Après une saison à 22 victoires, le propriétaire des Grizzlies voit grand

Après une saison à 22 victoires, le propriétaire des Grizzlies voit grand

En 23 ans d’existence, les Grizzlies ont atteint 4 fois les 50 victoires en saison régulière, dont 3 fois d’affilée entre 2012 et 2015. Depuis l’équipe a chuté à 42, 43 puis seulement 22 succès la saison passée. À l’origine de cette soudaine dégringolade les départ de Zach Randolph et Tony Allen, les relations parfois tendues entre Marc Gasol et son staff, l’absence de Mike Conley sur blessure (talon) et celle de Chandler Parsons (genou), à laquelle on ne fait presque plus attention tellement c’est malheureusement devenu la norme pour lui.

Robert Pera, propriétaire majoritaire de la franchise, a rencontré son GM Chris Wallace ainsi que d’autres membres du front office mardi pour discuter de la draft à venir, durant laquelle l’équipe aura les picks n°4 et n°32.

« En partant du principe que Marc (Gasol) et Mike (Conley) seront de retour en bonne santé, je pense que nous aurons quelques joueurs autours d’eux, des jeunes capables d’avoir un impact positif. On aura un autre bon joueur à la draft. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas redevenir une équipe à 50 victoires et plus.

Pensez à installer l’appli Basket Infos sur Android ou iOS

En NBA, il y a des choses que vous ne pouvez pas contrôler. Il faut un peu de chance aussi. Cette année les blessures nous ont fait faire un pas en arrière. Si on évite les blessures, je m’attends à ce qu’on soit très compétitifs. » Robert Pera

Depuis 2010-11, l’équipe n’a manqué qu’une seule fois les playoffs : en 2017-18. Soit 7 apparitions consécutives pour 3 demi-finales de conférence et une finale de conférence (défaite 4-0 contre les Spurs en 2013) jouées. Pera est également convaincu que le choix de conserver J.B. Bickerstaff au poste de head coach (il l’était devenu par intérim lors du licenciement de David Fizdale) s’avérera payant.

« Ils nous apporte de la continuité. Les joueurs ont déjà travaillé avec lui et ils l’adorent. Il est très transparent. Il se comporte très bien. Il fait des compromis quand il voit que c’est la meilleure chose à faire pour la franchise. Je lui fais confiance pour être la pièce-maîtresse de la culture que nous voulons construire. Il nous correspond très bien. » Robert Pera

via Commercial Appeal

Leave a Reply