Le Jazz en soutien total de ses internationaux; Joe Ingles : « J’adore jouer en NBA, mais il n’y a rien de comparable »

Le Jazz en soutien total de ses internationaux; Joe Ingles : « J’adore jouer en NBA, mais il n’y a rien de comparable »

France, Australie et États-Unis, ces trois pays auront un représentant du Jazz d’Utah lors de la Coupe du monde. Rudy Gobert, Joe Ingles et Donovan Mitchell représenteront – si tout va bien d’ici là – chacun leurs pays à partir du 31 août en Chine.

« Jouer pour l’Australie c’est la raison pour laquelle j’ai commencé à jouer au basket. Gamin, je voulais représenter l’Australie. C’est tout ce que je voulais faire. La NBA, et même le fait de devenir professionnel, ça paraissait loin à l’époque. Ce que je regardais c’était les matchs de l’Australie aux JO, à la Coupe du monde, c’est ce qu’on voyait à la télé. » Joe Ingles

Là où certaines franchises y voit un risque (cela aurait pu être le cas du Jazz depuis la rupture du ligament croisé antérieur de Dante Exum il y a 4 ans en amical) plutôt qu’un potentiel gain, le nouveau GM Justin Zanik de l’équipe a expliqué au Salt Lake Tribune que cette dernière avait été la « bénéficiaire » des expériences internationales de ses joueurs depuis quelques années.

« Nous voulons soutenir les objectifs de nos joueurs en matière de progrès et d’envie de représenter leurs équipes nationales. On les soutient aussi s’ils décident de ne pas le faire. On veut qu’ils s’entraînent, et que ce soit dans nos super infrastructures ou dans leur pays, nous voulons les soutenir dans leur volonté de progresser et d’atteindre leurs objectifs. » Justin Zanik

« J’avais envie de le faire. Je n’étais pas trop préoccupé par ce que tous les autres faisaient. » Donovan Mitchell

« Porter les couleurs, le nom… c’est quelque chose que tu ne peux avoir nulle part ailleurs. J’adore joue en NBA, j’adorais jouer en Europe, mais enfiler ce maillot avec ces couleurs et ce nom, il n’y a vraiment rien de comparable. » Joe Ingles

via Salt Lake Tribune

Rudy Gobert : « Notre but c’est de gagner »

Leave a Reply