Road to the Draft : Miles Bridges vs Arizona

Road to the Draft : Miles Bridges vs Arizona

21495989-standard

Après une grosse performance, sur le plan statistique (33pts) mais aussi dans le contenu sur son match de présaison contre Northwood, il était normal de garder un œil sur Miles Bridges en ce tout début de saison universitaire. Et quel meilleur test pour le freshman que d’affronter la belle escouade d’Arizona d’entrée de jeu. Durant cette rencontre très disputée que les Spartans ont finalement perdu sur un panier au buzzer, Bridges a confirmé sur un vrai match, contre une vraie compétition les belles promesses entrevues en présaison.

Là où la performance de Bridges est on ne peut plus intéressante, c’est qu’il fut performant dans des domaines que l’on avait peu vu contre Northwood, et malgré des déficiences dans les domaines qui au contraire étaient à la base de ses 33 points, à savoir son tir extérieur.

Contre les Widcats d’Arizona, Bridges n’a pas été en grande réussite sur son jump-shot. Un trois points en réception de passe en tout début de rencontre, puis plus grand-chose. Il manque notamment deux tirs ouverts à trois points dans cette rencontre, sans pour autant que sa belle et rapide mécanique soit à remettre en question.

Par deux fois également, Bridges a démontré ses limites en termes de création d’espace pour son tir. Non pas qu’il ne puisse jamais arriver à le faire, mais il doit encore clairement coordonner mieux que ça son footwork et ses appuis, ainsi qu’être plus incisif sans doute dans ses choix (quelque chose qui arrivera avec une plus grande assurance dans ses moves, quand il les aura perfectionnés, s’il le fait). En première mi-temps, avec encore 13 secondes restantes sur l’horloge de la possession, il place un jabstep peu efficace et déclenche un long tir contesté. En seconde mi-temps, il retente de créer quelque chose sur isolation mais s’emmêle les pinceaux (tentative de spin move et step back, mais le défenseur reste au contact) et lâche alors son ballon. La fois suivante du coup, sur isolation toujours, il s’empare du ballon derrière l’arc et s’élève tout simplement pour le trois-points. Airball.

Bridges a cependant démontré de très belles choses sur son drive, que l’on avait peu vu contre Northwood. Il n’est malheureusement pas arrivé à concrétiser toutes ses superbes percées dans la raquette, se manquant dans la finition une fois au cercle, mais sa capacité à se rendre à volonté jusqu’au panier (au niveau NCAA) ne fait plus de doute.

Athlète extrêmement explosif, il fut très percutant et difficile à suivre pour les défenseurs. Connu et respecté pour son tir de loin, Bridges attaque sans une once d’hésitation les closeouts adverse depuis des positions de spot-up (par deux fois d’affilé en première mi-temps par exemple, même s’il fut incapable de finir). En seconde mi-temps, il reçoit la balle dans le corner, aperçoit une ouverture dans la défense et s’infiltre agressivement pour conclure acrobatiquement sur un lay-up renversé. En fin de match, il prend la balle en tête de raquette, emmène son défenseur vers sa gauche puis place un magnifique spin move qui le propulse jusqu’au panier où il conclut brillamment.

De manière générale, Bridges a encore du mal sur de la création pure en isolation, bien qu’il conserve un très bon potentiel (à peine 18 ans, des qualités athlétiques extraordinaires et des qualités basketballistiques bien développées déjà). Ce n’est pas seulement sa coordination d’appuis comme expliqué plus haut, mais aussi sa lucidité et sa qualité de dribble (parfois les deux à la fois). Assez bon manieur de ballon, il n’est pas encore un maître dans l’exercice et peut se faire chiper la balle par de plus petits arrières en défense. Sur deux situations de jeu, il aurait pu faire de meilleur choix de drive : en première mi-temps il fonce tête baissée et se retrouve hors de contrôle et complètement déséquilibré, et en seconde mi-temps il pénètre dans une zone de terrain dense en joueurs (adversaires et coéquipiers d’ailleurs) et sans surprise perd la balle.

Au-delà du drive pur, Bridges a aussi prouvé être capable d’être un excellent scoreur intérieur. Très rapide en transition, il conclut deux magnifiques lobs après une rapide course vers l’avant, et en semi transition attaque le cercle de manière agressive pour claquer un reverse dunk spectaculaire. Sur une séquence d’attaque placé, il démontre toute son intelligence de jeu en lisant bien le défenseur (qui anticipe trop l’écran qui arrive) et le surprend sur un magnifique backdoor cut qui résulte en un féroce dunk sur alley-oop.

Son jeu au poste fut peu utilisé, mais lorsqu’il le fut, cela ne fit qu’impressionner encore plus sur le potentiel du jeune homme. Dos au panier et défendu par un défenseur grand, robuste (plus que les standards NCAA) et actif, Bridges plaça un spin-move extrêmement rapide qui scotcha sur place son vis-à-vis, puis s’éleva dans les airs pour claquer le dunk avant que la défense n’ait compris et ne puisse réagir. Peu recherché au poste, il est cependant vrai que par deux fois il a semblé que Michigan State souhaitait lui transmettre la balle dans cette position et qu’il fut incapable de tenir à distance son très grand défenseur pour s’assurer de recevoir la balle dans cette position.





