Fred VanVleet : « Si Draymond ne touche pas le ballon du bout des doigts et que Kyle met ce 3-pts, c’est la meilleure action de l’histoire »

Fred VanVleet : « Si Draymond ne touche pas le ballon du bout des doigts et que Kyle met ce 3-pts, c’est la meilleure action de l’histoire »

Son équipe en tête 103-100 à 2’35 de la fin du Game 5, Kyle Lowry a raté un 3-points ouvert. Steph Curry n’a lui pas tremblé derrière et après une nouvelle tentative ratée cette fois pour Kawhi Leonard, Klay Thompson a fait sauter l’ailier avant de planter lui aussi de loin pour le +3 Warriors. Lowry s’est rattrapé en trouvant un layup après un retour en zone sifflé à Draymond Green, mais suite à une faute offensive de DeMarcus Cousins, il a manqué à nouveau la cible, cette fois dans le corner, pour le titre au buzzer. Le ralenti a montré que Green avait touché le ballon du bout des doigts.

« Tout le monde dans la salle savait qu’il y aurait une prise à deux sur Kawhi. Quand j’ai eu le ballon, Shaun (Livingston) s’est rapproché de moi et j’avais Kyle et Marc (Gasol) contre Draymond. Donc je n’ai pas bien exploité le 2 contre 1, on aurait pu faire les choses différemment, mais c’est facile à dire avec le recul. Mais si Draymond ne touche pas le ballon du bout des doigts et que Kyle met ce 3-pts, c’est la meilleure action de l’histoire. Si on se retrouve à nouveau dans cette situation, on essaiera d’exécuter un peu mieux. » Fred VanVleet

Pour la première fois dans ces playoffs, les Raptors ont marqué au moins 104 points pour 100 possessions sans réussir à gagner. L’équipe doit mettre ses shoots ouverts longue distance. Sur la série, Leonard est à 7/21 dans l’exercice, Lowry 8/27, Pascal Siakam 2/15 (0/12 sur les 4 derniers matchs), Danny Green 9/25, Marc Gasol 6/16 et VanVeet 10/27.

« Ça demande un niveau de concentration et de confiance en ton shoot plus élevé. La façon dont tu shootes à l’entraînement doit être la même quand tu shootes alors que tu joues pour un titre. » Fred VanVleet

Auteur du 3-points décisif du Game 2, Andre Iguodala a expliqué ce qui lui permettait de ne pas flancher dans ces moments-là.

« Pour moi c’est faire abstraction du bruit extérieur. Comprendre que tout ce qu’on entend ne concerne pas le match en lui-même, mais d’autres choses. Tu sais le travail que tu as fourni, tu sais pour qui tu joues : pour toi, pour tes coéquipiers. Tu ne te dis pas je vais mettre ce shoot parce que ça va booster mon ego ou ma marque, mes followers… Il faut être bien dans sa peau. Et c’est de plus en plus difficile pour les athlètes de l’être. Vous me voyez là j’ai un pull à capuche, et vous allez voir de plus en plus de joueurs comme ça. Ils s’enferment. Vous mettez ce bouclier parce que beaucoup de choses qui ne concernent pas le basket font partie de ça maintenant, et il y a beaucoup d’argent en jeu. Donc il faut avoir les idées claires et être à l’aise avec soi-même pour être performant au haut niveau. » Andre Iguodala

via Toronto Star

Partez vivre l’expérience NBA à New York et Los Angeles avec Basket Infos

Leave a Reply