Game 6 en tête et un petit ‘shut the f*** up’ à Drake, Giannis a su s’adapter : « L’une de mes meilleures et des mes pires qualités »

Game 6 en tête et un petit ‘shut the f*** up’ à Drake, Giannis a su s’adapter : « L’une de mes meilleures et des mes pires qualités »

De retour à la Scotiabank Arena de Toronto pour la première fois depuis l’élimination de son équipe au Game 6 – match que les Bucks avaient mené de 15 points avant de s’incliner – des finales de conférence Est en mai, Giannis Antetokounmpo a fait le boulot en tant que leader de l’équipe au meilleur bilan NBA. Milwaukee l’a emporté 108-97 pour sa 50ème victoire de la saison.

« Tu te souviens de la dernière fois où tu as joué ici, des problèmes que tu as eus. J’avais ce match à l’esprit, sans aucun doute. » Giannis Antetokounmpo

Menés de maximum 12 points en 1ère mi-temps, les Bucks ont passé un 45-20 aux champions en titre entre la fin du 2ème et du 3ème. En tête 84-71 à la fin de cette période, ils n’ont plus jamais lâché l’avantage. Pris à deux et même parfois à trois, le MVP en titre a adopté une autre stratégie que celle du “rentre-dedans” pour ce match : il a servi ses coéquipiers, qui lui ont bien rendu, et terminé à 19 points à 5/14 (7/8 aux lancers, 2/4 à 3-points), 19 rebonds, 8 passes et 3 contres en 38 minutes de jeu.

« Coach Bud dit que je suis têtu. L’une de mes meilleures qualités est que je sois têtu et c’est aussi l’une de mes pires qualités. Quand le match commence, je veux être agressif. Mais ils ne me laissaient pas être agressif. Ils envoyaient un deuxième gars, ils défendaient super bien. À un moment tu dois gagner en maturité et dire : ‘Ok, ce soir ce n’est pas le soir pour faire ça’.

[…] Je dois le faire, il n’y a pas d’autre choix. Il faut que je sois à l’aise pour qu’on réussisse, certains jours ce sera via le scoring, d’autres via la passe, d’autres via la pose d’écrans. Si tu attaques, attaques et attaques tout le temps la défense le sait, elle est en place et elle fait la même chose à chaque fois. Il faut la forcer à deviner ce que tu vas faire, à bouger pour ensuite pouvoir trouver la bonne passe. » Giannis Antetokounmpo

Avec ce succès, Milwaukee a également porté son bilan en deuxième soirée de back-to-back (l’équipe avait battu Washington après prolongation lundi) à 8-0 cette saison.

« Vraiment ? On n’y a même pas pensé. On essaie juste de venir et de faire notre boulot. On a une culture de la gagne. Donc que tu dois blessé, fatigué, ça n’a pas d’importance, le gars à côté est prêt à y aller. Tout le monde veut jouer, tout le monde veut gagner, et c’est pour ça qu’on gagne des matchs. Parfois tu perds en back-to-back parce que tu es fatigué, hein ? Tu lâches. Mais cette équipe ne fait pas ça. On ne se dit pas : ‘Oh, c’est un back-to-back, on va le gagner’. On doit juste faire notre boulot, qui est de gagner des matchs. » Giannis Antetokounmpo

Quant aux petites provocations habituelles de Drake, supporter n°1 des Raptors arrivé avec des ceintures de champion au match, Giannis s’en tamponne le coquillard.

« Je ne savais pas (pour les ceintures). Je viens de l’apprendre, on vient de me le dire. Quand je suis dans le match, je suis concentré, j’essaie juste de gagner le match. C’est bien, il s’intéresse à moi. Moi pas. Je suis juste là pour gagner des matchs et aider mon équipe à gagner, c’est tout. » Giannis Antetokounmpo

Bon, il lui a tout de même lancé un « shut the fuck up » à la fin du 1er quart-temps (voir ci-dessous).

via ESPN

Leave a Reply