[Ouch] Malcolm Brogdon : « J’aurais aimé jouer pour cette équipe s’ils m’avaient voulu. S’ils m’avaient estimé comme les Pacers m’estiment »

[Ouch] Malcolm Brogdon : « J’aurais aimé jouer pour cette équipe s’ils m’avaient voulu. S’ils m’avaient estimé comme les Pacers m’estiment »

Parti aux Pacers en tout début de free agency via un sign-and-trade pour 85 millions de dollars sur 4 ans, Malcolm Brogdon retrouvait le Fiserv Forum de Milwaukee pour la première fois depuis son départ, dimanche.

Quelques semaines avant le début de la free agency j’avais une assez bonne idée du fait que les choses pourraient ne pas fonctionner et pourraient ne pas aller dans la direction dans « laquelle je pensais qu’elles allaient aller, alors j’ai commencé à changer d’état d’esprit et à identifier différentes équipes et à me préparer. J’aurais aimé jouer pour cette équipe s’ils m’avaient voulu. S’ils m’avaient estimé comme les Pacers m’estiment. C’est tout ce que j’ai à dire. »

Auteur de 10 points à 5/19 et 10 passes (mais aussi 5 ballons perdus) en 30 minutes, il a subi la foudre de Giannis Antetokounmpo et de ses anciens coéquipiers, les Pacers ayant été balayés 117-89.  À 5’57 de la fin du 1er quart-temps à l’occasion d’un temps-mort, il a eu le droit à une vidéo hommage. Le rookie de l’année 2017 a passé ses 3 premières saisons dans le Wisconsin. Avec Indiana, il a vu son degré de responsabilités augmenter, avec davantage de ballons dans les mains.

« C’est exactement ça. C’est une nouvelle opportunité, un nouveau défi. Etre un leader de l’équipe c’est un rôle totalement différent, un bien plus grand rôle pour moi, et c’est quelque chose pour lequel je me suis préparé lors des 3 dernières années. C’est ce que chaque joueur respecté en NBA veut. Ils veulent une équipe qui peut s’appuyer sur eux, ils veulent une équipe qui leur permet de gagner à haut niveau, où ils ont plus le ballon entre les mains et peuvent contrôler plus le jeu. » Malcolm Brogdon

Régulièrement, son ancien coach Mike Budenholzer checke encore les stats de son ex-meneur.

« Oui, j’aime bien regarder ce que fait Malcolm d’un pure point de vue box score. Il semble aller très bien là-bas, il a beaucoup le ballon en tant que porteur de balle principal, il joue sur pick-and-roll, il exécute très bien les choses. » Mike Budenholzer

Giannis se prend à lui rêver qu’il ne soit jamais parti. Oui mais voilà, le co-propriétaire de l’équipe Marc Lasry a considéré que re-signer Brogdon « n’était pas un impératif ».

« Vous imaginez cette équipe avec Malcolm en plus ? C’est un super joueur, qui n’est même pas All-Star. Mais hey, chacun prend ses décisions. Sa décision a été d’aller à Indiana et de construire une équipe là-bas, je pense que c’était ce qu’il y avait de mieux pour lui. J’aimerais qu’il soit toujours là, c’est sûr. C’est l’un de mes amis, je le chambrais tout le temps quand il était là, je le traitais de moche, on s’envoyait des petites piques mutuellement comme ça. Ça va me manquer, mais au final tu dois faire ce qu’il y a de mieux pour toi, je lui souhaite le meilleur. » Giannis Antetokounmpo

Depuis son arrivée à Indiana, Brogdon a plus que doublé sa moyenne de passes par match (il est passé de 3.2 par match avec Milwaukee à 7.5 avec les Pacers), et fait passer son scoring de 15.6 à 18.7 points par match. Sans lui, Milwaukee reste pour le moment très serein avec notamment Wesley Matthews, George Hill (re-signé) et Robin Lopez parmi les signatures estivales.

via ESPNThe Athletic

[Interview] Nicolas Batum : « Ça fait au moins 3 ans que je sais que ça se trame ce truc-là, et qu’ils attendaient juste l’opportunité »

Leave a Reply