[Interview] Rudy Gobert : « En saison ça va un peu tuer notre rythme »

[Interview] Rudy Gobert : « En saison ça va un peu tuer notre rythme »

A l’image de la saison passée le Jazz aborde les playoffs en grande forme avec une série de 11 victoires sur les 12 derniers matchs. Il y a un homme qui n’est pas étranger à cette seconde partie de saison excellente, c’est Rudy Gobert. Il enchaîne les double-doubles et évolue à son meilleur niveau. Nous avons justement pu nous entretenir avec lui pour évoquer, entre autres, sa progression.

Paris va accueillir un match de NBA à Paris, est-ce que tu n’es pas déçu de ne pas y être ? Est-ce que c’est un objectif de jouer un match avec le Jazz là-bas ?

Je pense que ce serait super, après ce que j’ai déjà dit c’est qu’on est beaucoup plus loin, ce serait bien de le faire en pré-saison plutôt qu’en saison, car en saison ça va un peu tuer notre rythme. C’est super pour le basket français, c’est super pour les équipes de la conférence Est. J’espère qu’Orlando pourra bientôt y aller pour Evan (Fournier, qui lui a les boules de ne pas y être), mais c’est super pour Charlotte, et pour le public français qui a enfin l’occasion de voir des matchs en vrai.

Comment est-ce que tu expliques que tu aies planté quasiment 300 dunks cette saison, un record. C’est quoi la clé ?

La clé de ça c’est premièrement mes coéquipiers, qui comparé à l’année dernière, ont fait l’effort de travailler sur leurs passes (passes lobées ou passes sur les « Rolls ») pour me trouver. Et après c’est moi, tout le travail effectué cet été pour devenir plus fort et plus explosif. Ça paye là-dessus et c’est un plus pour l’équipe.

C’est une fierté ce genre de record ou c’est anecdotique ?

Tout record est une fierté. A partir du moment où tu marques l’histoire c’est toujours quelque chose de cool. Si on comptabilise le nombre de trois points, pourquoi pas comptabiliser les dunks. C’est l’action la plus spectaculaire dans le basket, et c’est aussi la plus efficace car c’est deux points assurés.

Le record de franchise de double-doubles points/rebonds c’est un record plus important pour toi ? (Il l’a battu contre Phoenix, avec 63 doubles doubles en dépassant Karl Malone)

Non, mais c’est bien aussi. Je suis tellement concentré sur l’équipe et la saison que les records viennent naturellement, je suis concentré sur les victoires, ma bonne santé, et les records c’est dans la continuité.

On parle de plus en plus de ton importance en attaque, tu es l’un des meilleurs poseurs d’écrans de la ligue, devenu un excellent finisseur, ton coach dit que tu es le joueur le plus important de l’équipe offensivement. C’est quoi la prochaine étape de ton développement offensif ?

La prochaine étape c’est pouvoir mettre le petit shoot en tête de raquette que je pense pouvoir le mettre mais il faut shooter avec plus de consistance en match. Je pense que ça va ouvrir plus de choses pour moi et mes coéquipiers. Et après continuer à progresser sur les lancers-francs, continuer à m’améliorer sur tous les aspects du jeu ou je peux encore progresser. Chaque année je sens qu’il y a une évolution et c’est ça qui compte.

Dans quelques années dans ton prime comment tu t’imagines ? Un big capable de shooter à 5-6 mètres, voire à 3-pts ou un pivot par qui le ballon passe au poste bas et qui joue dos au panier ?

Les deux, bien sûr les deux. Là où je suis une menace c’est vraiment près du panier, là ou les adversaires ont du mal à me stopper. Je dois continuer à devenir encore plus fort sous le panier. Continuer à finir le plus de « and-one », et bien sûr continuer à apporter quelques petits trucs à l’extérieur comme le shoot mi-distance, et pourquoi pas un jour le shoot à trois points, mais ce qui est important c’est vraiment continuer à me renforcer et à être encore plus fort sous le panier.

Il y a des joueurs dont tu regardes des vidéos pour t’inspirer, progresser ?

Pas un joueur en particulier, mais plusieurs joueurs, que je regarde et je réalise que je suis capable de faire une chose ou une autre. Donc il y a des moments où je me dis qu’il faut que je sois plus patient sous le panier, d’autres moments où il faut que j’utilise plus ma puissance. C’est plus psychologique qu’autre chose donc ça vient avec des répétitions et l’expérience.

Tu as un gros impact en attaque sans forcément toucher énormément le ballon, est-ce que tu es demandeur auprès de Quin Snyder d’avoir plus le ballon ?

C’est ce qu’on fait. J’ai beaucoup le ballon dans les mains. Que ce soit sur les actions main à main, ou les actions sur le poste haut, les finitions sur les pick-and-roll. J’ai beaucoup le ballon dans les mains mais je pourrais l’avoir plus, et donc il y a des moments, quand on sent que je n’ai pas trop le ballon, Quinn appelle un système pour faire en sorte que je la touche. Et c’est à moi de continuer de donner plus de confiance à mes coéquipiers pour qu’ils me la passent.

Tu es défenseur de l’année en titre, est-ce que tu penses avoir encore progressé dans le domaine et être meilleur que l’an passé défensivement ?

Ouais, je trouve que j’ai beaucoup progressé sur le périmètre, je suis plus capable de bouger mes pieds, prendre les bonnes décisions sur le switch (quand switcher ou ne pas switcher), pouvoir contester les trois points, mais aussi le drive. C’est quelque chose qui, je pense, peut vraiment aider l’équipe, et c’est quelque chose qui va être un gros atout pour nous lors des playoffs.

Où est-ce que tu te situes personnellement dans la hiérarchie des pivots cette année ? Tu penses avoir ta place dans un des 3 cinq All-NBA ?

Je suis concentré sur mon équipe et moi. L’important ça reste de gagner. Ce n’est pas à moi de juger ces choses-là. Des gens sont là pour juger. Moi ce qui compte pour moi c’est me concentrer sur l’équipe et continuer à gagner.

Vous avez perdu vos 4 matchs face au Thunder cette saison, est-ce que vous avez une préférence sur votre adversaire au premier tour des playoffs ou une équipe que vous ne voulez pas affronter ?

On n’a pas de préférence. On sera prêt peut importer qui sera en face de nous. On sera prêt, et puis il va falloir y aller.

Quelle va être la clé pour vous en playoffs ?

L’attaque et la défense, c’est les deux. Après la défense c’est notre identité. On sait que si on défend comme on peut le faire, ça va être dur pour une équipe de nous battre quatre fois. C’est à nous d’être prêts et de faire ce qu’on sait faire de mieux.

Propos recueillis par Ulysse Bex à Phoenix

Leave a Reply