Antoine Walker : “J’aurais probablement gagné 300 millions de dollars dans la NBA d’aujourd’hui”

Antoine Walker : “J’aurais probablement gagné 300 millions de dollars dans la NBA d’aujourd’hui”

A l’occasion du All-Star Game de Chicago, HoopsHype a eu l’occasion de s’entretenir avec Antoine Walker tout fraîchement élu dans le 5 majeur All-Time des joueurs nés à Windy City avec Derrick Rose, Isiah Thomas, Dwyane Wade et Anthony Davis.

« J’étais très enthousiaste quand j’ai appris cela et cela signifie beaucoup parce que nous avons beaucoup de talents qui viennent de Chicago, y compris des gars que les gens ne connaissent même pas. » A déclaré Walker. « Nous avons eu tellement de gars qui sont passés chez les pros et beaucoup qui ont eu une grande carrière. Être reconnu par les gens de Chicago et du monde entier, cela signifie beaucoup pour moi. Il y avait aussi une forte concurrence. Mark Aguirre par exemple qui ne figure pas dans le 5. Il devrait être au Hall of Fame et il devrait aussi être dans ce cinq parce qu’il a été l’un des plus grands joueurs de tous les temps, mais il n’a jamais eu la reconnaissance qu’il méritait.”

Pourquoi autant de joueurs venus de Chicago ? Il a sa petite explication

« Je pense que nous avons vu tant de grands joueurs venir de Chicago à cause des précurseurs comme Mark Aguirre, Isiah Thomas, Maurice Cheeks et Tim Hardaway. Honnêtement, je crois aussi que c’est grâce aux médias. La couverture médiatique du sport à Chicago est très forte et cela commence dès le plus jeune âge. Je me souviens quand j’étais en quatrième d’avoir été classé numéro un parmi tous les joueurs dans l’État. Je pense que l’importance que nous accordons au basket donne envie à beaucoup d’enfants de jouer. Nous avons eu beaucoup de chance de voir beaucoup de pros venir de cette ville. Notre liste de pros est aussi solide que celle de n’importe quelle autre ville du monde. C’est une ville sportive et les gens s’enthousiasment vraiment pour le basket, et ils soutiennent ces joueurs et ces équipes. Je pense que c’est pour cette raison que les gens considèrent cette ville comme la Mecque du Basketball. »

Déjà à son époque, Walker utilisait beaucoup le tir à trois points voir même trop pour certaines personnes, il est clair qu’aujourd’hui le tir à longue distance est devenu obligatoire pour perdurer la ligue. Il estime donc avoir été en avance sur son temps.

« Oh, sans aucun doute ! J’aurais probablement gagné 300 millions de dollars dans la NBA d’aujourd’hui si j’avais pu jouer à notre époque ! Mais je pense que cela montre le niveau de compétence des bigs mans. Nous voyons que les grands peuvent faire les mêmes choses que les petits sur certains points. C’était une période difficile pour moi quand je le faisais, je me faisais déchirer pour avoir tiré tant de fois à trois points. Mais j’accorde vraiment beaucoup de crédit à Jim O’Brien. Quand il a pris la place de Rick Pitino à Boston, c’est lui qui m’a inculqué cette confiance en tant que tireur. Il disait : “Dès que vous avez l’occasion de tirer, tirez !” Une fois qu’il m’a fait confiance, je n’ai eu aucun problème pour tourner à plein régime. Je n’étais pas timide. J’y suis allé et j’ai joué mon jeu. Maintenant, jouer de cette façon est considéré comme excitant. Et c’est amusant à regarder ! Voir certains de ces grands gars prendre le ballon et faire des coast-to-coast, puis voir certains de ces pivots être capables de sortir de la raquette et de tirer à trois points comme Marc Gasol et Anthony Davis, cela donne un style fun au basketball. »

L’ancien joueur des Celtics a d’ailleurs été interrogé sur le fait de savoir s’il y avait des joueurs qui lui ressemblait dans la NBA actuelle. L’ex All-Star a effectivement quelques noms en tête.

« Hmm, je ne sais pas. J’aime Draymond Green et son jeu complet. C’est un meilleur défenseur, mais j’ai probablement été un meilleur tireur à 3pts que lui, mais j’aime vraiment sa façon de jouer. J’aime la polyvalence de Giannis Antetokoumpo, ses bras longs et sa capacité à jouer pour ses coéquipiers. J’aime tous les ailiers qui obtiennent cinq ou six passes par match, les gars qui sont vraiment de bons passeurs. Ce sont ces gars que j’aime vraiment regarder même si nos styles de jeu ne sont pas similaires. Notre point commun se trouve plutôt dans l’état d’esprit et la façon dont nous abordons le jeu. J’aime beaucoup les regarder jouer. »

Enfin, la traditionnelle question quant au meilleur défenseur auquel il a dû faire face a été posée à Walker, et sa réponse ne s’est pas fait attendre.

« Je dirais que c’était les gars avec la longueur, comme Kevin Garnett, Tim Duncan et Rasheed Wallace. Ce genre de gars étaient très difficiles à affronter pour moi. À cause de leur longueur, je n’étais pas vraiment capable de tirer comme je le souhaitais, donc je devais toujours dribbler ou reculer et tirer à 3 points. Mais le gars qui était probablement le plus difficile à affronter était Dennis Rodman. Cela remonte à mes deux premières années dans la ligue. J’ai joué contre Dennis en 1996, 1997 et 1998 pendant les folles années de Chicago et il était solide comme un roc et donc difficile à battre. Ces gars étaient vraiment ceux qui me donnaient du fil à retordre. La longueur était quelque chose qui m’a toujours dérangé. »

Leave a Reply