Draft 2014 : Les profils de Rodney Hood, TJ Warren et Adreian Payne

Draft 2014 : Les profils de Rodney Hood, TJ Warren et Adreian Payne

Suite de nos présentations de profils de joueurs de la draft 2014 (vous pouvez tous les retrouver ici).

Rodney Hood a réussi son coup l’an passé. Après une première saison à Mississippi State, Hood a été transféré vers Duke, où il pourrait jouir d’une meilleure exposition et reconnaissance sur le plan national en vue de la suite de sa carrière, ce qui a été exactement le cas après l’excellente saison qu’il a réalisée aux cotés de Jabari Parker. Hood est d’abord est avant tout un shooteur, très bon en réception de passe, sur catch & shoot, mais aussi capable de dégainer plutôt bien en sortie de dribble. Il possède une excellente mécanique de tir et un très haut point de relâchement du tir qui, combiné à sa grande taille (2m04) le rend difficile à défendre.

Hood est en revanche totalement à la ramasse en défense, où non seulement de manquer de force (se fait très souvent remuer, ne garde pas son territoire) et d’une bonne envergure (2m04 seulement), il a démontré une faible intensité et énergie de ce côté là du terrain. Il est également limité en terme de création offensive pour lui même, notamment sur ISO, P&R ou sur du drive. Il est important de noter que Hood aura bientôt 22 ans, un âge très avancé pour un sophomore, ce qui semble limiter sa marge de progression. Attendu au premier tour, entre la 15e et 25e place, Hood a en tout cas tout ce qu’il faut pour donner à terme un très bon role player shooteur assez intéressant.

TJ Warren était l’an passé parmi les tous meilleurs marqueur de NCAA. Possédant de superbes instincts de scoreur (transition, jeu sans ballon, rebond offensif, excellente finition au cercle), Warren manque cependant d’un jump-shot réellement fiable (en raison de sa mécanique encore très irrégulière et perfectible techniquement) et d’explosivité lorsqu’il pénètre balle en main. Egalement, sa prise de décision est encore très moyenne (sélection de tir, mauvais passeur, perd beaucoup de ballons, etc).

Sa défense est en revanche bien plus moyenne. Il a démontré peu d’envie et d’intensité de ce côté là du terrain, et on ne sait pas quel poste il va bien pouvoir défendre, n’ayant pas vraiment de vitesse latérale pour garder des postes 3 et n’étant pas assez costaud du tout (n’aimant pas le contact du tout qui plus est) pour défendre des poste 4. Difficile de l’imaginer comme un titulaire en puissance une fois en NBA au vue de toutes ses limitations mais son sens du scoring pourrait l’aider à avoir un impact direct en sortie de banc par exemple. Attendu entre la 15e et 25e.

Coéquipier de Gary Harris à Michigan State, Adreian Payne est lui aussi attendu pour être drafté au premier tour. L’intérieur est un athlète explosif, très grand et long, qui a pour lui d’apporter une excellente polyvalence offensive : très bon shooteur (dans de multiples situations), bon jeu au poste, capable en transition, sur Pick & Roll, sans le ballon, peut attaquer le cercle en sortie de dribble, etc. Payne est en plus décrit comme un travailleur acharné (comme le prouve aussi l’évolution de son jeu) au caractère impeccable et qui joue avec une très grande intensité.

C’est en revanche son QI basket (des deux côtés du terrain) qui est une source d’inquiétude chez lui. Très mauvais défenseur loin du ballon, il fait preuve d’une attention et d’une rigueur loin d’être satisfaisante, limitant de ce fait son impact dans la protection du cercle (malgré les qualités physiques et athlétiques pour). De plus, il a déjà 23 ans, et possède des problèmes respiratoires qui l’empêchent de rester sur le terrain pour très longtemps et le fatigue très rapidement. Son potentiel est clairement très limité mais son cocktail de qualité plutôt intéressant devrait pouvoir en faire peut être un bon role player à terme.

Leave a Reply