Plus encore, Bridges a confirmé (et plus encore) les toutes petites promesses de son jeu de passe et de son intelligence de jeu. Dès l’entame du match, il percuta la défense en pénétration pour ensuite ressortir sur un shooteur ouvert (il le fera encore deux fois de bonne manière dans ce match). Victime d’une prise à deux, il s’en sortit en dribblant sans perdre le ballon, et mieux, la fois suivante trouva de très belle manière un partenaire totalement démarqué sous le panier. Splendide. Plus tôt dans le match, après un rebond offensif où la défense n’est pas encore totalement en place, il refuse un trois-points à moitié ouvert pour transmettre la gonfle complètement à l’autre bout du terrain à un coéquipier totalement ouvert. Altruiste et avec de bons instincts, Bridges s’affirme réellement comme un passeur très intéressant, malgré le peu que Tom Izzo lui demande dans ce domaine (il n’y a pas de star, ni de porteur de balle principal, la balle est tout le temps en mouvement dans le système de jeu).

Défensivement, Miles Bridges a également montré de très belles choses à la fois sur l’homme mais aussi dans sa défense loin du ballon.

En premier lieu, il fut imprenable sur Pick & Roll, mettant sa mobilité et ses qualités athlétiques directement au service de ses performances. Possédant une superbe vitesse latérale, il est tout le temps parvenu à contenir le porteur de balle en sortie d’écran, et d’ensuite revenir sur son propre attaquant très rapidement. De plus, et surtout, bien que très jeune il semble déjà posséder une belle discipline défensive : il utilise la rapidité de ses jambes pour être en bonne position au bon moment, il conserve ses bras tout droit en l’air et utilise à la perfection son corps plutôt que ses mains pour stopper son vis-à-vis et s’interposer tel un mur sur la trajectoire de l’attaquant. Il en va d’ailleurs de même au poste, où bien que pas encore très puissant, il bouge très bien ses appuis et garde ses bras bien haut pour contester au maximum sans pour autant commettre la faute. En deuxième mi-temps, il se retrouve à un contre deux sur une contre attaque, et ne se jette pas ni sur le porteur de balle ni sur le suiveur, ce qui lui permet de sauter dans un timing parfait pour bloquer le tir en annihiler la contre-attaque, bien qu’en infériorité numérique. Autant de bons réflexes aussi jeunes, c’est Aaron Gordonesque.

Par deux fois cependant, il a concédé à son attaquant d’établir sa position très proche du cercle, résultant de ce fait en un tir facile et donc un panier. Il doit encore apprendre à repousser le plus loin possible son vis-à-vis qui cherche à s’installer au poste bas, et profiterait bien de quelques kilos de muscles supplémentaires (même s’il est déjà très bien bâti pour son âge). Il faut toutefois nuancer. Il avait pour ordre de défendre Lauri Markkanen lorsque ceci est arrivé, soit un pivot ultra talentueux attendu top 10 à la draft, et surtout mesurant plus de 7 pieds de haut quand lui n’est qu’à 6’6. Il est peu probable que Bridges doive défendre de tel joueurs plus tard chez les pros, mais il doit cependant être plus agressif, il est vrai.

Au rebond, Bridges s’est laissé prendre une seule fois en tout début de match à ne pas poser un boxout pour bloquer son attaquant, et depuis ce moment-là jusqu’à la fin du match, s’appliqua à bien faire les choses toute la partie. Sa technique est bonne et sa détermination également, même si une fois en fin de rencontre il s’est fait bouger de la zone préférentielle qu’il occupait pour se faire prendre un rebond offensif sur la tête.

L’un dans l’autre, ce fut agréable de voir Bridges confirmer son talent contre une vraie équipe dans un vrai match. Là où le garçon est intéressant, c’est qu’il n’est pas qu’un simple athlète d’exception, et possède une technique, une intelligence de jeu et des qualités très intrigantes. Vu à son avantage sur son shoot la fois précédente, Bridges a cette fois fait étalage de ses pénétrations, ses passes et sa défense. Quand on fait rentrer son très jeune âge dans l’équation, et le fait qu’il pourra briller à Michigan State, difficile de ne pas l’imaginer finir dans la lottery, voir même du top 5 s’il tient ce rythme toute la saison (actuellement 26e chez l’incountournable Draftexpress).

De manière très intéressante d’ailleurs, Tom Izzo s’en est remis à lui dans la fin de match, lui confiant des possessions sur isolations plutôt que l’habituel ballet dansant du ballon et des joueurs, dans les 5 dernières minutes. Et même si cela n’a pas été extraordinaire (il a encore du mal à créer souvent et régulièrement, quantitativement et qualitativement), cela n’a pas été non plus une catastrophe, Bridges s’en sortant avec deux bons drives et une jolie passe en pénétration.

La saison va encore être longue, mais nul doute que Miles Bridges sera à surveiller de très près, et qu’il devrait rapidement remonter dans les mock draft.

Guillaume (@GuillaumeBInfos)

Facebook Comments

Leave a Reply