrick McCaw

« Il est tellement patient sur le terrain. Son rythme est incroyable pour un jeune. La plupart du temps chez les joueurs de son âge qui arrivent dans la ligue, ça court partout, ça envoie des shoots n’importe comment, c’est haché. Mais dès le premier jour, le rythme de Patrick a été fantastique, c’était vraiment troublant » Mike Brown, assistant coach

via MercuryNews

Retrouvez toutes les rumeurs de la free agency ici et les signatures là

Leave a Reply