[Intersaison NBA 2019] Dallas Mavericks : Un nouveau chapitre s’ouvre à Dallas

[Intersaison NBA 2019] Dallas Mavericks : Un nouveau chapitre s’ouvre à Dallas

La free-agency  est toujours le moment fort de l’intersaison NBA et c’est encore plus vrai cette année avec le nombre  impressionnant des stars se retrouvant sur le marché (Kyrie Irving, Kawhi Leonard, Kevin Durant, Jimmy Butler, Klay Thompson et bien d’autres )

Alors que la plupart des équipes sont déjà en vacances, Basket-Infos vous propose de faire le point sur la situation salariale des 30 franchises NBA. Après les Grizzlies, les Knicks, les Suns et les Hawks, c’est a tour des Dallas Mavericks

Mais pour mieux comprendre ces enjeux il est nécessaire de faire un point sur les concepts clés de l’univers des finances en NBA :

  • Chaque franchise a le loisir de recruter ses joueurs au montant qu’elle le souhaite tant qu’elle ne dépasse pas le plafond maximal autorisé pour sa masse salariale. Ce plafond est le Salary Cap. Pour la saison 2019-2020, il devrait être de 109 millions de dollars. Pour rappel, il était de 101,8 millions cette année. Cette augmentation est la plus forte connue depuis la folle free agency 2016 (augmentation du cap de 24 millions de dollars !) et sera utile pour de nombreuses équipes.
  • Lorsque une équipe dépasse le salary cap elle peut malgré tout continuer de recruter des joueurs par le biais d’exceptions.  La Mid-level exception est disponible chaque année. Elle est de 9,25 millions et applicable sur un ou plusieurs joueurs. La seconde exception est la Bi-annual exception qui donne 5,7 millions de dollars supplémentaires pour recruter. Cependant, comme son nom l’indique, elle n’est disponible qu’une année sur deux.  Chaque franchise a aussi  la possibilité de signer autant de joueurs qu’elle le souhaite au contrat minimum. C’est la minimum exception. Enfin, une dernière possibilité de recruter en ayant dépassé le cap est le Sign and Trade. Par cette technique, le joueur libre qui souhaite partir,  resigne dans son équipe actuelle puis se fait immédiatement échanger contre l’équipe où il souhaite partir moyennant une contrepartie qui permet d’équilibrer les salaires. C’est ce qui s’était produit en 2017 lors du départ de Chris Paul aux Rockets.
  • Au-delà du salary cap, un autre plafond existe en NBA. Lorsque ce plafond est atteint la franchise est encore plus restreinte pour effectuer ses recrutements et doit payer une taxe proportionnelle au montant dépassé.  C’est la Luxury Tax.  Le plafond de Luxury Tax est de 132 millions de dollars pour l’année 2019-2020.  Une franchise qui le dépasse ne peut alors plus que recruter à travers des contrats minimums et une mini Mid-level exception de 6 millions. Pour rappel, c’est cette exception qui avait permis aux Warriors de recruter Demarcus Cousins à l’été 2018.
  • Un autre élément essentiel lors de la Free-agency est les Bird Rights. Ces droits permettent à n’importe quelle franchise de resigner ses joueurs en dépassant le salary cap. Mais attention !  Tant qu’elle n’a pas renoncé aux droits de son joueur libre, le salaire du joueur continue d’être pris en compte dans sa masse salariale. C’est ce qu’on appelle les Cap-Hold. Ils permettent d’éviter qu’une équipe signe des Free-agents au prix fort grâce à l’espace salariale permis par le  départ de ses joueurs puis ensuite resignent tous leurs joueurs grâce aux Bird Rights.
  • Enfin, depuis la saison 2017-2018, les franchises NBA peuvent recruter deux joueurs en two-way contracts. Ils ne peuvent passer que 45 jours en NBA. Le reste du temps ils sont assignés à l’équipe de G-League affiliée à leur franchise. Cette année, ils étaient payés 77 250 dollars.

