Olivier Sarr : “Je suis venu à Kentucky pour gagner, j’ai essayé à Wake Forest, mais il y avait de réelles limites”

Olivier Sarr : “Je suis venu à Kentucky pour gagner, j’ai essayé à Wake Forest, mais il y avait de réelles limites”

Olivier Sarr a aujourd’hui déjà fait trois saisons complètes à la fac, toutes du côté de Wake Forest. Ceci dit, pour sa saison senior (mais aussi suite au départ de son coach formateur Danny Manning), le pivot français a décidé de rejoindre Kentucky, programme encore plus réputé. Aujourd’hui, c’est auprès du légendaire John Calipari qu’il développe de nouvelles habitudes.

Ici, on me dit de rester positif quoi qu’il arrive et c’est ce que je fait. Mais parfois pour être honnête, c’est difficile. C’était un pari de quitter Wake Forest mais Coach Cal s’est montré très confiant. Il m’a dit de ne pas m’en faire. Il savait que mon adaptation prendrait un peu de temps. Mais j’ai toujours un paquet de questions dans la tête.” Olivier Sarr

S’il a décidé de quitter son confort, c’est pour une raison simple et claire : bien sûr, boucher le trou qu’il y a au poste de pivot à Kentucky, mais surtout gagner !

Gagner était mon but. Gagner est quelque chose qui m’anime vraiment. J’ai essayé à Wake Forest, mais il y avait des limites réelles. C’est pour ça que je suis venu à Kentucky. Quoi que cela demandera je veux sacrifier tout ce que j’ai pour l’équipe, jouer mon rôle et faire de mon mieux pour aider ce programme à remporter le titre national.” Olivier Sarr

Ce qui a séduit Calipari ? Facile : ses performances consécutives contre Duke et Notre Dame lors desquelles en plus d’avoir obtenu la victoire à chaque fois, le pivot a cumulé 55 points et 22 rebonds.

J’ai dû rappeler ça à mon équipe l’autre jour parce qu’ils (Isaiah Jackson et Lance War) font du bon boulot face à lui. Certains sont freshmen mais ils ne se laissent pas faire. Je leur dis quand ils l’affrontent que peu de monde ici aurait pu cumuler 55 points et 20 rebonds en deux matchs, qu’ils affrontent un joueur très bon, et ça les motive. Ça montre que nous avons de très bons joueurs dans cet effectif.” John Calipari

Bruiser Flint l’assistant de coach Cal est de son côté tout autant enthousiasmé par l’arrivée d’Olivier Sarr dans la raquette des Wildcats.

Olivier vous offre une vrai présence au poste. Il vous donne des opportunités de scorer près du panier. Mais il est aussi très skillé et n’est pas juste un joueur qui va évoluer dos au panier. Il peut jouer sur tout le terrain et peut même tirer à 3-points. Offensivement, il est un big man avec beaucoup de polyvalence et c’est vraiment une super recrue.” Bruiser Flint

Visiblement, quand le Frenchy a compris qu’il pouvait avoir une vraie opportunité à Kentucky, il n’a pas non plus hésité trop longtemps vu la réputation de la fac de Calipari.

Quand vous réfléchissez aux meilleurs programmes de basket universitaire, Kentucky en fait définitivement partie, s’il n’est pas le meilleur. C’est comme une usine qui fabrique des joueurs NBA et n’en sort que des victoires et des winners. C’est une équipe qui est déjà allée très loin, plusieurs fois, dans le tournoi NCAA. Ils ont cette tradition de couper les filets à chaque fois qu’ils vont au bout et c’est quelque chose que je suis vraiment motivé à faire.” Olivier Sarr

Les objectifs à court terme semblent clairs pour Olivier : gagner avec Kentucky. Mais plus tard, peut-il rêver de NBA ? Pour vous faire un avis, nous vous conseillons cette vidéo que le 6e homme avait réalisée pour parler des meilleurs prospects français en NCAA. Olivier Sarr en fait évidemment partie.

Via The Athletic

Leave a Reply