Caris LeVert : « Ce sont des nouvelles qui changent votre point de vue sur les choses »

Caris LeVert : « Ce sont des nouvelles qui changent votre point de vue sur les choses »

Dans une interview accordée à sportingnews.com, l’arrière des Nets de Brooklyn Caris LeVert, revient sur sa blessure, son camp de basket à Pickerington (Ohio), sa ville natale et sur l’arrivé du trio Kevin Durant, Kyrie Irving et DeAndre Jordan.

Pour sa quatrième saison dans l’élite du basket mondial avec les Nets, le joueur de 25 ans a vu arriver du lourd cet été pour renforcer l’effectif. Durant, Irving et Jordan, c’est sûr que ça transforme une équipe :

« Ce sont des nouvelles qui changent votre point de vue sur les choses. Je savais que c’était en préparation, mais je ne savais pas que c’était officiel. Quand j’ai découvert ça, j’étais vraiment heureux. » Caris LeVert

Évidemment, les trois gaillards ne sont pas à Brooklyn pour passer du bon temps, mais pour gagner un titre, ce qui est l’objectif affiché par Caris LeVert :

« C’est le but. Quand vous obtenez des gars comme KD, Kyrie et DeAndre, les attentes augmentent. Nous avons hâte de voir cela. Nous avons travaillé pour cela. Je pense que tout le monde aime jouer sur le devant de la scène. Nous avons  hâte de commencer cette année et d’affronter les défis qu’elle nous posera. » Caris LeVert

En plus de ça, l’arrière de 2,01 m vient de signer une extension de 3 ans de son contrat pour un chèque de 52 millions de dollars, ce qui le fait passer dans une autre dimension :

« Peu importe d’où vous venez, cela vous prépare définitivement à la prochaine étape de la vie. Pour moi, le simple fait de jouer ici m’a mis en concurrence. Il y avait beaucoup d’enfants qui étaient bons quand j’étais plus jeune. Beaucoup de jeunes qui étaient talentueux et bons dans beaucoup de sports différents. Cela m’a aidé à me préparer pour le niveau supérieur, c’est sûr. » Caris LeVert

Pourtant, ce n’était pas gagné après sa grave blessure à la cheville en novembre dernier qui l’a écarté des terrains pendant seulement trois mois finalement :

« C’est tout à l’honneur de Dieu et du staff. Ils m’ont poussé tous les jours. La rééducation était vraiment, vraiment difficile. C’est l’une des choses les plus difficiles que j’ai faites. Nous avons tout simplement insisté tous les jours. Nous avons fait deux (séances) par jour et trois par jours. Tout a fini par payer. » Caris LeVert

Heureusement pour lui, aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre et sa notoriété grandissante l’a poussé à ouvrir son camp de basket à Pickerington (Ohio), la ville de son enfance, une consécration pour lui :

« C’était gratifiant avec tout le travail que j’ai produit depuis que je suis un enfant, mais je pense que pour moi j’ai beaucoup plus de travail à faire. Les gens sont excités pour moi, mais en même temps, j’ai l’impression d’avoir encore tant de travail à faire parce que je veux être là-haut avec les meilleurs joueurs de la ligue. » Caris LeVert

Le garçon peut avoir de l’espoir, il fait partie de ces joueurs qui progressent d’année en année et cette saison, Brooklyn pourrait très bien viser haut, surtout si Kevin Durant se remet de sa blessure à temps. Les feux sont presque tous au vert, il n’y a plus qu’à se mettre au travail.

Leave a Reply