[Interview croisée] Curry, Barnes, Thompson & Green : « C’était pathétique ! C’était vraiment ridicule »

[Interview croisée] Curry, Barnes, Thompson & Green : « C’était pathétique ! C’était vraiment ridicule »

Le Madison Square Garden est passé en mode silencieux ce dimanche. Et non, on ne parle pas de snipers, même s’il y en avait de sacrés dans la salle avec la visite des Warriors. Juste une expérimentation pas forcément déplaisante, mais qui n’est manifestement pas du goût des adversaires, que les Knicks avaient bien pris soin de ne pas avertir… Témoignages des intéressés auprès de notre correspondant.

Steph, vous arrivez sur le terrain, et là, pas de musique :

« J’ai lu le message sur l’écran géant, comme quoi les fans pouvaient profiter du jeu dans sa forme la plus pure… C’est une belle façon de le décrire ! »,

Aviez-vous été prévenus ?

« Non, non, non. On s’échauffait en ligne au double-pas. Je n’entendais aucune musique et c’était bizarre. On s’est dit qu’ils attendaient le début du match, mais non. On a essayé de faire notre propre beat sur le terrain, pour voir si quelqu’un allait improviser un petit rap vite fait du coup ! Mais c’était juste louche ».

Draymond, qu’est-ce que tu en as pensé du coup ?

Tu as vu cette première mi-temps ? C’était juste naze, pourrie ! Ça partait dans tous les sens, le jeu n’avait aucun rythme. Crois-moi ou pas, tous ces aspects jouent un rôle dans le match. C’est pour ça que plein de gars s’entraînent la nuit. Tu mets de la musique, ça t’aide à être dans ta zone. Je ne pense pas qu’ils l’ont fait pour nous déstabiliser, mais ça a certainement foutu tout le match en l’air. Ils doivent jeter ça à la poubelle, c’était à jeter.

À ce point ?

C’était pathétique ! C’était vraiment ridicule, ça a complètement changé le rythme. On est habitué à jouer ce jeu avec un certain rythme, et tu changes tout ça ?! C’était nul. Pour moi, c’est une marque d’irrespect envers tous les mecs qui ont fait avancer ce jeu, qui en ont fait un spectacle, qui y ont donné un super flow. Pour moi, c’est un manque de respect total. Dans la vie, tu avances pour faire progresser les choses, tu ne reviens pas en arrière vers ce qui était mauvais ! C’est comme avec les ordinateurs, ils peuvent tout faire pour nous, alors pourquoi reviendrait-on au papier ? Pourquoi ?! C’était ridicule.





Matt, pareil ? C’était bizarre ? Ils étaient punis ou quoi (rires) ? Ça ne m’est jamais arrivé en NBA.

Je ne me suis jamais retrouvé dans une salle qui paraissait morte comme ça. Apparemment, en deuxième mi-temps, ils leur ont levé la punition et la musique est revenue. C’était juste bien mieux.

Tu penses qu’ils ont fait exprès de ne pas vous le dire ?

Je ne suis pas sûr, ça fout les deux équipes en l’air. Tu as l’habitude de toute l’ambiance sonore. Mais bon, au final, tu dois surtout jouer au basket…

Et toi Klay ?

C’était bizarre. J’avais l’impression d’être à la salle d’entrainement, un truc dans le genre.

(Steph Curry) Moi j’avais l’impression d’être en High School. Et encore, on avait de la musique au lycée. Comme au collège en fait : juste toi, tes coéquipiers et le son du ballon…

(Steve Kerr) : En fait on prends ça comme un acquis. C’est partout en NBA. Tu n’y penses pas, jusqu’à ce que ça disparaisse. C’était comme à l’église ! (Rires) Vraiment, c’était très silencieux. En même temps, c’était dimanche, donc c’est peut-être pour ça !

Note : si l’ambiance était certes assez étrange et que l’on a l’habitude de critiquer les Knicks (ils le méritent, franchement !), du point de vue public, l’expérience n’était pas mal du tout. Moins de distractions, plus de spontanéité dans les réactions, l’oreille qui ne bourdonne pas à la fin du match et la voix préservée d’avoir dû gueuler pendant 2h30 pour discuter… Dans une saison où ils fêtent leur 70 ans, c’était peut-être la meilleure idée que la franchise ait eue. Et si cela avait amené une victoire au bout, après tout, ç’aurait pu être encore plus intéressant…

Propos recueillis par Antoine Bancharel, notre correspondant à New York

Facebook Comments

1 Comment

  1. Ahhh j'suis pour! Eh, t'es spectateur, si tu veux t'imerger, c'est avec le rythme du ballon, les voix des joueurs, entendre le coach gueuler, …

Leave a Reply