[Interview] Evan Fournier : « Je ne serais pas surpris de ne pas voir les Lakers en playoffs »

[Interview] Evan Fournier : « Je ne serais pas surpris de ne pas voir les Lakers en playoffs »

Si l’exercice des prédictions ne trouve pas forcément grâce à ses yeux, l’arrière des Bleus et du Magic s’est tout de même prêté au jeu. Sur son équipe et sur la NBA en général. Avec plusieurs retours intéressants. Comme quoi…

Evan, une interview « prédictions », ça te tente ?

Pour être honnête, les prédictions, c’est de la grosse merde. Je comprends que ce soit votre boulot de devoir en faire, mais c’est bidon. Chaque année, il y a des changements, il y a des routines qui se forment, des surprises. Bien sûr, tu sais que Golden State va être fort, mais ça, même un aveugle pourrait le dire ! Si tu ne vois pas les équipes s’entraîner, ce qu’il se passe à l’intérieur, tu n’en sais rien en fait. Il n’y a que quand tu vis dans une équipe où tu peux dire : « je pense qu’on va être bons ». Le reste, personne ne sait.

Mais on la fait quand même quoi…

(Rires) Vas-y !

Boston, Toronto et Philadelphie paraissent au-dessus à l’Est (il acquiesce). Avantage Boston, pour l’expérience notamment ?

Très clairement, je pense que Boston sera au-dessus. Je ne sais pas encore comment ils vont faire avec Hayward. Ce sera intéressant de voir ça. Comment ils vont le faire jouer, quels seront leurs match-ups, tout ça. Mais c’est l’équipe la plus complète, avec la meilleure profondeur de banc, qui est sûrement la mieux coachée aussi. Ils seront très, très dangereux !

Et vous, vous vous situez où ?

On a toujours envie de gagner le plus possible ! Mais je ne pense pas que ce soit dans notre intérêt de penser comme ça. Il faut vraiment prendre les matchs un à un et d’essayer de progresser. Ce n’était pas forcément mon cas, mais je crois que l’an dernier, quand on a commencé à gagner, on s’est vus un peu trop beau, ça c’est clair. On va dire que c’est une erreur de jeunesse.

Comment ça fait de commencer la saison avec un nouveau coach ?

Il y a plus de choses à intégrer. Tu ne connais pas encore parfaitement son style de coaching et tous ses systèmes. Donc tu l’abordes de la même façon, mais il y a plus d’éléments à intégrer.

Avais-tu parlé de Steve Clifford avec Nicolas Batum, qui l’appréciait beaucoup ?

On en a parlé un peu, vite fait. Mais je ne lui ai pas vraiment demandé de conseil ou autre. Je préfère attendre de voir comment la personne est réellement. Nico a beaucoup de bonnes choses à dire sur lui en tout cas, ça c’est clair !

« Steve Clifford est un peu comme Scott Skiles »

Tu as connu 6 coachs déjà… Comment le comparerais-tu aux autres ?

Chaque coach a ses particularités. De ceux que j’ai eu, je dirai qu’il se rapproche le plus de Scott Skyles. Il est très honnête, très franc. Il ne passe pas par quatre chemins pour te dire un truc. Ils n’ont pas peur de dire les choses comme elles sont. Et c’est quelque chose que j’aime beaucoup.

C’est justement ce que tu préférais chez Skiles…

C’est ça oui. Et c’est toujours sympa de travailler avec un coach comme ça.

Restes-tu méfiant, par rapport au moment où la saison pourrait déraper, vu que tu en avais parlé ces dernières années ?

Ce serait triste de penser comme ça déjà ! La saison n’a même pas commencé… Je ne veux pas penser comme ça. Je ne veux pas voir si des choses vont déraper avant que cela n’arrive ou pas. Je veux me concentrer sur être un leader, être positif et tout ça. Si cela arrive, oui, il faudra faire quelque chose, mais je ne vais pas me concentrer là-dessus maintenant.

Passons à l’Ouest, une équipe peut-elle créer la surprise comme les Rockets l’an passé ?

Ce n’était pas vraiment une surprise. Les Warriors en sont arrivés à un point où, la saison régulière, ce n’est pas qu’ils sont en vacances, mais ils « cruise » (être en croisière, ou pilote automatique), ils sont tranquille quoi. Ce qui est important pour eux, ce sont les playoffs.

« Je ne serais pas surpris de ne pas voir les Lakers en playoffs »

LeBron et les Lakers font forcément beaucoup parler. Ne leur facilite-t-on pas la tâche en disant que les playoffs ce serait déjà bien? Ça reste le meilleur joueur de la planète…

Je trouve qu’ils lui mettent la pression au contraire ! Les médias à Los Angeles lui parlent de gagner, tout ça, alors qu’ils n’ont pas du tout l’effectif pour. Quand tu es le meilleur joueur du monde, tu es toujours en challenge, tu dois toujours prouver quelque chose, mais ça va être compliqué avec ce roster. Je ne sais pas trop quel type de saison ils vont avoir. Je pense qu’ils vont faire les playoffs, parce que c’est LeBron et qu’il va mener cette équipe. Mais je ne serai pas surpris de ne pas les voir en playoffs non plus.

