Derrick Rose : “J’étais borné quand j’étais à New York”

Derrick Rose : “J’étais borné quand j’étais à New York”

Coupé dans son élan par plusieurs grosses blessures, Derrick Rose est en train de réussir une très bonne saison en sortie de banc avec 17,8 points, 2,3 rebonds et 5,8 passes décisives par match. Et si son temps de jeu était limité en début de saison pour éviter les rechutes, il joue de plus en plus ces derniers temps. De quoi s’inquiéter ?

“Mon corps réagit bien, je me sens en bonne santé. J’essaie de jouer intelligemment, de prendre les tirs qu’ils me donnent, d’être intelligent avec les opportunités que j’ai… Ça faisait un an que je ne jouais plus meneur. J’étais 3 à mon retour avec Tom Thibodeau à Minnesota, et après j’ai joué au poste 2. Cette année, c’est la première ou je suis de retour au poste 1. Je dois m’ajuster parce que j’ai beaucoup la balle dans les mains. J’essaie de créer à nouveau, je dois juste me préoccuper de mon nombre de pertes de balle. J’essaie de lire les situations sur le pick-and-roll avec efficacité. Tout est une question de réaction. J’essaie de plus régir à la manière dont les équipes jouent. Elles commencent à essayer de me contenir.” Derrick Rose.

Pour atteindre ce niveau, le meneur a changé son jeu. Et il fait même son mea culpa de ne pas l’avoir fait plus tôt.

“J’ai 12 ans d’expérience, j’ai joué d’une certaine manière pendant les cinq, six premières saisons, mais je progressais chaque année. Le jeu a changé, il faut être capable de marquer ses tirs ouverts. Les deux dernières années, je me suis ajusté. Quand j’étais à New York, j’étais juste borné, et je ne shootais pas. J’espère être un joueur plus intelligent maintenant qu’auparavant, quand j’avais encore toutes mes qualités athlétiques. Il le faut de toute façon. Je n’aurais pas pu jouer 12 ans si je n’avais pas progressé au niveau du QI basket. Il n’y aurait aucun moyen que je joue toujours si ça n’avait pas été le cas, ou alors que des équipes me fassent encore confiance.” Derrick Rose.

Résultat, le meneur est dans la course au meilleur sixième homme de l’année. Il fait même partie des favoris.

“S’ils me donnent ce trophée, c’est cool. Mais mon boulot c’est de montrer que je peux encore jouer. Je veux gagner un titre un jour. Les récompenses c’est cool, mais les trophées individuels ne sont pas mon objectif.” Derrick Rose.

Pas sa priorité donc, même si gagner un trophée de MVP (en 2011) et un trophée de meilleur sixième homme serait un bel exploit.

“Comme j’ai dit, tout est une question d’ajustement. Ça montrerait que je me suis adapté au nouveau style de jeu. Une personne que j’ai toujours admirée est Kobe Bryant. Je veux qu’on parle de moi à ses côtés. J’essaie de jouer aussi longtemps que possible déjà. La capacité qu’il a eue de s’adapter à chaque génération et style de jeu montre à quel point il est fort. Je veux que les gens me voient comme quelqu’un capable de changer mon style de jeu.” Derrick Rose.

Via NBC Sports.

[Dernière chance] Voyage NBA : Assistez à deux affiches de rêve à Boston !

Leave a Reply