Jaren Jackson Jr : « Je n’ai jamais joué au basket pour devenir un joueur NBA »

Jaren Jackson Jr : « Je n’ai jamais joué au basket pour devenir un joueur NBA »

Jaren Jackson Jr, fraichement drafté par Memphis en quatrième position de la dernière draft ne sera pas le premier de la famille Jackson à évoluer en NBA. Son père, Jaren Jackson, a en effet porté les couleurs de la Grande Ligue pendant 12 saisons, de 1989/1990 à 2001/2002. Il ne faisait pas partie de la crème des joueurs, tournant à 5,5 points, 1,8 rebonds et 1,2 assist par match en 431 rencontres disputés mais l’ancien arrière a tout de même eu le bonheur de gagner une bague, en 1999 avec les Spurs.

Bon Plan : Jusqu’à -50% sur le NBA Store (tee shirts, maillots, shorts…)

Et forcément pour le fiston, avoir un père ancien NBAer à la maison pour jouer les 1v1, ça aide à progresser. Mais quand, à 14 ans, Jaren Jr a finalement pris le dessus sur son paternel, ce dernier a eu un peu de mal à l’accepter. Le joueur de Memphis se rappelle parfaitement une anecdote de cette époque, lorsque son père a réclamé une faute sur un double-pas.

« C’était un très mauvais coup de sifflet. On faisait du trashtalking, et cette demande de faute, c’était un coup bas. Je lui disais : « OK, on va revoir ça ». Donc je me suis précipité sur mon IPad que tenait ma mère pour filmer le 1v1. Ma mère a vu la « faute », j’ai vu la « faute » et j’étais genre « Pas possible ! » Mon père était littéralement en train de tricher parce qu’il était en colère de perdre. Je me rappelle que j’ai fini par gagner ce match et j’étais tout heureux pendant une semaine. » Jaren Jackson Jr.

« Je ne pouvais plus jouer contre lui. Il était trop bon. Il n’arrêtait pas de me contrer à longueur de journée. C’était très dur. Et alors ? Vous voulez que votre fiston finisse par vous battre. Au début, quand il était petit, je le faisais pleurer, quand il a grandi, c’était mon tour de pleurer. Mais de joie. Il m’a rendu heureux en me battant et en continuant de s’améliorer pour devenir une bon joueur et finalement, un joueur pro. » Jaren Jackson Sr.

En plus d’un père ex-NBAer, Jaren Jackson Jr doit aussi composer avec sa mère, Terri Carmichael Jackson, directrice des opérations en WNBA. Mais malgré cette environnement familial très tourné vers le basket, il n’a jamais été forcé à devenir joueur professionnel. S’il a passé autant de temps à s’entrainer, c’est tout simplement parce qu’il adore jouer au basket.

« Il est en train de se créer sa propre route, même s’il me suit un peu. Quand il était jeune, je l’ai encouragé à aimer ce sport pour ce qu’il est. Quand on le regarde, on voit qu’il apprécie être sur le terrain. Que ce n’est pas si pénible pour lui de s’entrainer. Ne me faites pas dire que ce je n’ai pas dit, j’ai beaucoup bossé dans ma carrière. Mais lui il est là, en train de s’amuser, de sourire toute la journée. » Jaren Jackson Sr.

« J’ai toujours voulu aller en NBA, mon père l’a fait. Mais je n’ai jamais joué pour devenir un joueur NBA. Ce n’était pas l’objectif. Si on se concentre là-dessus, on ne peut pas réussir. Il faut se concentrer sur la victoire. J’ai continué à faire ce que je faisais et mon père m’a dit que ça allait payer un jour. Je devais juste croire à ça. » Jaren Jackson Jr.

Avec son profil d’intérieur capable de courir, switcher et tirer à trois points alors qu’il n’a encore que 18 ans, Jaren Jackson Jr est un prospect très intéressant pour les Grizzlies et fit parfaitement dans la NBA moderne.

« J’ai entendu que j’étais arrivé pile au bon moment par rapport au style de jeu en NBA. » Jaren Jackson Jr.

Mais le natif de New Jersey n’a pas pour intention de s’arrêter là et compte bien encore progresser.

« J’essaie juste de jouer au basket. J’ai encore beaucoup de boulot à faire, beaucoup de choses à apprendre. Je suis très loin de mes objectifs par rapport à mon niveau de jeu et ma manière de jouer. Il faut toujours travailler. » Jaren Jackson Jr.

Via Yahoo Sports.

Leave a Reply