Brandon Goodwin, héros dans sa ville natale d’Atlanta : « J’ai rêvé de moments comme ça »

Brandon Goodwin, héros dans sa ville natale d’Atlanta : « J’ai rêvé de moments comme ça »

Signé en two way contract par les Hawks en début de saison, le meneur Brandon Goodwin a peut-être encore montré cette nuit qu’il méritait un contrat standard quand ses 45 jours se seront écoulés. Le meneur de 24 ans, qui tournait avant la rencontre à 5,7 points, 1,9 rebond et 1,5 passe décisive par match a sorti le grand jeu pour effacer les 21 points d’avance qu’avaient les Clippers et s’imposer 102 à 95 : 19 points à 6/14 aux tirs, tous dans le dernier quart, 3 rebonds et 3 passes décisives.

« J’ai travaillé dur pour ce genre de moment et le fait que ça paye est incroyable. Même après la rencontre, regarder la foule et se rendre compte qu’elle restait dans les gradins tant que je restais sur le terrain, ça m’a fait sentir que j’étais au somment du monde pendant quelque temps. Et c’est juste super cool. » Brandon Goodwin.

« Il nous a vraiment aidés ce soir. C’est un de ces moments où on peut sentir que le momentum change de sens. Et c’était la raison principale de ça. J’ai aimé sa confiance, il nous a permis de très bien exécuter en fin de match. Il a mis un paquet de tirs compliqués à ce moment-là, mais le plus important je trouve c’est qu’il nous a aidés à bien jouer les systèmes. On était organisé sur chaque action, c’était juste un processus qui a duré tout le dernier quart. Je suis heureux pour lui, vraiment. » Lloyd Pierce, le coach des Hawks.

Si sa performance a impressionné les spectateurs, elle a aussi valu à Brandon Goodwin une accolade de la part du propriétaire des Hawks Tony Ressler, présent ce soir-là, et des compliments de son adversaire du soir Lou Williams…

« J’espère qu’ils vont le signer sur le long terme. Il a prouvé sa valeur dans cette équipe. Et pas seulement ce soir. Il a changé leur énergie à lui tout seul, changé le momentum du match et est allé décrocher cette victoire pour eux. » Lou Williams.

Ou encore de John Collins, l’ailier fort des Hawks.

« Bien sûr que oui qu’il a fait assez pour avoir un contrat complètement garanti. Il est là depuis un moment, et a fait tout ce que l’équipe lui a demandé de faire. S’il continue comme ça, je ne vois pas pourquoi il ne mériterait pas. C’est super gratifiant de le voir faire ce qu’il a fait. Je me vois comme un gros bosseur, et il est à la salle autant que moi, parfois même plus. Je travaille toujours plus et le voir avoir du mal, et ne pas jouer certaines rencontres… J’ai le sentiment qu’aujourd’hui, il était prêt quand son numéro a été appelé et c’est le plus important. C’est super cool de le voir réussir. » John Collins.

Charlie Brown Jr, l’autre two-way contract des Hawks, n’est pas du tout jaloux de la réussite de son coéquipier.

« Je n’en attends pas moins de lui. C’est un gars avec beaucoup de talent et il est ce dont l’équipe a besoin. Je suis heureux qu’il ait pu aller sur le terrain et faire ce qu’il a fait parce que lors des derniers matchs, il n’a pas beaucoup marqué. C’est bien de le voir retrouver son rythme. Je suis impatient pour lui qu’il ait ce contrat. Il travaille beaucoup et n’a pas de souci à ce que le gars au-dessus de lui joue à sa place. C’est ce que j’aime chez lui. » Charlie Brown Jr.

Pourtant, quand Goodwin a vu le retour de Jeff Teague à Atlanta via un trade avec Minnesota, le héros du soir était un peu déprimé.

« Qui ne le serait pas ? J’ai parlé avec le coach après ça, et il m’a dit que je faisais du très bon boulot et que les efforts que j’avais faits n’allaient pas d’un coup ne plus compter. Il a ajouté qu’ils avaient vraiment apprécié ce que j’avais fait et que j’allais toujours être avec l’équipe. Ça m’a aidé. Au final, je suis un compétiteur. Je sais ce que Jeff apporte, je suis heureux qu’il soit là pour aider, mais je sais aussi ce que j’apporte; et je suis là pour aider l’équipe. Tout le monde essaie de faire son boulot et d’aider l’équipe. Tout ce que je peux faire, c’est apporter ce que je sais faire, rester concentré et en confiance. » Brandon Goodwin.

Même avec cette belle perf, Goodwon sait qu’il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant de s’imposer dans la ligue.

« Je vais être heureux quand je vais avoir des millions de dollars. Là, je suis plutôt affamé. J’essaie de prouver des choses, je le fais pour ma famille. C’est le plus important pour moi, j’essaie juste d’apporter de l’énergie à cette équipe autant que je peux, parce qu’il ne s’agit pas de moi. Un joueur ne peut pas gagner un match tout seul. Si mes coéquipiers me voient défendre sur un gars en tout terrain, qu’ils voient que je veux ça, ça les nourrit. C’est pour ça qu’on a gagné. Tout le monde a commencé à défendre, tout le monde a haussé son niveau de jeu. On avait plus d’énergie. » Brandon Goodwin.

Ce moment est d’autant plus fort pour Goodwin qu’il est lui-même natif de Georgie, l’état où se situe Atlanta.

« J’ai rêvé de jouer dans ma ville, et de bien jouer pendant ce match. Je ne sais pas exactement ce qu’il se passait, mais j’ai rêvé de moments comme ça. Voir que c’est finalement arrivé me fait me sentir bien. C’est du bon karma pour moi parce que je fais attention aux autres dans la vie, pareil sur le terrain. Quand vous faites ça, les choses vont en votre faveur. » Brandon Goodwin.

En attendant de voir si les dirigeants lui offriront enfin de contrat tant attendu.

« Ce serait super cool de dire que j’ai travaillé et mérité cette place dans le roster. » Brandon Goodwin.

Via The Athletic.

Leave a Reply