Afin d’être le plus clair possible, chaque équipe verra ses joueurs répartis selon leur situation contractuelle dans 3 catégories :

  • les salaires engagés, c’est-à-dire le total des salaires des joueurs sous contrat pour l’année prochaine, plus le montant du contrat des futurs rookies. Sur le tableau ci-dessous ce sont les joueurs dont le salaire n’est pas surligné pour 2018-19
  • les salaires potentiellement engagés, qui recouvrent tous les contrats qui ne sont pas encore garantis pour l’an prochain. Cela concerne les Player Option (salaire surligné en vert),qui permettent à un joueur de mettre fin à son contrat un avant son terme, les Team Option (salaire surligné en bleu), qui sont l’équivalent pour les franchises, et les contrats non-garantis (salaire écrit en rouge).
  • les joueurs libres(free agents), qui n’ont pas de contrat pour l’an prochain. Ceux-ci peuvent être free agents restrictifs (salaire surligné en rouge), ce qui donne la possibilité à leur franchise de s’aligner sur n’importe quelle offre de contrat qui leur est faite, ou free agents non-restrictifs (Salaire surligné en jaune), c’est-à-dire libres de signer où bon leur semble.

La situation salariale des Mavericks :

Cela donne donc :

SALAIRES ENGAGES + OPTIONS :  56,8 millions de dollars

ESPACE  MAX SOUS LE CAP :  52,2 millions de dollars

(PO : Player option; TO : Team option; UFA : Free-agent sans restriction; RFA : Free-agent avec restriction; NG : contrat non-garanti)

Joueurs engagés : Tim Hardaway Jr, Courtney Lee, Dwight Powell, Luka Doncic, Justin Jackson, Jalen Brunson

Joueurs potentiellement engagés : Ryan Broekhoff, 37ème choix de draft

Free agents : Dirk Nowitzki (UFA), J.J Barea (UFA), Trey Burke (UFA), Devin Harris (UFA), Salah Mejri (UFA), Kristaps Porzingis (RFA), Dorian Finney-Smith (RFA), Maxi Kleber (RFA)

(Two- way contract : Daryl Macon, Kostas Antetokounmpo)

Avec l’annonce de la retraite de Dirk Nowitzki, une page se ferme définitivement à Dallas.  La saison qui vient de se terminer était une saison de transition entre les hommages à la légende allemande et le transfert de mi-saison  qui a grandement changé l’équipe. Désormais, la franchise va vouloir redevenir compétitive au plus vite après trois ans sans voir les Playoffs.

Pour cela, la stratégie est claire : construire autour du duo Luka DoncicKristaps Porzingis. Le Slovène vient de confirmer les attentes placées en lui en réalisant une saison rookie exceptionnelle. Il est d’ailleurs, favori pour le titre de rookie de l’année et constitue le futur et le présent de la franchise. Pour l’épauler, le management a tenté un coup en récupérant à la mi-saison, un Kristaps Porzingis blessé. Il n’a pas joué depuis plus d’un an, mais il sera normalement prêt pour le training camp. Toutefois, une interrogation subsiste sur son niveau après une aussi longue absence et sur l’impact de sa blessure sur un gabarit tel que lui (il mesure 2,21m). D’autant plus que dernièrement, Kristaps Porzingis a plus fait parler de lui pour des affaires extra-sportives. Empêtré dans une affaire de viol, mais aussi récemment impliqué dans une bagarre en Lettonie, le joueur vit des moments compliqués. Reste à voir les conséquences que toutes ces affaires auront sur le sportif. Cela peut en tout cas contrarier ses objectifs contractuels. Il est Free-agent avec restriction, mais les deux parties ont déjà annoncé vouloir continuer ensemble.  Il pourrait donc signer dès cet été, un contrat avec les Mavericks ou alors décider d’attendre une saison en prenant sa qualifying offer.  Il serait alors free agent sans restriction en 2020.  Mais, on peut se demander quel contrat les Mavericks seront prêts à lui offrir alors que de nombreuses interrogations persistent sur son cas. Son avenir sera en tout cas le dossier à suivre cet été.

