[Que sont-ils devenus ?] Les meilleurs joueurs de High School 2008

[Que sont-ils devenus ?] Les meilleurs joueurs de High School 2008

On continue notre série d’articles consacrée aux meilleurs joueurs de High School du passé afin d’analyser leurs carrières respectives. Après Blake Griffin, Derrick Rose ou encore James Harden de la classe 2007, c’est au tour d’une cuvée honnêtement moins impressionnante mais tout aussi intéressante à analyser.

Pour rappel, on utilise les rankings de High School établis par ESPN en analysant le Top 10 établis par les scouts du média américain, puis en faisant ressortir quatre joueurs de plus classés au-delà de la dixième place.

CLIQUEZ ICI POUR RETROUVER LE « QUE SONT-ILS DEVENUS ? » PRÉCÉDENT

#1. Brandon Jennings – Oak Hill Academy
Stats HS : 35.5 pts par match (Senior)
Draft NBA : 10ème en 2009 (Bucks)
Stats NBA : 14.3 pts à 38.8%, 3 rbds, 5.7 passes & 1.2 int en 30.8 mins (541 matchs)
Distinctions Pro : N/A

À sa sortie du lycée, Brandon Jennings qui était alors le plus gros prospect des États-Unis a pris tout le monde de court en choisissant de sauter la case NCAA, une première ! Choix financier pour le natif de Compton qui signa un joli contrat avec Rome (1.65 million de dollars) ainsi qu’un deal de 2 millions de dollars pour représenter Under Armour. De retour au pays, sa cote a chuté au moment de la draft, ses faibles stats en Euroleague ne plaidant pas pour lui au pays des chiffres (5.1 pts à 38.7%, 1.6 rbd, 1.6 passe & 1.2 int en 19.6 mins). Pourtant, deux semaines après l’ouverture de sa saison rookie, il planta 55 points aux Warriors, ce qui fit taire nombre de ses détracteurs. Par la suite, la réputation du meneur de jeu n’a cessé de se détériorer en raison de ses choix offensifs et il a été tradé aux Pistons où il subit une grave blessure au tendon d’Achille, pour jouer ensuite au Magic, demander à être coupé par les Knicks, et n’a pas su être le backup recherché pour John Wall à D.C. Aujourd’hui, le MVP du McDonald’s All-American 2008 joue en Chine, on pouvait s’attendre à mieux… et lui aussi.

#2. Samardo Samuels – Saint Benedict’s Prep
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : non drafté en 2010
Stats NBA : 5.9 pts à 44.5%, 3.4 rbds, 0.4 passe & 0.4 ct en 15.8 mins (109 matchs)
Distinctions Pro : Champion des Caraïbes (2009), Champion de Lega (2014)

Annoncé comme le big-man qui allait dominer la NBA, Samardo Samuels n’a même pas eu la chance d’être drafté après deux saisons à Louisville. Le Jamaïquain a pu montrer qu’il avait de bonnes mains pour un joueur intérieur (23 pts en 2011 avec les Cavaliers), mais il a tout de même dû se rendre à l’évidence, la NBA ce n’était pas pour lui. Après quelques essais en G-League, ce McDonald’s All-American décida de traverser l’Atlantique avec un parcours de globetrotter : Israël, Italie, Espagne, Chine et Serbie.

#3. Tyreke Evans – American Christian High School
Stats HS : 31.1 pts, 8.8 rbds, 5.7 passes & 4.3 ints (Senior)
Draft NBA : 4ème en 2009 (Kings)
Stats NBA :16.1 pts à 44.4%, 4.8 rbds, 5.1 passes & 1.3 int en 32.2 mins (473 matchs)
Distinctions Pro : Rookie de l’année (2010)

Après une saison NCAA intéressante sous les ordres de John Calipari à Memphis (17.1 pts, 5.4 rbds & 3.9 passes), Tyreke Evans s’est régalé lors de son arrivée en NBA, profitant des espaces laissés aux bons manieurs de ballons par les règles de la grande ligue. Auteur d’une saison rookie historique en étant le premier débutant depuis Michael Jordan et avant lui Oscar Robertson à tourner à 20 pts, 5 rbds & 5 passes de moyenne. Arrière capable de jouer meneur de jeu, ses belles stats lui ont finalement porté préjudice, car on a commencé à attendre beaucoup (un peu trop ?) du natif de Chester en Pennsylvanie, ce qui n’est pas évident pour un joueur dépourvu d’un shoot extérieur fiable. Les blessures s’accumulant, sa carrière a commencé à suivre une grande décadence, quittant Sacramento pour la Nouvelle Orléans, avant de rebondir cette saison à Memphis. Dans un rôle de sixième homme de luxe, puis de titulaire dernièrement, le ROY 2010 semble s’éclater, et c’est ce qu’on lui souhaite pour le reste de sa carrière.