Il y a quand même de bons joueurs avec lui, on sait qu’il rend ses coéquipiers meilleurs, et le basket reste un sport ou un seul joueur peut avoir un impact énorme…

Oui, clairement. Mais ce n’est pas ça qui te fait gagner quoi ! Les fans des Lakers sont très excités, mais ce n’est pas cette année qu’ils vont gagner. Après, ils ont un effectif qui peut beaucoup bouger, et ils sont en train de construire pour les 2-3 prochaines années. Donc c’est là où ils seront intéressants. Mais cette année, il ne faut pas trop demander d’eux.

Et au fait, LeBron t’a contacté après ton tweet ?

(Rires) Je pense qu’il l’a vu, mais non. Il a compris que c’était une blague…

Quelle équipe pourrait créer une vraie surprise cette saison ?

Les vraies surprises ne sont pas prévisibles justement ! Regarde Indiana l’an dernier. Personne ne les aurait mis là. Or c’était vraiment LA surprise de la saison. Donc pour moi, c’est impossible à dire. Nous (rires) ?!

Tu dis souvent que ça ne tient quasiment qu’à l’alchimie…

C’est clairement la question. Chaque équipe a de quoi gagner. On est tous des joueurs NBA, on est tous talentueux. Après, la répartition des rôles, le sacrifice de chacun pour l’équipe… Tout ce genre de choses font une très grosse différence. Mais entre juste le dire et le faire, il y a un très gros écart.

Tu vois un joueur qui n’a jamais été All-Star le devenir ?

Il y a des gens qui sont positionnés. Je pense à quelqu’un comme CJ McCollum par exemple. Mais ils sont un peu bouchés à l’Ouest. Il y en a pas mal qui méritent de le faire. Mais c’est juste qu’il en faut 24 quoi. Ce n’est pas évident.

« Luka Doncic est le meilleur rookie à l’heure actuelle, mais les doutes sont légitimes »

As-tu un peu suivi les rookies, en Summer League notamment ?

Non, je n’ai pas regardé la Summer League.

Peux-tu nous parler du votre quand même, le fameux Mo Bamba ?

Mo est très grand déjà (plus grande envergure de la ligue notamment…). Très grand ! C’est un garçon qui a la tête sur les épaules, qui sait ce qu’il veut. Ça peut faire bizarre de dire ça, mais c’est quelqu’un qui a l’air très intelligent. La façon dont il réfléchit, dont il s’exprime… Je pense que ce sera un joueur qui aura du succès en NBA, ça c’est sûr. A quel point, cela dépend de lui. Au début, tu peux voir si quelqu’un est très fort, mais tu vois surtout le potentiel. On en est tous passé par là. Mais le potentiel, qu’est-ce que cela veut dire ? Tu ne sais jamais comment la carrière d’un joueur va tourner. Quelle est sa mentalité, comment il va répondre quand ça devient difficile. Au début, tout va bien, tout le monde est heureux d’être là. Mais quand ça devient dur, quand tu commences à ne pas jouer, ou quand tu joues mal, comment tu réponds face à ça, c’est ça qui te définit en tant que joueur et ça, tu ne peux pas savoir.

Rookie de l’année du coup, c’est pour qui ?

Ça va dépendre de leur positionnement. Un gars comme Luka Doncic est en très bonne position pour être rookie de l’année. C’était qui le premier de la Draft, Ayton ? Ah, ouais, peut-être Ayton quand même. Donc lui numéro un quand même. Pas (Marvin) Bagley… Je vois soit Luka, soit Ayton.

Tu crois qu’ici, ils ne comprennent tout simplement pas ce qu’il a fait en Europe ?

Oui. Mais après. il y a aussi des doutes qui restent légitimes à avoir. Tu ne sais jamais comment le gamin va réussir à s’adapter à la NBA, à la vitesse. Parce que c’est un jeu qui est vraiment plus rapide, avec des joueurs plus athlétiques. Et il est sur un poste un peu bâtard. Donc c’est normal d’avoir des doutes. Après, quand tu vois le gamin jouer, tu vois qu’il peut s’adapter, faire plein de choses. Pour moi c’est le meilleur joueur de la draft à l’heure actuelle. Ensuite, quel niveau va-t-il atteindre, c’est différent. On peut penser, peut-être, qu’il a moins de marge de progression que certains. Mais ce qu’il a réalisé en Europe, c’est très, très fort.

C’est vrai que c’est surtout l’ « upside » qui compte….

Oui. Regarde un gars comme Porzingis. Il a fait de bonnes saisons en Europe, mais il n’a pas tout cartonné. Or quand tu le vois, il fait 2m15, il dribble et tire comme un ailier, tu vois clairement qu’il a un plafond plus haut que tout le monde. C’est ça qui fait la différence pour moi.

Propos recueillis par Antoine Bancharel, à Philadelphie

Leave a Reply