À côté de cela, les Mavericks ne devraient pas manquer d’ambitions cet été.  Ils possèdent un espace sous le cap important, même en prenant en compte le Cap-Hold de Porzingis, et devraient viser plusieurs gros free agents en juillet. Selon les dernières informations sorties à ce sujet, les deux principales cibles sont Kemba Walker et Khris Middleton. Ils pourraient être intéressés par le projet de Dallas, mais dans les deux cas, leurs franchises respectives semblent être en bonne position pour les conserver.

D’autres gros free agents devraient être tentés par le Front-office texan. Julius Randle, natif de Dallas, pourrait aussi être une des cibles de l’intersaison selon certaines rumeurs. Même si dans un tel cas, il faudrait voir comment organiser une raquette composée de Randle et Porzingis alors que les deux joueurs jouent au même poste. Tobias Harris, qui sort d’une grosse saison sera lui aussi très courtisé.  Dallas est indiqué comme une des principales franchises dans la course pour récupérer le joueur.

Sur tous ces dossiers, Dallas ne sera pas seul, mais aura comme atout de pouvoir leur proposer un contrat max.

Durant cette free agency, Dallas devrait aussi se fixer comme objectif de recruter un meneur de qualité.  En effet, après le départ de Dennis Smith Jr, Jalen Brunson est devenu le meneur titulaire de l’équipe. Si le rookie a montré de belles choses, il est encore un peu juste pour être meneur titulaire dans une équipe compétitive. Luka Doncic peut lui aussi tenir la balle, mais il n’est pas un meneur. Comme on l’a dit précédemment, Kemba Walker fait partie des priorités de l’intersaison des Mavs. Mais, si cette piste échoue, le Front-office devra se focaliser sur d’autres pistes. On pense alors immédiatement à Patrick Beverley qui avait fait le buzz le mois dernier en mentionnant Luka Doncic dans un tweet. Il avait également déclaré qu’il adorerait jouer avec le Slovène. Cela a déclenché des rumeurs sur une potentielle arrivée à Dallas  même si depuis, aucune autre information n’a filtré. Mais son profil défensif serait très utile dans le backcourt des Mavericks.

Dans tous les cas, Dallas a l’intention d’être agressif sur le marché cet été.

Dallas devra également s’occuper de ses joueurs free-agents. Au-delà de Kristaps Porzingis, d’autres joueurs de l’équipe se retrouveront libres au premier juillet. Dirk Nowitzki prendra sa retraite, mais deux autres vétérans historiques de l’équipe ne le feront pas : J.J Barea et Devin Harris. Étant donné leur passif avec la franchise et leur impact sur le groupe, ils pourraient resigner au salaire minimum. Dwight Powell a quant à lui, annoncé récemment qu’il voulait rester à Dallas et il devrait activer sa Player Option et même prolonger selon les dernières infos. Toujours dans le secteur intérieur, Maxi Kleber a continué de montrer un potentiel intéressant cette saison. Il devrait rester s’il ne se montre pas trop gourmand sur le plan financier. Dorian Finney-Smith sera free agent avec restriction et au vu du rôle joué cette saison, une re-signature est attendue, à voir pour quel salaire. Salah Mejri et Trey Burke sont aussi free-agents et leur avenir à Dallas devrait dépendre des signatures que feront les Mavs sur le marché estival. Mais s’ils restent, cela se fera probablement au salaire minimum.

Verdict : Dallas clôt une page de son histoire avec le départ de Dirk Nowitzki. Mais le management avait réussi à anticiper cela pour construire autour d’un nouveau duo jeune et européen : Doncic-Porzingis. Le Letton restera l’année prochaine, mais il va être intéressant de voir sur quelle forme de contrat cela se fera. Les Mavs seront en plus agressifs sur la free agency à la faveur d’une marge salariale sous le cap conséquente. L’objectif de l’intersaison de Dallas est clair : monter une équipe capable de revenir en Playoffs dès l’année prochaine.

Leave a Reply