#4. Jrue Holiday – Campbell Hall High School
Stats HS : 25.9 pts, 11.2 rbds, 6.9 passes & 4.8 int (Senior)
Draft NBA : 17ème en 2009 (76ers)
Stats NBA : 14.3 pts à 44.1%, 3.6 rbds, 6.2 passes & 1.5 int en 32.3 mins (504 matchs)
Distinctions Pro : NBA All-Star (x1)

Si Tyreke Evans s’était installé comme un joueur majeur lors de sa première saison NCAA, celle de Jrue Holiday à UCLA ne fut pas des plus grandioses. Proposant seulement 8.5 pts, 3.8 rbds & 3.7 passes en 27.1 mins… au poste d’arrière (Darren Collison étant le meneur de jeu titulaire pour les Bruins), c’est lors de sa saison sophomore NBA qu’il commença à trouver le rythme que l’on pouvait attendre d’un joueur aussi talentueux. Deux ans plus tard, il sera retenu par les coachs pour jouer le All-Star Game, pour être tradé à la surprise générale par les 76ers quelques mois plus tard à la Nouvelle Orléans. En Louisiane, le Mr Basketball California 2008 s’est installé comme un point guard de choix en NBA, pour redevenir cette saison un « shooting guard » titulaire en raison de l’arrivée de Rajon Rondo à la gestion du jeu d’Alvin Gentry.

#5. B.J. Mullens – Canal Winchester High School
Stats HS : 26 pts & 15 rbds (Senior)
Draft NBA : 24ème en 2009 (Mavericks)
Stats NBA : 7.4 pts à 40.8%, 4.2 rbds, 0.8 passe & 0.5 ct en 18.2 mins (189 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Un intérieur de 2.13 m, qui shoote de loin et qui n’a pas peur d’aller au rebond, ça fait saliver tout scout qui se respecte. Pourtant, après des échecs répétés en NBA, B.J. Mullens traine aujourd’hui ses sneakers sur les terrains du championnat iranien. Auteur d’une saison moyenne à Ohio State (8.8 pts, 4.7 rbds & 1.1 ct) qui venait de voir passer Greg Oden et Kostas Koufos avec plus de succès, le natif de Canal Winchester n’a jamais trouvé du temps de jeu dans la rotation du Thunder qui l’a drafté. Tradé aux Bobcats, il montra son potentiel avec 10.6 pts & 6.4 rbds en 26.9 mins, cependant la NBA lui a fermé ses portes par la suite. Depuis, il a joué en Chine, en Turquie, à Dubaï et donc actuellement en Iran.

#6. JaMychal Green – St. Jude High School
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : non drafté en 2012
Stats NBA : 7.5 pts à 48.7%, 5.4 rbds, 0.9 passe & 0.5 int en 20.7 mins (179 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Intérieur monté sur ressorts, JaMychal Green avait tout pour intéresser les scouts NBA. Toutefois, il n’a jamais été drafté et a choisi d’aller au bout de son cursus de quatre ans avec la fac d’Alabama, n’explosant finalement jamais au niveau NCAA. Après une expérience en D-League, il joua dans le championnat de France sous les couleurs de la Chorale de Roanne. Repéré par les Spurs lors des Summer Leagues 2014, il fait depuis les beaux jours de Memphis et a rajouté un shoot longue distance dans le corner intéressant pour ouvrir les défenses.

#7. Tyler Zeller – Washington High School
Stats HS : 33.1 pts à 69% & 11 rbds (Senior)
Draft NBA : 17ème en 2012 (Mavericks)
Stats NBA : 7 pts à 49.9%, 4.4 rbds, 0.9 passe & 0.6 ct en 17.8 mins (340 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Intérieur possédant de bonnes mains et un Q.I basket intéressant, ça ne court pas les rues. Toutefois, la carrière pro de Tyler Zeller n’a pas pris l’essor auquel on pouvait s’attendre lors de ses belles années au lycée. Le “seven-footer” a passé quatre ans sous le maillot de North Carolina (Champion en 2009 et meilleur joueur de l’ACC en 2012 avec 16.3 pts & 9.6 rbds en senior), mais la transition avec la NBA est encore difficile pour le frère de Cody (Hornets) ; en raison d’un potentiel physique trop limité pour évoluer dans la grande ligue. Drafté par Cleveland, il réalise sa meilleure saison pro deux ans plus tard sous le maillot des Celtics (10.2 pts & 5.7 rbds en 21.1 mins). Le comble c’est qu’un an plus tard il resigne avec Boston mais ne fait plus partie des plans de Brad Stevens qui le place au fin fond de son banc. Coupé l’été dernier, il se redonne depuis une chance avec les Nets, alors que tout le monde sait qu’il pourrait connaître une carrière bien plus reluisante sur le Vieux Contient.

