Il ne sera pas bon être n°1 de draft cette année (Bienvenue dans ce monde)

Il ne sera pas bon être n°1 de draft cette année (Bienvenue dans ce monde)

Je peux vous l’annoncer dès maintenant: dans un an à peu près à cette même période de l’année, on entendra la plupart des fans NBA lâcher un grognement insatisfait lorsqu’on leur parlera du n°1 de draft 2013. Et pour cause, l’attribut “n°1 de draft” est particulièrement évocateur à l’oreille de chacun, suggérant talent surdimensionné, nom à retenir et parfois, future star de la ligue. Or aucun des candidats à la draft de cette saison ne pourra tenir la comparaison face à cette perception. Ce n’est pas leur faute, ils sont ce qu’ils sont. On ne peut pas leur en vouloir si les vrais potentiels n°1 de draft ont fait faux-bond cette fois-ci.

Toutefois, cela n’empêchera pas les spectateurs d’éprouver une certaine déception quand il verront celui qui aura été choisi en première position essayer de déployer son jeu sur les parquets de la grande ligue. Car que ce soit par ignorance (notamment vis-à-vis de ceux qui ne suivent pas la NCAA; rassurez-vous on ne vous en voudra pas) ou par manque de compréhension, ce first pick au rabais sera attendu au tournant comme n’importe quel first pick et donc suspendu au pilori s’il ne s’en montre pas la hauteur. Un sort finalement assez cruel pour un jeune joueur qui aura eu pour seul tort de ne pas avoir eu de meilleur prospect que lui dans sa promotion. Préparez-vous donc à être indulgent envers Ben McLemore, Nerlens Noel ou [insert a prospect’s name].

Peut-être pensez-vous que j’exagère la modestie du niveau des prétendants à la NBA de cette année. Voyez-vous même.

Ben McLemore
Ben McLemore

Le jeune inscrit qui attire le plus de faveur pour cette première place à haute tension est l’athlétique shooteur, Ben McLemore. Le shooting guard de Kansas est effectivement un des plus beaux shooteurs de la NCAA et un élément difficilement égalable sur le plan athlétique. Également très bon défenseur, travailleur et irréprochable en terme d’attitude, il est le genre de joueur dont toutes les équipes ont besoin dans leur cinq majeur. Et petit plus de la maison, son jeune âge et son expérience encore réduite (une seule année universitaire sous le capot après une année sans pouvoir jouer pour raisons d’inéligibilité) laisse penser qu’il peut encore largement progresser.

Sympa mais un peu léger pour en faire un n°1 de draft faisant honneur à ce label. Car au-delà de ses très jolies qualités, McLemore n’est pas à l’heure actuelle calibré pour être la figure de proue d’une équipe. Ses limites dans le maniement de balle et son instinct offensif un peu timoré ne lui permettent pas de se créer sa propre occasion de tir, ni de tirer son équipe dans son sillon -principales vertus qu’on attend de la part de l’ option n°1 et même n°2 de son équipe-. Pour l’instant, il est surtout un joueur un brin passif qui a besoin d’être servi dans les bonnes positions pour scorer.

Aussi peu leader est-il, pas grand monde se bouscule au portillon pour lui faucher cette première place. Nerlens Noel, peut-être. Le bondissant pivot freshman de Kentucky a ravagé plusieurs attaques NCAA par ses contres et sa grosse présence défensive avant de se blesser pour plusieurs mois. Avec ses phénoménales qualités athlétiques, il a un potentiel aguichant mais il a encore pas mal d’étapes à franchir dans son développement. Il doit encore ajouter un bon paquet de muscles à sa charpente pour imposer sa loi en NBA et surtout, son jeu d’attaque se limite actuellement à des paniers tout cuits dans le périmètre proche du cercle.

Enfin, sa force première -sa faculté à “impacter” un match grâce à sa défense intérieure- risque de perdre pas mal de plumes en passant à l’étage supérieur. Là-haut, les règles, les adversaires, la dimension athlétique et la science du jeu sont suffisamment différents pour changer la donne. Et quand bien même il parviendrait à relever ce défi, quel genre de joueur serait-il? Un Marcus Camby bambin? Un JaVale McGee à la tête un peu mieux faite? Larry Sanders en plus ou moins bien? Pas mal mais à des kilomètres d’un first pick. Reste le potentiel, mais bon.

