Monte Morris : “Ça m’a vraiment énervé. Des mecs que je dominais à l’université étaient choisis avant moi”

Monte Morris : “Ça m’a vraiment énervé. Des mecs que je dominais à l’université étaient choisis avant moi”

Depuis sa draft en 2017, Monte Morris n’a cessé de progresser et de prendre de l’importance au sein de l’effectif des Nuggets malgré sa sélection en fin de second tour. Un choix tardif, qui a d’ailleurs surpris sur ancien coach d’Iowa State, Steve Prohm.

“C’est une question à un million de dollars pas vrai ? C’est quelque chose d’ahurissant pour moi. J’ai eu la chance de coacher beaucoup de bons arrières ; Cameron Payne a été lottery pick, Tyrese Haliburton va l’être aussi. Le point positif c’est que son caractère, ses capacités, son QI basket et son éthique de travail vont l’aider à aller loin. Que ce soit cette année ou l’année prochaine, il obtiendra son dû, mais il est probablement le meilleur meneur backup actuellement.” Steve Prohm

Une soirée de draft qui avait d’ailleurs été difficile à vivre pour celui qui allait devenir un futur Nuggets.

“Ça m’a vraiment énervé. Des mecs que je dominais à l’université étaient choisis avant moi. J’ai été blessé durant ce processus de draft. Après mon workout avec les Lakers, j’en avais encore 15 à faire. J’ai le sentiment que ma côte aurait pu augmenter si je les avais faits. J’ai bossé avec seulement trois équipes, donc oui j’ai été blessé, mais je pense toujours que mon CV, faire ce que j’ai fait à Iowa State aurait dû me permettre d’être sélectionné plus haut.” Monte Morris

Mais après une première saison en G-League, Monte Morris est devenu un élément clé du banc des Nuggets, comme l’explique son GM, Tim Connelly.

“C’est un rouage essentiel pour nous. Il peut jouer avec n’importe qui et les gars adorent être sur le parquet avec lui. Ils aiment l’avoir comme coéquipier. C’est quelqu’un qui joue dur, il représente un peu ce que nous sommes, un petit peu des oubliés. Il a beaucoup d’impact et s’est développé rapidement en un joueur à qui on peut faire confiance. Il n’a pas peur des moments chauds et nous avons toutes les raisons de penser qu’il sera de plus en plus fort.” Tim Connelly

Lui qui déclarait durant la saison que “ça signifiait beaucoup d’avoir la confiance de Mike Malone” a mis la déception de la draft derrière et s’en est servi comme motivation.

“En grandissant, je disais à ma famille que je jouerai en NBA et que je serai drafté. Donc c’était un moment irréel lorsque c’est arrivé. Je m’en souviens très bien. Tout le monde pleurait et m’embrassait. J’avais fait un discours en disant que même si j’avais été pris en 51, je me considérais comme l’un des meilleurs arrières de la draft et que j’allais leur montrer quand j’en aurai l’occasion. Ça a toujours été ma motivation.” Monte Morris.

Cette saison, l’arrière tourne à 8.4 points et 3.5 passes à 37.5% de loin en 22 minutes.

Via The Athletic

Leave a Reply