Andrew Wiggins est-il le premier numéro un de Draft à être échangé?

Andrew Wiggins est-il le premier numéro un de Draft à être échangé?

Comme l’a confirmé Adrian Wojnarowski en milieu d’après-midi, Wolves et Cavaliers ont trouvé un accord de principe pour un échange, et les chemins de Kevin Love et Andrew Wiggins vont donc se croiser.

Ainsi, à peine ses valises posées, Andrew Wiggins va déjà pouvoir les refaire, puisqu’il quitte l’Ohio sans avoir joué le moindre match avec Cleveland. Ce n’est cependant pas sans précédent, puisque dans l’Histoire de la NBA, cinq autres numéros un de Draft n’ont pas porté les couleurs de l’équipe qui les a choisis.

Parmi eux, deux autres joueurs ont été échangés. On se rappelle ainsi de Chris Webber, qui, après avoir été choisi en première position de la Draft 1993 par Orlando, avait demandé un transfert, préférant évoluer au sein d’une équipe avec davantage de vétérans. Le Magic l’avait alors échangé contre le troisième choix de la Draft, Penny Hardaway, ainsi qu’un sympathique assortiment de picks. Une contrepartie qui leur permit de rallier les Finales NBA dès la saison sophomore de Penny.

Le cas de Wiggins, qui n’a pas demandé de transfert, se rapproche davantage de celui de Chuck Share, le premier choix de la Draft 1950. Initialement choisi par Boston, il avait été échangé dans la foulée pour acquérir Bill Sharman, qui deviendrait par la suite l’un des piliers du début de la dynastie des Celtics. Share passera pour sa part six saisons honnêtes dans la ligue, pendant que Sharman compilera 8 sélections All-Star et quatre bagues.

Les trois autres numéros un de Draft évoqués plus haut n’ont pas été transférés : ils ont simplement choisi une autre voie. Ainsi, Clifton McNeely, choisi en première position en 1947 –la première Draft de l’Histoire- n’avait pas l’intention de devenir joueur professionnel et resta coacher dans son Texas natal.

Il n’est cependant pas le seul numéro un Draft à n’avoir jamais foulé les parquets NBA : après avoir purgé quatre ans de suspension pour une affaire de match truqués, Gene Melchiorre se présenta à la Draft en 1951 et fût choisi en première position par les Bullets. Néanmoins, le commish de l’époque, Maurice Podoloff, ne l’autorisa pas à jouer, préférant refuser l’accès à la ligue à tous les joueurs avec un passif similaire. Prends ça la réinsertion.

Enfin, en 1975, David Thompson fût choisi en première position par Atlanta lors de la Draft NBA, mais également par Denver lors la Draft CBA. Il choisit alors de rejoindre les Nuggets, les salaires proposés en CBA étant à l’époque bien plus élevés. Thompson préféra toutefois prétexter un manque de considération des Hawks à son égard, assurant que ceux-ci avaient organisé leur rencontre au McDo. Il était néanmoins couru d’avance que celui que l’on n’appelait pas encore Skywalker rejoindrait la CBA quoiqu’il advienne.

Le cas de figure de Wiggins est donc assez rare puisqu’il devient le sixième numéro un de Draft à ne pas débuter sa carrière sous les couleurs de l’équipe qui l’a sélectionné. Il n’est également que le troisième à être échangé, et on lui souhaite d’avoir une carrière de l’acabit de celles de Webber ou Thompson. Quant aux Cavaliers, s’ils parviennent à créer un début de dynastie comme les Celtics l’ont fait après avoir échangé Chuck Share, on ne trouvera plus rien à redire concernant cet échange.

 

Facebook Comments

Leave a Reply