Draft 2014 : Les profils vidéos de Nik Stauskas, Doug McDermott et Dario Saric

Draft 2014 : Les profils vidéos de Nik Stauskas, Doug McDermott et Dario Saric

Suite de nos présentations de profils de joueurs de la draft 2014 (vous pouvez tous les retrouver ici)

Nik Stauskas est sans doute une des plus grosses surprises de cette saison passée en NCAA. Titulaire en tant que freshman dans l’équipe des Wolverines de Trey Burke & co qui échoue en finale du championnat universitaire, en simple qualité de spot-up shooteur/5e roue du carrosse, Stauskas a démontré durant sa saison sophomore qu’il était bien plus que cela. On attendait Glen Robinson pour devenir de leader de cette équipe, mais c’est le Canadien qui l’a été, faisant admirer un superbe jeu en sortie de dribble (pull-up jumpers, pénétration, à l’aise balle en main) qu’on ne lui connaissait pas et qui l’a fait passer de joueur universitaire quelconque à probable lottery pick. Les limites de son jeu restent ses qualités physiques/athlétiques bien au-dessous de la moyenne NBA, ainsi que son niveau défensif (les deux son étroitement liés). Le jeu des comparaisons n’est jamais très pertinent, mais en l’occurrence la ressemblance entre Nick Stauskas et JJ Reddick semble s’imposer d’elle même.

Doug McDermott est lui aussi attendu dans la lottery, malgré les gros doutes qui résident à son sujet. Ce ne sont pas ses superbes qualités de scoreurs, ni sa polyvalence ou son QI basket qui sont sujet à débat, mais bien son adaptation au jeu de la grande ligue. De plus, il est également limité défensivement par des mensurations physiques très moyennes et une dimension athlétique banale pour la NBA. Plus que pour n’importe qui dans cette draft, l’environnement dans lequel va tomber McDermott va être décisif quant à la suite de sa carrière.

Dario Saric présente également un profil similaire. Le prodige croate est un magnifique attaquant, très polyvalent, intelligent, et qui sait faire un très grand nombre de choses balle en main. Les doutes à son sujet sont là aussi la défense, le poste sur lequel il va évoluer en NBA (poste 3/4), mais aussi son envie réelle de rejoindre la grande ligue américaine. Il disait lui même vouloir rester en Europe s’il n’atterrissait pas à Boston ou aux Lakers, de quoi refroidir les ardeurs des franchises qui envisageraient de dépenser un haut choix de draft sur lui.

Leave a Reply