USA – Grèce samedi; Brook Lopez : « Il va venir pour nous tuer, c’est sûr »

USA – Grèce samedi; Brook Lopez : « Il va venir pour nous tuer, c’est sûr »

Pour la première fois dans son histoire, Team USA s’apprête à affronter une équipe menée par… le MVP NBA en titre. Giannis Antetkounmpo et les Grecs (2-1) rencontreront ainsi les Américains (3-0) à Shenzhen pour le second tour de la Coupe du monde, samedi à 14h30 heure française.

« Tous les joueurs étrangers qui jouent en NBA sont bien sûr de bons joueurs, ou ils ne seraient pas là, Giannis est très spécial. Question préparation, en NBA tu sais à peu près ce que les adversaires vont faire, ce genre de choses. Mais ici, chaque équipe aborde les choses différemment. C’est plutôt agréable en fait, et ça représente aussi un challenge. C’est une bataille différente à chaque fois, ça rend les choses très intéressantes. » Gregg Popovich

Dans l’équipe, deux joueurs le connaissent bien pour jouer avec lui à Milwaukee : Brook Lopez et Khris Middleton.

« Il va venir pour nous tuer, c’est sûr. Il va essayer de nous arracher la tête, je n’en attends pas moins de lui. » Brook Lopez

« Personne ne sera intimidé je pense, et surtout pas moi. Je ne vais pas tuer mon gars, mais c’est un basketteur, comme nous tous ici. » Khris Middleton

Responsable du scouting report pour ce match, Steve Kerr va probablement surprendre ses joueurs lorsqu’il leur apprendra que Georgios Printezis est le meilleur marqueur de la Grèce sur ses 3 premiers matchs de la compétition avec 16.3 points par match. Devant Giannis – néanmoins meilleur rebondeur des siens avec 7.3 prises par rencontre -et ses 15.7 points par match. Quant à Kostas Sloukas, il délivre 6.7 passes décisives par match, devant l’ancien NBAer Nick Calathes, 5.3 en moyenne.

Son équipe battue d’un point par le Brésil mardi, Antetokounmpo avait été tenu à 13 points et seulement 7 tirs tentés. Après le math, le coach de la Seleção Aleksandar Petrovic avait déclaré :

« Nous avons montré que nous avions plusieurs joueurs qui pouvaient stopper Antetokounmpo. Mais hier j’étais plus préoccupé par Sloukas et Printezis et cela s’est vérifié aujourd’hui. Quand je préparais ce match, beaucoup de personnes me parlaient de comment arrêter Giannis et rigolaient. J’ai un plan en tête depuis 6 mois, depuis les demi-finales de conférence entre Toronto et Milwaukee, pour arrêter Antetokounmpo. Le problème ce soir pour nous c’était Sloukas et Printezis. » Aleksandar Petrovic

via The Athletic

Partez découvrir New York pendant les vacances à un prix canon !

Leave a Reply