Boris Diaw sur son tour du monde à la voile : « Il me reste encore 12 ans à faire »

Boris Diaw sur son tour du monde à la voile : « Il me reste encore 12 ans à faire »

Quand il ne nage pas avec les baleines lors d’une sortie plongée à bord de son catamaran équipé de 4 chambres, Boris Diaw prend le temps de répondre à quelques interviews et il a récemment participé au podcast du Utah Jazz (où il a joué en 2016-17 et où il s’est installé aux US), au cours duquel il a évoqué ses premiers bons souvenirs d’un tour du monde prévu pour durer… 13 ans !

« C’est juste le début. C’est super jusque-là, j’ai commencé en juillet et c’est un voyage de 13 ans à travers le monde donc il me reste encore 12 ans à faire. J’ai passé 3, 4 mois en Méditerranée. Tout était super. Les deux moments forts je pense que c’était les îles Éoliennes, avec ses volcans qui sortent de l’eau, et les îles en Croatie, avec le parc national des Kornati qui est magnifique. Il y a des centaines de petites îles. J’y ai passé trois semaines et je ne suis jamais resté à un endroit plus d’une journée. » Boris Diaw

Pourquoi 13 ans ?

« J’ai pris une mappemonde en essayant de voir combien d’endroits je voulais voir, au final il y en avait 13 où j’avais envie de rester et de visiter. Et j’estime qu’il faut à peu près un an pour bien faire le tour de chaque. Parce que sur une année, je ne passe que 6 mois sur le bateau parce que je fais d’autres choses pour l’équipe nationale française. Donc je passe 6 mois sur le bateau. J’ai prévu l’Australie, le Japon, le Vietnam, la Chine, la Thaïlande, l’Indonésie… Je viens de faire 6 mois en Méditerranée et maintenant je vais faire 6 mois dans les Caraïbes. » Boris Diaw

Pas de grosses frayeurs en mer pour le moment ?

« On essaie d’éviter les tempêtes, on étudie la météo trois, quatre jours avant. On a juste été proche d’une, c’était justement quand on était en Croatie. On était supposés descendre en Grèce avant de prendre la direction de Malte mais il y a eu une ‘medicane’ (cyclone subtropical méditerranéen, ndlr), ce qui est très rare, mais c’était exactement au moment où on devait aller en Grèce. Donc on est resté en Croatie et j’ai raté la Grèce. Donc non pas de grosses frayeurs. » Boris Diaw

Le champion NBA 2014 et d’Europe 2013 est aussi revenu sur l’épisode de la fameuse accréditation « National Geographic » à San Antonio au début du mois de janvier.

« Je travaille avec National Geographic depuis des années. J’ai sorti un livre pour enfants avec eux en 2015 aux États-Unis. Depuis c’est devenu une blague avec les Spurs. Tom James le ‘media guy’ voulait juste rigoler donc il a mis ‘National Geographic’ sur mon accréditation. Mais oui j’ai travaillé avec eux dans le passé et je recommencerai aussi peut-être dans le futur. » Boris Diaw

Leave a Reply