Cahier des rookies: 20 rookies, 20 stats remarquables

Cahier des rookies: 20 rookies, 20 stats remarquables

Le petit monde des rookies est un univers à part dans une saison NBA. Toutes les deux semaines, Basket Infos vous propose d’analyser les performances, bonnes ou mauvaises, des débutants dans la grande ligue.

 

La NBA regorge de statistiques. Difficile, parfois, de s’y retrouver lorsqu’on ne sait pas et quoi chercher. La diversité des outils est pourtant telle que tout joueur présente forcément quelques statistiques intéressantes, susceptibles d’aider à mieux comprendre les défauts et les qualités de son jeu, ainsi que son impact sur son équipe. Pour aider à y voir un peu plus clair dans cette cuvée rookie 2017, on a donc farfouillé sur stats.nba.com, Basketball Reference et Cleaning the Glass et essayé d’extraire de ces milliers de chiffres vingt statistiques marquantes sur les débutants de cette saison NBA. Ces stats sont, selon le joueur, positives ou négatives, sans qu’il y ait là de jugement sur le joueur lui-même et la réussite de sa saison.

L’article fera souvent référence au percentile calculé par le site de Ben Falk, Cleaning the Glass, selon la position du joueur: lorsqu’il est indiqué que telle stat place le joueur X dans le 24e percentile, cela signifie que sur 100 joueurs jouant au même poste que lui, seuls 23 font moins bien que lui.

Les 20 joueurs retenus dans cette liste sont en gros les 20 rookies les plus utilisés cette saison, classés par ordre alphabétique. Let’s go!

 

Bam Adebayo a un Net Rating absolument abominable, l’un des pires de la NBA. Sur 100 possessions, le Heat marque 8.5 pts lorsqu’il est sur le terrain, et en encaisse 9.2 de plus, soit un Net Rating de – 17.7! Si ça vous parle plus, le Heat joue comme une équipe à 44 victoires lorsqu’il est sur le banc… et à 8 victoires lorsqu’il est sur le terrain. Gloups. L’adversaire se régale notamment à mi-distance lorsqu’Adebayo est là, avec une énorme amélioration de 10.1 % de son pourcentage de réussite.

OG Anunoby est un très bon défenseur, c’est un fait déjà connu. Mais c’est aussi un attaquant remarquablement efficace, avec un eFG% (réussite au tir ajustée avec le bonus que donne le tir à 3-pts) de 60%, ce qui le place dans le 85e percentile. Surtout, l’ailier des Raptors est un attaquant « moderne »: il a éliminé le tir à mi-distance, et tire près du cercle (45% de ses shoots) et à 3-pts (49%). Mike D’Antoni s’évanouirait de joie en voyant ces chiffres.

Lonzo Ball a bien des statistiques curieuses, notamment au niveau de l’adresse, où elles sont toutes dans le rouge absolu. Pour prendre conscience de l’étrange profil du meneur des Lakers, un chiffre est assez parlant: son ratio passes/usage (temps passé avec le ballon) est de 1.39, dans le 80e percentile. Ce qui signifie que Ball, pour un meneur, passe très peu de temps balle en main et se débarrasse vite de la balle, contrairement à beaucoup de ses collègues. Ce qui signifie, aussi, qu’il passe beaucoup de temps off ball, dans le rôle d’un… shooteur. Ce qu’il n’est pas encore, cela va sans dire.

Jordan Bell a un eFG% absolument dément: 75.5%!!! Personne ne fait mieux en NBA: le garçon met trois tirs sur quatre! Autre stat impressionnante: Bell contre 4.5% des tirs adversaires et intercepte 2.1 % des possessions adverses. Chiffres qui se situent respectivement dans le 96e et le 92e percentile, soit dans l’élite absolue de la défense en NBA.

Bogdan Bogdanovic est l’inverse d’Anunoby en termes de répartition « moderne » des tirs. Le rookie des Kings n’a pris que 11 3-pts dans le corner cette année, un chiffre très bas pour un ailier, et ne va au cercle que sur un quart de ses possessions. En revanche, 36% de ses tirs sont pris à mi-distance. Old school Bogdan.

Dillon Brooks est une des (rares) bonnes surprises de la saison des Grizzlies, notamment grâce à son impact défensif. Lorsqu’il est sur le terrain, Memphis encaisse 5.7 pts sur 100 possessions de moins que lorsqu’il est sur le banc, un chiffre loin d’être négligeable. Le problème est que Brooks ne fait pas autant de différences de l’autre côté du terrain: en attaque, Memphis met 3.4 pts de moins sur 100 possessions avec lui…

John Collins est un fantastique aspirateur à ballons. L’intérieur d’Atlanta récupère 15% des rebonds offensifs disponibles, un score d’élite puisqu’il est déjà… le 6e meilleur rebondeur offensif de la ligue, derrière des pointures comme Drummond, Jordan ou Adams.

De’Aaron Fox a de très beaux cheveux et court très vite, mais le meneur des Kings est aussi un des shooteurs les plus catastrophiques vus depuis longtemps à cette position. Fox a entré 9 de ses 33 tirs tentés à 3-pts, ce qui le place dans le … 4e percentile. A ce compte-là, autant faire comme Ben Simmons et arrêter de tirer loin du panier.

Jonathan Isaac est, comme attendu, un redoutable défenseur. Le Magic encaisse 5.9 pts de moins (sur 100 possessions) lorsqu’il est sur le terrain, un chiffre remarquable. Plus frappant encore, Isaac a une mobilité qui lui permet d’étouffer les adversaires en périphérie. Lorsqu’il est sur le terrain, l’adversaire du Magic perd 6.9 % de réussite sur ses « long-2 » (tirs pris à la lisière de la ligne des 3-pts) et 5.7 % sur ses tirs à 3-pts.

