Ranking : Les 10 meilleurs arrières NBA du moment

Ranking : Les 10 meilleurs arrières NBA du moment

Suite de nos rankings temporels qui inaugurent ce début de saison. Après les meneurs, place logiquement aux arrières, qui s’ils ne dominent plus la NBA, prennent une place de plus en plus importante dans leurs équipes.

On notera, qu’habituellement, des remplaçants de luxe scoreurs sont présents dans mon ranking des shooting-guards (tels que Jamal Crawford, Manu Ginobili ou Lou Williams ces dernières saisons), mais qu’exceptionnellement, ce n’est pas le cas cette fois.

Les critères pris en compte sont :

  1. Les 10 derniers matchs.
  2. Avoir joué au moins 70% des matchs concernés.
  3. Les résultats collectifs sur la période.
  4. Pas de Hype.
  5. L’importance et l’implication du joueur dans le système de son équipe.
  6. Les statistiques individuelles sur la période.
  7. Ma subjectivité, car il faut faire des choix et les assumer.

 

  1. Jayson Tatum – Boston Celtics (10-0)
    13.2 pts à 49.4%, 5 rbds, 1.6 passe & 0.6 ct en 28.2 mins

Magnifique début de saison pour Jayson Tatum qui s’adapte à merveille à tout ce que lui demande Brad Stevens. Depuis la blessure de Gordon Hayward, son rôle dans la rotation des Celtics est plus important que prévu, et celui-ci prouve qu’il a bien mérité son troisième choix de la draft 2017.

  1. Evan Fournier – Orlando Magic (5-5)
    18.8 pts à 52.6%, 3.4 rbds, 3.3 passes & 1.3 int en 32.5 mins

Une petite baisse de régime pour Evan Fournier et le Magic en ce moment. Après avoir surpris toute la NBA en début de saison, les Flordiens sont rentrés dans le rang ; suite à des problèmes de blessure au poste 1. Par contre, « More Champagne » continue de faire le travail au scoring, et on serait étonnés du contraire.

  1. J.J. Redick – Philadelphia 76ers (7-3)
    16.1 pts à 45.6%, 3.3 rbds, 4.1 passes & 0.4 int en 33.5 mins

On parle beaucoup des succès de Ben Simmons et de Joel Embiid à Philadelphie, mais sans faire de bruit, la présence de J.J. Redick est un des clés du succès que rencontrent les joueurs de Brett Brown. La présence d’un vétéran du calibre du Blue Devil dans la rotation « young gunz » des 76ers est un luxe dont beaucoup de coachs rêvent.

  1. Bradley Beal – Washington Wizards (5-5)
    23.9 pts à 50.9%, 4.7 rbds, 3.6 passes & 1.2 int en 33.8 mins

Encore un gros début de saison pour Bradley Beal ! L’arrière scoreur de Wizards est toujours une menace pour les défenses adverses, et dernièrement, face aux Raptors de DeMar DeRozan, il a prouvé qu’il n’avait pas besoin de John Wall pour créer ses shoots, terminant la rencontre avec 38 pts à 61.5% de réussite, la victoire en prime.

 

  1. C.J. McCollum – Portland Trail Blazers (5-5)
    21.5 pts à 44.1%, 3.9 rbds, 2.8 passes & 0.9 int en 36 mins

Lieutenant en chef de Damian Lillard, C.J. McCollum propose encore un début de saison des plus réguliers. Le MIP 2016 fait exploser les schémas défensifs de ses adversaires soir après soir, avec sa palette offensive rare en NBA pour un joueur non All-Star.

  1. DeMar DeRozan – Toronto Raptors (5-5)
    25.5 pts à 45.1%, 3.3 rbds, 4.2 passes & 1.3 int en 35.7 mins

Un début de saison dans les standards habituels pour DeMar DeRozan. Les Raptors affichent un nouveau visage avec trois nouveaux titulaires en comparaison à la même époque la saison passée, et occupent sereinement la quatrième place de leur conférence.

  1. Jimmy Butler – Minnesota Timberwolves (6-4)
    17.3 pts à 43.2%, 4.9 rbds, 5 passes & 1.5 int en 35.6 mins

Sous ses nouvelles couleurs, il semble que Jimmy Butler occupe le rôle dans lequel il est le meilleur. L’arrière All-Star est le leader des Wolves, sans devoir scorer 25 points par match ; il laisse la tâche à Andrew Wiggins et Karl-Anthony Towns. Capable de gagner en scorant à peine 4 points face aux Mavs, l’ex-Bull reste toujours décisif des côtés du terrain si son équipe en éprouve le besoin.

  1. Avery Bradley – Detroit Pistons (8-2)
    18.3 pts à 43.3%, 3.3 rbds, 1.6 passes & 1.7 int en 33 mins

Après sept saisons de bons et loyaux services sous le maillot de Celtics, Avery Bradley arrive à la saison de la confirmation sous celui des Pistons. Tradé cet été pour faire de la place à Gordon Hayward et son gros contrat, le dix-neuvième choix de la draft 2010 est la raison du changement de culture qui s’opère à Detroit cette saison. Si Andre Drummond et Tobias Harris se mettent en évidence, le meilleur défenseur sur l’homme de la NBA est le facteur X qui fait de l’équipe de Stan Van Gundy la grosse surprise de ce début de saison à l’est.

  1. Eric Gordon – Houston Rockets (8-2)
    22.7 pts à 42.3%, 2.3 rbds, 2.9 passes & 1 int en 34.8 mins

Meilleur remplaçant de la NBA en titre, Eric Gordon devait occuper ce même spot dans la rotation des Rockets cette saison. Toutefois, suite à la blessure de Chris Paul lors de l’opening-night, Mike D’Antoni a dû se résoudre à l’associer à James Harden d’entrée de match. Si cette association n’avait pas été vraiment concluante la saison passée en raison des carences défensives des deux intéressés, cette année, ils sont redoutables. Houston occupe la première place de la conférence ouest, et reste sur six succès de rang.

  1. Klay Thompson – Golden State Warriors (9-1)
    20.5 pts à 51.6%, 3.8 rbds, 3 passes & 0.7 int en 31.8 mins

Troisième roue du carrosse luxueux des Warriors, Klay Thompson n’a en fait que peu de choses à envier à Stephen Curry ou Kevin Durant. Le multiple All-Star fait partie des meilleurs two-way players de la ligue, au même titre que Kawhi Leonard ou Jimmy Butler, quand trop se concentrent sur ses qualités de shooteur hors du commun. En ce début de saison, il n’a pas besoin de forcer son talent, Golden State pliant rapidement ses matchs dernièrement, d’où son « faible » temps de jeu, le moins important de ce ranking après Jayson Tatum.

 

Leave a Reply