#8. DeMar DeRozan – Compton High School
Stats HS : 29.2 pts & 7.9 rbds (Senior)
Draft NBA : 9ème en 2009 (Raptors)
Stats NBA : 19.3 pts à 44.6%, 4.1 rbds, 2.8 passes & 1 int en 34.1 mins (595 matchs)
Distinctions Pro : NBA All-Star (x3), All-NBA Teams (x1), Champion Olympique (2016), Champion du Monde (2014)

Premier CV digne du potentiel vu en High School il y a neuf ans pour DeMar DeRozan. Après une saison freshman moyenne  à USC (13.9 pts & 5.7 rbds), il a fait le saut vers la NBA, misant sur ses qualités athlétiques reconnues depuis le lycée. Depuis, il est devenu un « shooting guard » de gros calibre, franchise player des Toronto Raptors pour qui il joue depuis son arrivée dans l’univers pro. All-Star ces dernières saisons, membre du projet du Team USA depuis 2014, il fait bien plus qu’alimenter les highlights de ses envolées ; la franchise canadienne ayant participé aux quatre derniers playoffs.

#9. Scotty Hopson – University Heights
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : non drafté en 2011
Stats NBA : 0.5 pt à 0%, 0 rbd, 0.5 passe & 0.5 int en 3.5 mins (2 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Joueur de High School référencé, Scotty Hopson a connu deux saisons difficiles à l’étage supérieur avec Tennessee. Auteur d’une saison junior où il s’est fait remarquer avec des dunks hors du commun et des actions clutchs, le shooting guard s’est présenté à la draft NBA, sans être finalement retenu par aucune franchise. Il a de suite exporté ses talents en Grèce, pour devenir un globetrotter de choix en Europe, enchaînant avec l’Israël, la Turquie, l’Espagne, la Chine, la Croatie, pour revenir en Israël et encore en Turquie. C’est en 2014 qu’il a finalement tenté sa chance en NBA, passant des Cavs aux Hornets, puis aux Pelicans, aux Rockets et aux Kings pour jouer deux petits matchs insignifiants dans la grande ligue.

#10. Willie Warren – North Crowley High School
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 54ème en 2010 (Clippers)
Stats NBA : 1.9 pts à 37.1%, 0.6 rbd, 1.4 passe & 0.3 int en 17.1 mins (19 matchs)
Distinctions Pro : CBA All-Star (2016)

Arrière de petite taille, Willie Warren est le joueur de cet article qui a fait le moins parler de lui depuis la fin de son cursus de High School. Aujourd’hui pensionnaire de la ligue iranienne comme B.J. Mullens, il a d’abord joué en Israël, en Hongrie, en Italie et en Chine où il a été All-Star. Coéquipier de Blake Griffin à Oklahoma, il aurait pu tenter sa chance en NBA dès la fin de sa saison freshman, cependant il a préféré rester un an de plus en NCAA dans l’espoir d’avoir plus d’exposition en devenant la première option des Sooners. Finalement il a conclu sa saison sophomore avec des chiffres intéressants mais pas assez pour être drafté plus haut (16.3 pts, 3.3 rbds, 4.1 passes & 1 int en 32.3 mins) que la cinquante-quatrième position. Après une saison rookie frustrante entre les Clippers (où il retrouvait Griffin) et les Bakersfield Jam, il a tenté de montrer son talent une saison de plus en D-League et parcourt depuis le monde la balle orange.

________________________________________________________________________________

#14. Kemba Walker – Rice High School
Stats HS : 18.2 pts & 5.3 passes (Senior)
Draft NBA : 9ème en 2011 (Bobcats)
Stats NBA : 18.4 pts à 41.1%, 3.9 rbds, 5.4 passes & 1.4 int en 33.9 mins (443 matchs)
Distinctions Pro : NBA All-Star (x1)

Comme d’autres joueurs de cette classe 2008, Kemba Walker a connu des débuts universitaires compliqués alors qu’il était un joueur de lycée reconnu. C’est seulement lors de sa saison junior avec l’Université de Connecticut qu’il a fait parler de lui comme un joueur clutch et dominant. Champion NCAA la même année avec les Huskies et meilleur joueur de la finale, il est parti en NBA avec l’étiquette de « shooting guard » dans le corps d’un meneur de jeu ; beaucoup ont douté de son adaptation au monde pro. Image actuelle des Hornets, Walker a été appelé la saison passée pour participer au All-Star Game, comme quoi, quand on garde confiance en soi, on peut atteindre les sommets.

