Andrew Bogut : “Mon agent n’était même pas au courant que je discutais avec les Warriors”

Andrew Bogut : “Mon agent n’était même pas au courant que je discutais avec les Warriors”

Lorsqu’Andrew Bogut a signé en Australie après une expérience ratée aux Lakers la saison dernière, beaucoup d’observateurs estimaient qu’on ne reverrait plus le premier choix de la draft 2005 en NBA. À vrai dire, même lui croyait qu’il en avait fini avec la grande ligue.

“Je pensais vraiment ne plus rejouer aux Etats-Unis. J’en étais persuadé à 100%. Quand je fais quelque chose, je veux être impliqué à fond. J’ai signé un contrat pour deux ans sans clause pour rejoindre la NBA.” Andrew Bogut.

Mais les Warriors ont estimé qu’un retour de leur ancien vétéran leur serait bénéfique, et ils lui ont passé un petit coup de fil. Bogut était aussi intéressé et, heureusement pour les deux camps, l’équipe australienne du pivot l’a laissé partir. Au final, tout ça s’est passé si vite que même l’agent de Bogut n’a pas tout de suite été mis au courant.

“C’est assez amusant, mon agent n’était même pas au courant. Je lui ai dit : “Hé, je suis en train de parler avec les Warriors !” Il m’a répondu : “Sérieusement ? Ils savent que je suis ton agent ? Pourquoi ils ne m’ont pas appelé ?” Andrew Bogut.

Et depuis son retour, le pivot de 34 ans parvient à se rendre assez utile sur un terrain. En quatre rencontres, il tourne à 5,3 points, 6,3 rebonds et 2 passes décisives par match alors qu’il paraissait complètement cramé sous le maillot des Lakers. La raison de ce renouveau ? Sa petite balade en Australie qui lui a fait beaucoup de bien.

“On joue moins, c’était complètement différent. Parfois, on joue une fois par semaine. Parfois deux, toujours le week-end. Tout le monde sait qu’on a plus de repos là-bas. J’ai aussi bénéficié du fait d’être avec mes enfants et de savoir que je pouvais être avec eux du lundi au jeudi.” Andrew Bogut.

L’Australien a également perdu quelques kilos.

“Je suis plus mince. Je ne me sens pas vraiment différent et je n’ai rien changé au niveau de mon régime alimentaire. Honnêtement, quand je suis retourné en Australie, j’ai bu beaucoup plus de bières. Donc peut-être que ça marché. Je bois une ou deux bières avec ma famille chaque soir.” Andrew Bogut.

D’habitude, la bière ne fait pas maigrir. Bien au contraire. Alors comment expliquer cette perte de poids ?

“En NBA, les voyages posent problème pour rester en forme. Vous arrivez dans une ville… Même à Oakland en fait. Vous sortez de la salle à 22h30/23h. Le temps que vous sortiez des bouchons, tout est fermé, il ne reste plus que des fast foods. Vous pouvez imaginer ce qu’on trouve sur les menus… C’est un peu fourbe. Vous finissez par manger quelque chose qui n’est pas sain du tout parce que vous ne pouvez pas vraiment prendre quelque chose d’autre. Et c’est pareil à l’extérieur. Vous arrivez il est deux heures du matin, vous prenez quelque chose au room service et il n’y a pas grand-chose à part peut-être des cheeseburgers. Parfois, on peut avoir plus de mauvais repas qu’on devrait et ça s’accumule. En plus, maintenant en NBA on s’occupe vraiment bien de toi. Dès que vous tournez la tête il y a de la nourriture. Dans les vestiaires, avant le match, après le match, dans l’avion… Il y a de la nourriture partout. Parfois, honnêtement, je pense que des gars mangent seulement parce que c’est sous leur nez. Si la NBA s’inspirait du championnat australien, les matchs seraient plus intéressant mais au final, on serait beaucoup moins payé. C’est dur à entendre mais une des raisons pour laquelle nous avons des salaires si élevés c’est qu’on joue beaucoup de matchs. Beaucoup de joueurs refuseraient si leur salaire est à la baisse. Personnellement, j’adorerais jouer deux matchs par semaine. Ca serait absolument sensationnel. Les gars ne jouent pas aussi dur qu’ils le pourraient parfois quand il y a 82 rencontres. C’est comme ça avec une saison aussi longue.” Andrew Bogut.

Heureusement pour lui, Bogut n’a pas à s’inquiéter de devoir gérer toute une saison puisqu’il a rejoint les Warriors à seulement quelques semaines des playoffs. Frai et prêt à peser sur les matchs.

“C’était une trop belle opportunité pour passer à côté. Ma femme et moi sommes arrivés à la conclusion que je le regretterais si je n’y allais pas. C’est une histoire vraiment cool. Je suis excité par le fait d’être un bon coéquipier et de nous aider à gagner un titre. J’ai dit à quelques gars que je n’étais pas revenu pour perdre !” Andrew Bogut.

Via The Athletic.

 

Leave a Reply