Giannis Antetokounmpo : “J’aime Khris Middleton à en mourir”

Giannis Antetokounmpo : “J’aime Khris Middleton à en mourir”

Quelques minutes après le titre, lors de la cérémonie, Giannis Antetokounmpo a tenu à remercier en particulier un homme, Khris Middleton. Les deux sont coéquipiers depuis 2013 et ce titre c’est la récompense que longues années de travail.

“J’aime Khris à mort, mec. Je l’aime à en mourir, mec. C’est fou.” Déclare Giannis. “J’ai dit la même chose lors de la cérémonie : il ne réalise pas à quel point il me pousse à être excellent. Il me pousse à être excellent. J’ai eu des gens qui m’ont poussé à être excellent, à être persistant, à être dominant, à continuer à venir bosser et à travailler dur. Il est l’un de ces gars. Vous savez, il n’y a personne dans ce monde avec qui je préférerais faire ce voyage que ce gars-là. Il est là depuis le début. Il est là depuis le jour où nous nous sommes battus pour avoir du temps de jeu. Il me criait dessus quand j’avais 18 ans. Il me criait dessus pour que je passe la balle. Nous nous battions sur le terrain quand nous étions encore des gamins, et désormais nous sommes sur cette scène à le faire ensemble. Nous devons profiter de ce moment. Nous devons partager ce moment. Peut-être que nous n’aurons pas d’autre moment comme celui-ci. Qui sait, nous ne pouvons pas prédire l’avenir. Mais nous devons vivre dans le moment présent, profiter de ce moment. J’espère que Khris en profite avec sa famille. Et il a joué de façon incroyable pendant tous les playoffs. Il nous a menés quand j’étais blessé. Il m’a donné une opportunité de revenir. Mais une fois qu’on aura fini de profiter de ça, on doit se remettre au travail. On doit le refaire. C’est comme ça que Khris et moi fonctionnons.”

Les deux ont connu les galères avec une première saison à 15 victoires. Ils ont gravi les échelons un à un individuellement puis collectivement. Il y a eu des échecs difficiles à encaisser comme l’élimination en 2019 face aux Raptors en finales de conférence et surtout la terrible désillusion de la bulle, qui a laissé planer un doute sur l’avenir de Giannis dans le Wisconsin.

“Ca en valait la peine c’est certain.” Confie Middleton. “Nous nous sommes mis au défi pour progresser. J’ai été borné à certains égards. Mais ce que j’aime, c’est qu’il nous a tous mis au défi. Je pense que d’une certaine façon nous l’avons mis au défi pour nous aider, mais pour l’essentiel, c’est lui qui nous a mis au défi chaque jour d’être des leaders, de nous battre malgré l’adversité, de changer un peu nos jeux. Comme je l’ai dit, ça en valait la peine. Puis c’est facile de jouer avec lui. C’est un gars qui veut bosser, qui veut gagner, c’est tout ce que vous voulez chez un coéquipier. Personne n’est parfait. Tout le monde fait des erreurs. J’ai fait ma part d’erreurs, lui aussi, mais au bout du compte nous essayons toujours de gagner. Tous ceux qui viennent dans ce vestiaire, nous voulons qu’ils bossent, qu’ils jouent ou non, nous voulons essayer de progresser tous, parce que nous savons que la seule façon d’en arriver là c’est en bossant, et en bossant mieux collectivement.”

Puis il y a aussi Mike Budenholzer qui et venu se greffer à ce duo il y a 5 ans. Lui aussi s’est retrouvé sous le feu des critiques et durant la saison régulière il était annoncé être sur un siège éjectable.

J’ai tellement de chance de travailler avec Giannis tous les jours. C’est un homme unique, encore plus incroyable en tant qu’être humain qu’en tant que joueur. J’ai appris tellement de lui, son leadership, le leadership de Khris. Lui et Giannis ont construit ça ensemble et je suis simplement content de pouvoir faire partie de ce qu’ils ont fait. C’est beau. » Mike Budenholzer

Leave a Reply