Qui est le meilleur meneur de la Draft 2017 ? (1/6) : Prélude

Qui est le meilleur meneur de la Draft 2017 ? (1/6) : Prélude

Ils se nomment Markelle Fultz, Lonzo Ball, Dennis Smith Jr, De’Aaron Fox et Frank Ntilikina.

Ce sont les stars de cette classe de draft 2017, voire même les stars de la NBA de demain. Dans quelques jours, il vont pouvoir faire leurs premiers pas dans la grande ligue. Ils sont jeunes, très talentueux, ils évoluent sur le poste le plus important du basket, et ils présentent tous des profils différents. Et ils ont tous atterri dans le top 10. Mais alors, c’est qui le meilleur ?

Au-delà de cette première question centrale, à laquelle on pourrait assez vite répondre en évoquant le nom de Markelle Fultz, c’est bel et bien le jeu des comparaisons entre chacun des différents prospects qui nous intéresse. La conjecture de gros talents s’étant tous montrés à la hauteur des attentes nous offre un échantillon d’étude très rare et réellement extraordinaire. Avoir autant de gros prospects jouant une même position et étant tous des talents calibrés top 10, ce n’est certainement pas quelque chose qui arrive tous les jours. Ca n’arrive même quasiment jamais, à vrai dire, et ça nous offre donc un champ d’étude remarquable. L’occasion est en or, tâchons de la saisir.

Le but ici ne vas pas seulement de déterminer qui est le meilleur, mais quel classement peut-on établir entre ces cinq joueurs ?

L’exercice auquel nous allons nous soumettre ici va donc nous demander un peu de réflexion. Nous avons déjà analysé dans le plus grand détail chacun des cinq meneurs mis en lumière ici, de manière individuelle, mais le but ici étant d’établir un classement, il va falloir à présent confronter toutes ces données rassemblées. Il faut trouver un moyen de prendre toutes ces observations réalisées, d’arriver à les quantifier, de tous les ramener sur la même échelle, et d’essayer de trouver des outils pour comparer tout cela. Pas simple.

Et comme souvent lorsque le monde nous soumet à des problèmes difficiles, nous allons avoir recours aux mathématiques.

L’idée est la suivante : à partir des données et des observations que nous déjà en main, nous allons essayer de construire un modèle mathématiques pour essayer d’exprimer au mieux la réalité du terrain. « Modèle mathématiques » est un gros mot qui n’a pas d’autre signification que celle ci : on va juste quantifier les aspects du jeu et essayer de construire un système de points qui nous permettra de départager nos cinq joueurs.

Pour bien comprendre le travail que nous allons devoir fournir, il convient de modéliser cette recherche philosophique au moyen d’une fonction mathématiques.

Laissez moi vous présenter la fonction suivante : f(x) = 1/x. Ici, x est une variable, c’est à dire que x peut prendre n’importe quelle valeur possible, n’importe laquelle. La fonction f va prendre chacun de ses x et calculer le 1/x. Pour chaque x on aura donc un f(x) différent évidemment.

La caractéristique intéressante de cette fonction c’est sa limite en l’infini. En effet, plus on prend des grandes valeurs pour x, plus f(x) va être proche du 0.

Voyez plutôt : si x = 2 alors f(2) = 1/2 = 0.5. Si x = 10 alors f(10) = 1/10 = 0.1. Si x = 100 alors f(100) = 1/100 = 0.01. Et on remarque assez facilement que 0.5 > 0.1 > 0.01. Rien de plus.

J’aime bien cette analogie entre cette limite et l’évaluation d’un prospect. Si l’on identifie l’axe y = 0 comme la « vérité absolue » si tant est qu’elle existe, et si on identifie x comme la dose de travail que nous devons fournir, la fonction f(x) = 1/x décrit parfaitement notre analyse. En effet plus nous allons aller dans le détail et augmenter notre travail de recherche (donc plus x sera grand) plus notre analyse se rapprochera de la vérité (plus 1/x sera proche de 0).

Capiche ?

Même si vous ne comprenez pas tout ce charabia mathématiques, c’est finalement assez intuitif tout de même. Si vous regardez seulement 1 match de Markelle Fultz par exemple, votre avis sera bien moins pertinent ou dans le vrai que si vous en regardez 10, et plus encore, si vous en regardez 20, 25, voire l’intégralité de sa saison, votre avis sera encore plus fondé. Rien d’illogique.

Là où le comportement de la fonction est intéressant, c’est que justement, les mathématiques nous disent que la fonction n’atteint le zéro qu’en l’infini. Sauf que nous, dans la vrai vie ça n’existe pas l’infini. Dans le basket comme ailleurs. De manière très concrète, il nous est impossible d’atteindre l’infini, puisque par définition, celui ci est infini.

Autrement dit, cela nous donne une belle leçon d’humilité : on n’arrivera jamais à fournir une dose de travail suffisamment grande pour atteindre la vérité. Dans notre analogie, on arrivera jamais à faire prendre à x une valeur suffisamment grande pour toucher ce putain d’axe y = 0 de la « vérité ». Ben merde alors.

Il ne faut pas s’arrêter à ce constat là, cependant. Bien qu’on ne l’atteigne jamais, on peut toutefois se rapprocher le plus possible de cet axe du zéro. Plus on arrivera à faire grandir notre x, plus la marge d’erreur possible sera petite. Et ça, c’est pas rien.

Nous allons comparer le jeu des cinq meneurs de la draft sur une même échelle. Le but va être de quantifier, compartimenter, attribuer des valeurs, et essayer de trouver une bonne formule mathématiques pour en ressortir un total de points indicatif du niveau du joueur.

En bref, on va essayer d’exprimer une réalité basket à travers des variables et des nombres dans l’univers mathématiques.

Bon, assez de tout ce charabia mathématiques. Très concrètement, tout ce qu’on va faire c’est attribuer des points à chacun selon leur niveau, ni plus ni moins.

Guillaume (@GuillaumeBInfos)

 

Rendez vous demain pour le début de la comparaison 

Pour en savoir plus sur chacun des meneurs :

Markelle Fultz

Lonzo Ball

Dennis Smith Jr

De’Aaron Fox

Frank Ntilikina

3 Comments

  1. Petite pensée pour ceux qui attaquent leur dernière année en S! Heureusement pour moi qu'il y ait ces deux dernières lignes d'écrites! ;)

    Sinon, pour bien que je comprenne, il s'agit bien de définir un classement des meilleurs meneurs en prenant en compte la saison dernière? Les saisons précédentes? Et non pas un prono pour estimer celui qui réussira le mieux? :)

    Dans tous les cas, très curieux de voir la suite!!

    1. Bonne remarque effectivement j’aurai du préciser.

      L’idée de l’article m’est venu avant la draft, bien qu’il ne soit concrétiser que maintenant. Du coup, c’est effectivement un classement sur la saison 2016-2017, pour essayer de déterminer qui est intrinsèquement le meilleur joueur.

      Faire des pronostics est trop compliqué, rien que du fait que d’autres facteurs hors-basket peuvent influencer une carrière (le mental, la situation familiale, soucis personnels, entente avec les autres, niveau de confiance, etc). Du coup, on parle juste en terme de basket ici, tenter d’établir un classement du meilleur jusqu’au moins bon basketteur d’entre eux au moment de la draft/avant leur carrière NBA.

Leave a Reply