[Interview] Evan Fournier : « Cela ne me fait ni chaud ni froid »

[Interview] Evan Fournier : « Cela ne me fait ni chaud ni froid »

Après une brillante victoire sur le parquet de Boston (où il inscrit 19 points à 8/19 aux tirs, dont un pour plier le match dans le money time), Evan Fournier s’est confié au micro de Basket Infos. Il revient sur la 1ère partie de saison du Magic, ses performances individuelles, et aborde quelques sujets d’actualité comme le All-Star Game.

Quelle est ta réaction à chaud sur cette victoire ?

C’est une très belle victoire pour nous. On a fait beaucoup de mauvais choix dans le 4e QT. On a presque laissé filer le match, mais on a fait les quelques actions nécessaires pour tuer le match. Offensivement, on avait pourtant des 3 pts ouverts, des layups, mais on n’arrivait tout simplement pas à scorer. Mais eux non plus. On a pu compter sur notre défense. Ça fait du bien de gagner ici, c’est ma 1ère victoire à Boston depuis que je suis en NBA.

[Interview] Joel Embiid : « Je serais peut-être le meilleur joueur en équipe de France »

Vous jouez mieux depuis quelques matches, comment tu l’expliques ? Est-ce que cette victoire peut être un tournant pour le reste de la saison ?

Je ne sais pas si c’est un tournant, je pense juste qu’on joue vraiment dur en ce moment. On ne pense pas au match suivant, ou aux trois prochains matches, ou au All-Star break. On est juste concentré sur le moment présent, se battre dur et je pense que c’est pour cette raison qu’on est bon ces derniers temps. On reste sur un bilan de 2-2 avec un calendrier compliqué contre des grosses équipes (Washington, Minnesota, Cleveland, Boston), donc c’est de bon augure pour la suite.

Vous aviez fait un excellent début de saison, avec 8 victoires en 12 matches, avant de connaître une phase bien plus difficile. A quoi est-ce dû selon toi ?

C’est un mix de plusieurs raisons. Tout d’abord, on a eu une première série de 4 défaites, mais à l’extérieur et contre de bonnes équipes, donc il n’y avait rien de scandaleux jusque-là. Mais quand on est revenu à Orlando, on n’a pas réussi à inverser la tendance et à se remettre dedans. On est resté dans cette spirale négative. Puis les blessures (notamment Jonathan Isaac, Terrence Ross, Aaron Gordon, Evan lui-même) se sont enchaînées, ce qui n’a pas joué en notre faveur.

Quels sont tes objectifs individuels et collectifs pour la 2e partie de saison ?

On va continuer à jouer dur, à se battre, on n’a rien à perdre, on essaye de jouer du mieux qu’on peut, on ne va rien lâcher, on reste pro jusqu’au bout. Pour nous améliorer, il faut qu’on soit plus constant sur 48 minutes. Parfois, on perd un peu le fil pendant 5-6 minutes où on enchaîne les mauvais choix, et c’est à cause de ça qu’on n’arrive pas à enchaîner. Et individuellement, j’essaye de travailler sur tous les compartiments de mon jeu pour continuer ma progression petit à petit.

On vient de dépasser la moitié de la saison, comment juges-tu tes performances jusque-là ?

C’est pas mal, mais c’est dur de s’en satisfaire quand on voit notre classement. Quand on a commencé la saison, on jouait très bien collectivement, on était bien lancé. Mais se retrouver avec le bilan (14-32 après la victoire à Boston) qu’on a aujourd’hui, c’est frustrant. Dans des périodes compliquées comme celle-ci, tu as du mal à te concentrer sur toi-même, faut faire du mieux que tu peux, l’important c’est que je continue à m’améliorer comme joueur d’année en année.

Un avis sur les résultats des votes pour le All-Star Game ? Est-ce que ça fait partie de tes objectifs à moyen terme ?

Ça me semble cohérent dans l’ensemble, je trouve seulement un peu étrange le nouveau mode de fonctionnement avec les capitaines. La liste va être dévoilée sans qu’on sache qui a voté pour qui. C’est clair que chaque joueur a envie de participer au All-Star Game, mais c’est pas en gagnant 15 matches que je vais y aller. Donc faut que je me concentre sur ce que j’ai à faire, et voilà. Je vais en profiter pour me reposer.

Quelle est l’équipe qui te surprend le plus cette saison ?

Je suis agréablement surpris par Indiana, et la façon dont Victor (Oladipo) joue. Il fait vraiment une saison fantastique, personne n’imaginait les Pacers ni Victor évoluer à ce niveau. Je suis vraiment content pour lui parce que c’est un gars que j’apprécie. Et ça montre qu’avec du travail, et avec une belle opportunité dans un bon système, tu peux aller très haut.

Est-ce que tu fais attention aux rumeurs de trade qui circulent (on parle d’un intérêt de Detroit et des Pelicans notamment) ?

Cela ne me fait ni chaud ni froid. Je ne fais pas attention, je me suis déjà fait trader de Denver à Orlando, c’est arrivé du jour au lendemain, alors qu’il n’y avait aucune rumeur. Là il y a des équipes qui s’intéressent à moi, ce n’est pas pour autant que je vais partir, c’est un jeu d’échecs, et en tant que joueur tu ne contrôles rien, donc je fais abstraction de tout ça. Je me concentre sur le terrain.

Concernant la polémique récente sur les arbitres, as-tu l’impression qu’ils sont plus fermés que lors de tes premières années en NBA ?

Ils sont clairement moins ouverts au dialogue. Après on ne peut pas les blâmer, ils ne font que suivre les ordres qui viennent du dessus, ils sont formés maintenant pour clore le débat, donc ils appliquent les consignes à la lettre. On doit se rendre compte qu’au final, les arbitres sont comme nous, ils ont un boss et répondent à leurs supérieurs. Il faut juste changer les règles, et ce sera mieux pour tout le monde.

Propos recueillis par Guillaume Perrin, à Boston

Facebook Comments

Leave a Reply