Kris Dunn : « Je sais ce que c’est de gagner, et ce qu’il faut faire pour ça »

Kris Dunn : « Je sais ce que c’est de gagner, et ce qu’il faut faire pour ça »

Drafté en cinquième position en 2016, Kris Dunn n’a pas brillé depuis son arrivée en NBA. Sauf que depuis le début de la saison, le meneur réussit parfaitement à s’intégrer dans le système de Jim Boylen, en défendant dur notamment.

« Il est très important, très important. Il veut juste gagner, c’est le premier à la salle de petit déjeuner. Il faut être à la salle 45 minutes avant l’entrainement, il y est avec une heure d’avance. Il commence son workout 45 minutes avant tout le monde. Il est concentré, il est impliqué. Il l’a toujours été. Et il fait ce qu’il faut pour gagner. Je suis vraiment heureux pour lui. » Jim Boylen.

Et c’est sûrement le meilleur compliment qu’un coach puisse faire à son joueur, et Dunn le sait.

« Ça représente beaucoup pour moi, c’est ce que j’essaie de faire. Je gagnais beaucoup en NCAA à Providence. Je sais ce que c’est de gagner. Et je sais ce qu’il faut pour gagner. » Kris Dunn.

Et pour le moment, ce qu’il faut c’est qu’il accepte de sortir du banc en se chargeant du meilleur extérieur adverse en défense. Et il le fait bien, c’est le joueur NBA qui cumule le plus d’interceptions. En plus, il prend plutôt bien soin de la balle (32 passes décisives pour seulement 9 turnovers).

« Je tire de la fierté de ma défense. Nous avons des bons défenseurs dans la second unit. Ryan Arcidiacono par exemple, il ne lâche rien. Pareil pour Thaddeus Young. Coby White aussi. Et je peux continuer longtemps. On essaie d’aller sur le terrain, d’amener de l’énergie et de maintenir l’écart si on est devant. Si ce n’est pas le cas, de revenir. » Kris Dunn.

Pourtant, le meneur de 25 ans aurait pu bouder, vu qu’il voulait apparemment changer d’air et que les Bulls tentaient de s’en débarrasser. Malgré ça, il a gardé une attitude irréprochable.

« Nous avons un bon groupe, et je voulais en faire partie. Il y avait beaucoup de joueurs talentueux, un bon groupe de gars. Et je veux m’impliquer dans ce que dit le coach, dans notre système. J’ai le sentiment que je peux m’intégrer tout le temps, que je sois titulaire, remplaçant… Peu importe, je suis un basketteur. » Kris Dunn.

Et ce professionnalisme a fait bonne impression auprès des jeunes du groupe, comme par exemple Coby White.

« C’est mon gars. On fait partie des remplaçants. J’adore jouer avec lui, je sais qu’il va se donner à fond des deux côtés du terrain. Si les choses ne se passent pas bien, il peut renverser les choses grâce à son énergie. Il est passionné et c’est un plaisir de jouer avec des gars qui jouent dur et veulent gagner. Notre relation a grandi sur et en dehors des terrains. Il m’a donné de la confiance, je tirais mal avant le match de jeudi et il m’a dit de rester agressif et de continuer à tirer. Il encourage toujours ses coéquipiers, et quand un de nous fait quelque chose de bien, c’est le premier a en être content. » Coby White.

Dunn tourne à 6,7 points, 2,8 rebonds, 2,7 passes décisives et 2,6 interceptions par match.

Via NBC Sports.

Leave a Reply