Mike James est un attaquant, un vrai. Non parce qu’il marque beaucoup de points, mais parce qu’il est l’un des rares joueurs de l’effectif des Suns capables de se créer tout seul ses paniers. Seulement 11% de ses paniers sont issus de passes décisives, ce qui est tout simplement le score le plus bas de la NBA à son poste. Pas besoin d’aide pour James, il se débrouille.

Josh Jackson n’était pas perçu comme un shooteur lors de la draft, ce qui soulevait certains doutes à son sujet. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le rookie des Suns fait tout pour confirmer ces doutes. Son eFG% est de 38.6, un chiffre horrible qui le place dans le 4e percentile. Dans le détail, c’est encore plus laid: il ne met même pas un tir sur deux près du cercle (48%, 4e percentile) et rivalise avec Lonzo Ball dans la maladresse à 3-pts: 22%, personne ne fait pire!

Kyle Kuzma est déjà l’un des steals de la draft: en cela, les chiffres confirment l’impression visuelle. Lorsqu’il rentre sur le terrain, l’attaque des Lakers change en effet du tout au tout. Leur eFG% augmente de 4.9 %, un chiffre énorme qui s’explique par le spacing que procure Kuzma. Avec lui sur le parquet, les Lakers prennent en effet 4% de tirs en moins à mi-distance, et 4.5 % de tirs à 3-pts supplémentaires. Une différence supplémentaire pour rendre leur attaque bien plus efficace.

Lauri Markkanen fait un bon début de saison, mais n’est pas d’une efficacité folle au tir. A 3-pts, ce n’est pas très grave: tous les rookies passent par là. En revanche, le voir avec un petit 48.8 eFG% (14e percentile) est assez inquiétant, notamment quand on voit qu’il ne tourne qu’à 59% près du cercle, dans le 21e percentile pour sa position. Il va falloir que Lauri prenne du muscle!

Frank Mason ne fait pas beaucoup parler de lui, à tort. Le troisième meneur des Kings prend de l’épaisseur dans la rotation de Dave Joerger, et pour cause: avec lui, le Net Rating de Sacramento augmente de 15.4, rien que ça! La différence se fait en attaque sur demi-terrain, où les Kings marquent 17.3 pts de plus sur 100 possessions lorsqu’il prend la mène. Ce qui veut dire, logiquement, que Mason est bien meilleur pour organiser l’attaque que Fox, à l’heure actuelle. Fox a bien d’autres qualités, mais les Kings, pour l’instant, jouent mieux avec Mason.

Donovan Mitchell a de la chance. Les blessures qui déciment le Jazz, ajoutées aux limites offensives d’un groupe où peu de joueurs peuvent se créer leur tir, permettent au rookie d’avoir carte blanche en attaque. Et ce diable de Mitchell en profite bien. Avec plus de 15 tirs pris en moins de 30 minutes par match, il rejoint un club bien peu fourni: dans toute l’histoire de la NBA, seuls 6 rookies ont eu un tel ratio de tirs pris par minutes, le dernier étant Abdul-Rauf il y a… 27 ans!

Malik Monk a plongé dans la rotation de Steve Clifford, en raison d’une défense désastreuse et d’un manque d’efficacité offensive. L’une des raisons de ce dernier point est sans doute que Monk développe une sorte d’allergie au cercle: seuls 11% de ses tirs sont pris dans cette zone, un chiffre anémique pour un joueur aussi explosif! Cela dit, ce défaut est présent depuis longtemps dans le jeu de Monk, qui allait au cercle en transition plus qu’en demi-terrain à la fac.

Frank Ntilikina est sur le terrain? Vous allez voir le ballon changer de main souvent. Du côté positif: Ntilikina vole 3.1% des possessions adverses, un chiffre exceptionnel (95e percentile). Du côté négatif: avec 20.9% de possessions perdues, le Frenchie est dans le… 2e percentile pour les turnovers. En gros, il rend en attaque les ballons qu’il vole en défense.

Ben Simmons fait une saison exceptionnelle, peut-être l’une des plus impressionnantes faites par un rookie ces dix dernières années. Avec plus de 17 pts, 8 rbds, 7 pds et 2 stls de moyenne actuellement, il est sur les bases d’une saison historique. Seuls quatre joueurs dans l’histoire de la NBA ont eu de telles moyennes sur une saison: Jordan, Magic (2 fois), Fat Lever (3 fois) et Westbrook. Ajoutons à cela que Simmons tourne à plus de 50% de réussite, et le club se réduit à deux membres: His Airness et Magic. On a connu pire.

Dennis Smith Jr est un meneur prometteur… et un défenseur abominable. Dallas encaisse 11.3 pts de plus sur 100 possessions lorsque son rookie est sur le terrain, et se retrouve incapable de forcer des turnovers chez l’adversaire: avec seulement 12% des possessions adverses terminées par une perte de balle, les Mavs affichent les pires scores de la ligue avec Smith dans le lineup.

Jayson Tatum inquiétait bien des observateurs avant la draft par sa tendance à privilégier le tir mi-distance aux dépens du du tir à 3-pts. Inquiétude bien oubliée: Tatum shoote à 50.5% derrière l’arc, ce qui fait de lui… le deuxième meilleur sniper de la ligue derrière Nemanja Bjeliça (sur les joueurs ayant joué plus de 10 matchs et tenté plus d’un tir à 3-pts par match).

 

Ces stats ne sont que certaines parmi d’autres, et évolueront sans doute… A suivre! Si vous voulez en lire plus sur les rookies 2017, voici les trois premiers épisodes du cahier des rookies:

Facebook Comments

Leave a Reply