Dwane Casey : “A l’époque Pascal Siakam ne pouvait pas jeter un grain de riz dans l’océan depuis un bateau”

Dwane Casey : “A l’époque Pascal Siakam ne pouvait pas jeter un grain de riz dans l’océan depuis un bateau”

Le coach des Pistons Dwane Casey reviendra ce soir pour la première à Toronto depuis son licenciement en fin d’année dernière. Et malgré les sept saisons qu’il a passées là-bas, le Coach of the Year en titre ne ressent pas grand chose à cette idée.

Evan Fournier : « Draymond Green parle beaucoup, mais bon, dans sa situation c’est facile de parler ! »

“CA sera différent d’être de ce côté du banc, mais ce serait hypocrite de ma part de dire que ça ne sera pas fun. Ce n’est pas pour ça que je me suis réveillé en pensant à eux mais parce qu’on a trébuché face aux Hornets et je me suis alors demandé qui était notre prochain adversaire. C’était les Raptors, et je me suis alors dit “Oh mon Dieu, ils ont une très bonne équipe !” N’importe quel humain qui voudrait montrer son ressentiment dirait que c’est un sentiment différent, mais je pense que dès que le match va commencer, ça sera une rencontre parmi les 82 de la saison régulière. Et je suis sûr que ça va être pareil pour les joueurs adverses également.” Dwane Casey.

Depuis son départ, son ancien assistant Nick Nurse a repris le flambeau et est parvenu à faire des Raptors une machine de guerre (ils affichent un bilan de douze victoires pour deux défaites, le meilleur de la NBA). Le nouveau coach des Raptors bénéficie évidemment de l’arrivée de Kawhi Leonard mais également de la progression de Pascal Siakam, tout juste nommé joueur du mois.

“Dès son premier workout chez nous, j’ai vu son potentiel. Pourtant, à l’époque, il ne pouvait pas jeter un grain de riz dans l’océan depuis un bateau. Mais maintenant, c’est incroyable de le voir rentrer des tirs et jouer, de manière générale. Ce gars a le moteur pour jouer en NBA et je le savais. Sa tête et son cœur sont au bon endroit en plus. Il n’y a aucune limite pour lui.” Dwane Casey.

De manière générale, le coach de 61 ans est très fier de ses anciens joueurs.

“En attaque, je pensais que ne pas mettre Jonas Valanciunas et Serge Ibaka sur le terrain en même temps allait nous permettre d’avoir plus de spacing. Je pensais aussi qu’on était meilleur en attaque comme ça. Nous l’avons fait l’année dernière et ils le font à nouveau cette année, ils utilisent cette arme à leur avantage et c’est une arme efficace. Jonas progresse chaque année. Le voir grandir était beau à regarder. Tout est plus facile pour lui maintenant et il laisse le jeu venir à lui. Il fait un bon boulot sur le terrain et il va falloir qu’on trouve un moyen (avec les Pistons ndlr) de ralentir Ibaka et Jonas mercredi.” Dwane Casey.

Casey a aussi envoyé des fleurs à Kyle Lowry.

“Je suis également fier de lui. Il a beaucoup grandi. Kyle a fait de moi un meilleur coach, il m’a permis d’apprendre à donner, recevoir, écouter et avoir des regards différents sur les choses. Je pense que c’est réciproque. Il a été un leader fantastique pour cette organisation et il a fait un super boulot depuis son arrivée. On lui doit beaucoup.” Dwane Casey.

Qui n’a pas manqué de lui rendre la pareille.

“Il y avait des hauts et des bas mais c’est le gars le plus gentil du monde. J’ai appris à respecter ce qu’il a fait et son approche des choses. Il est vite retombé sur ses pieds donc je suis fier de lui.” Kyle Lowry.

Casey n’a mis en effet que quelques mois à signer un contrat avec les Pistons, avec qui il a gagné six des douze matchs qu’il a disputés depuis la reprise.

Via CBC.

Suivez également Basket Infos sur YouTube avec la chaîne du 6e homme pour des analyses inédites. Dans la dernière vidéo, le cas Derrick Rose, coup de chaud ou véritable résurrection ? Cliquez sur le logo pour vous abonner.

Leave a Reply