#36. Draymond Green – Saginaw High School
Stats HS : 20 pts, 13 rbds & 2 cts (Senior)
Draft NBA : 35ème en 2012 (Warriors)
Stats NBA : 9 pts à 43.5%, 6.8 rbds, 4.1 passes, 1.4 int & 1 ct en 26.8 mins (397 matchs)
Distinctions Pro : Champion NBA (x2), NBA All-Star (x2), All-NBA Teams (x2), Meilleur défensefue de l’année (2017), Champion Olympique (2016)

Le parcours de Draymond Green est digne des meilleurs scénarios d’Hollywood. Trente-sixième de sa classe de High School selon ESPN, le Spartan est allé au bout de son cursus universitaire avec Michigan State pour être drafté au second tour en 2012. Puis, de joueur de rotation intéressant dans la Baie d’Oakland, il est devenu titulaire lors de la prise de fonctions de Steve Kerr en raison d’un David Lee (All-Star avec Golden State) blessé en début de saison, pour ne plus jamais quitter le starting-five des Warriors. Depuis, il a été champion NBA par deux fois, il a aussi participé à deux All-Star Games et fait partie du projet de Team USA. Intérieur de petite taille, capable de créer du jeu comme de défendre sur des joueurs de 2.15 m comme sur des meneurs de jeu (DOP 2017), le plus grand trash-talker de la NBA actuelle est un joueur hors du commun qui fait de Golden State le prétendant à sa propre succession.

#54. Klay Thompson – Santa Margarita Catholic High School
Stats HS : 21 pts par match (Senior)
Draft NBA : 11ème en 2011 (Warriors)
Stats NBA : 19.1 pts à 45.3%, 3.3 rbds, 2.3 passes & 0.9 int en 32.7 mins (464 matchs)
Distinctions Pro : Champion NBA (x2), NBA All-Star (x3), All-NBA Teams (x2), Champion Olympique (2016), Champion du Monde (2014)

Un autre membre des Warriors en la personne de Klay Thompson dans ce ranking d’ESPN des meilleurs lycéens de la classe 2008. Pourtant le fils de Mychal Thompson (champion NBA en 1987 et 1988) était mal classé lors de sa saison senior de High School ; sûrement parce qu’il jouait en division 3. Toutefois, le talent du shooting guard a toujours été là, shooteur d’élite, défenseur émérite, tête bien faite, il a rejoint la grande ligue après trois saisons NCAA avec Washington State (21.6 pts à 39.8% à trois points en junior). Dès sa saison rookie, il a reçu l’entière confiance de son front-office, celui-ci préférant transférer Monta Ellis (le franchise player de l’époque) aux Bucks pour lui faire une place dans son cinq de départ. Quelques années plus tard il est abonné au All-Star Game, il fait partie du Team USA et a deux bagues de champion aux doigts.

#94. Reggie Jackson – William J. Palmer High School
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 24ème en 2011 (Thunder)
Stats NBA : 12.2 pts à 43.1%, 3 rbds, 4.2 passes & 0.7 int en 24.5 mins (403 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Loin dans le ranking des meilleurs joueurs de lycée d’ESPN établit en 2008, Reggie Jackson est devenu par la suite un des meilleurs meneurs de la grande ligue. Peu aimé par ses coachs successifs, il est passé tout près d’être All-Star en 2016, avec une saison pleine à la tête du jeu des Pistons. Avant cela, il était le backup de luxe de Russell Westbrook à Oklahoma City, et le joueur a fait une Kyrie Irving en faisant tout pour être transférer, au point de mettre une mauvaise ambiance dans le vestiaire du Thunder. Depuis, il doit faire avec les exigences de Stan Van Gundy à Detroit, et il ne s’en sort pas si mal que ça.

 

1 Comment

  1. J'adore ce type d'article, parce que ca permet d'avoir un recul et on se rend toujours compte que les pronos projections et classements pour les jeunes c'est souvent du pipo.
    Au final les meilleurs joueurs NBA sont Klay et Green à la place 36 et 54 !

Leave a Reply