Dwane Casey, sans rancune

Dwane Casey, sans rancune

D’un premier point de vue, on peut se dire que les Raptors ont été sacrés champions NBA l’année où Dwane Casey a été remercié. D’un autre, on peut se dire que les Raptors ont été sacrés champions NBA l’année où Kawhi Leonard est arrivé. Tout est question de point de vue. Expérimenté dans le domaine des situations un peu gênantes en tant que premier coach de l’année à avoir été chercher son trophée après avoir été viré, Casey n’a aucun mal à évoquer la bague acquise par son ex-franchise. Directement après son départ. C’est confortablement installé dans la maison de Malibu du propriétaire des Pistons Tom Gores qu’il a regardé le Game 6 des Finales en juin dernier. Un Game 6 au terme duquel il avait des lèvres plus souriantes que pincées.

« Tout le monde pensait que j’allais être en mode ‘pauvre de moi’, mais j’ai vu ça autrement. Cela a simplement renforcé ce que je faisais. Ce groupe a surmonté les obstacles et a fini le travail. Les fondations, ce que nous construisions, comment je les construisais, c’était bien. Ils avaient la même attaque, la même défense, la même philosophie, les mêmes choses que nous avions construires pendant 7 ans, donc ça m’a enthousiasmé. J’étais heureux pour les joueurs, pour le pays et pour l’équipe. Ça m’a vraiment stimulé, ça m’a montré que ce que nous faisions c’était bien, donc c’était plus ça que de la jalousie.

[…] Ce n’était que du positif. Personne dans les gens que je connais, que ce soit la famille ou autres, n’était énervé que les Raptors aient gagné le titre. Croyez-moi, j’étais derrière eux. Tout le monde s’attendait à ce que je sois tête baissé, affalé, comme pour me morfondre. Mais non, pas du tout. » Dwane Casey

De ses 7 années en tant que coach des Raptors (2011-2018), beaucoup – et c’est aussi logique – ne retiennent souvent que les trois défaites face à LeBron James en playoffs (dont 2 sweeps au second tour), mais il y a aussi eu les trois saisons à 50 victoires et plus, et celle à 59 victoires (record de franchise), en plus des 5 participations à la post-season.

« Je n’étais pas là pour voir les choses porter leurs fruits mais vous ne pouvez pas me retirer le chiffres et ce que nous avons accompli. Ce n’est pas un titre. Mais je ne sais pas si nous étions vraiment prêts ou faits pour un titre avec ce groupe. Ils ont ajouté (Marc) Gasol, Danny Green et Kawhi (Leonard) à la fondation. C’est ce que je veux faire ici. C’est pour ça que Tom m’a donné un contrat à long terme. Ce que nous construisons à Detroit, c’est la même chose que nous construisions à Toronto. On est plus en avance aujourd’hui qu’on ne l’était quand on a démarré à Toronto. Nous avons un bon mélange de jeunesse et d’expérience. Les gars bossent, s’investissent, nous avons des vétérans comme Blake (Griffin), Reggie (Jackson) et Andre (Drummond). » Dwane Casey

via The Athletic

Leave a Reply