Trey Burke, vraisemblablement le meilleur joueur universitaire de la saison, propose tout un tas de bonnes choses telles que le leadership, une clutch attitude, du playmaking, du shoot, de la création et un excellent équilibre entre le scoring et la passe. Mais il est aussi en déficit permanent sur le plan physique (petit, fluet, rapide mais pas exceptionnellement athlétique), chose qui devrait lui poser énormément de problèmes pour aller au panier. Il lui reste son shoot mais à quel point éliminer la pénétration de son jeu risque-t-il d’affecter son scoring, son efficacité et sa faculté à créer pour autrui? J’oubliais aussi que le leader de Michigan souffrait également beaucoup en défense. Au niveau NCAA.

Parlez-moi du jeune Anthony Bennett et de ses formidables qualités offensives, je vous parlerai de sa baisse de régime en seconde partie de saison, de ses blessures et de ses performances caricaturalement mauvaises en défense. Parlez-moi d’Otto Porter, de son joli all-around game et de son intelligence de jeu, je vous parlerai de son jeu typé “role player” et des quelques doutes sur ses capacités athlétiques, notamment pour ce qui est de la défense. Parlez-moi de Cody Zeller, Shabazz Mohammed et Victor Oladipo et je vous mettrai un truc à la télé pour que vous arrêtiez de m’embêter.

Aucun de ces prétendants n’a l’aura et encore moins la carrure pour supporter l’étiquette de n°1 de draft sous le regard inquisiteur du monde de la sphère orange. Et pourtant l’un d’eux devra la porter, encaisser les toujours immenses attentes et soutenir une grande parties des espoirs d’une franchise à l’agonie qui agrippera son pick doré comme le plus pauvre des hommes s’accroche à un coupon alimentaire trouvé par terre. Bienvenue dans ce monde, First Pick.

 

StillBallin (http://unlimitednba.blogspot.com/)

8 Comments

  1. Très bon article, comme d'habitude. C'est rare que le first pick soit aussi incertain, on dirait presque que personne ne veut en assumer le poids. Je pense quand même que la blessure de Noel a été un tournant, il était en train de mettre tout le monde d'accord. La preuve, il est encore dans la cours pour être #1.

  2. Comment on peut dire que cette draft est nulle ?
    Il faut au moins 2-3 ans pour pouvoir le dire . Peut etre qu il y aura des surprises ?

  3. Kobe n'était pas le First Pick pourtant regarder sa carrière. Bien sur il as pu se forger, faire évoluer son jeu et se mettre a niveau pendant que Le Shaq faisait le travail le jour de match… Damian Lillard n'était pas le #1 cependant on peux espérer pour lui un belle avenir si il continue de travailler.
    Personnellement je ne comprend pas pourquoi ces joueurs fraichement arriver en NCAA a qui l'on dis que la NBA est un autre niveau, un niveau bien au dessus, s'inscrivent dès la première année!!! Regarder Tim Duncan il a terminer ses études, obtenu son diplome pour honorer sa promesse a sa mère tout en essayant d’amener son équipe le plus haut possible et de progresser individuellement, et voilà ce qu'il est devenue; l'un des meilleurs pivot de la Grande Ligue. Pour Joakim Noah c'est la meme chose; une promesse toujours, à ses coéquipiers cette fois la poussé a effectuer 2 années universitaires (je compte ses années en tant que pivot majeur) empiler 2 trophée d'affilée puis et lui aussi il est devenue un pivot majeur de la ligue…
    Alors voilà ma principal question: Quelle est donc l'interet de vouloir rentrer dans la Grande ligue (autre que le prestige) si c'est pour évoluer dans la douleur et les critiques ? Certe cela sera forcément le cas, le travail est obligatoire (Joakim Noah n'est pas devenue se qu'il est dès sa première année), mais pourquoi tout de suite dès la première année?
    P.S.: Le dernier bon First Pick est Derrick Rose non ?

    1. Ouais, Kyrie est une daube. Pareil pour John Wall et Griffin.

  4. C'est sure que cette draft sera moins relevé que celle qui devrait se passer en 2014 mais bon franchement ses dernières années les drafts sont assez bof ! surtout si ont suit l'auteur de l'article , un first pick c'est un franchise player ? ba l'année derniere a part lillard , et davis personne ne se sont réveller hors du commun et surment pas des franchises players. Harrison barnes lui progresse bien et ont peu penser qu'il se fera une carrière .
    donc par comparaison la draft 2013 ne sera pas moins bonne que celle 2012. Un mec comme shabazz muhammad a tout le talent pour parfaitement se déveloopper au fil des années NBA. ET trey burk a le niveau pour devenir une sorte de damian lillard.
    La draft 2011 , apart kyrie irving il n'y a aucun joueur des top picks qui sont déja très coté aujourd'hui.
    Donc la draft 2013 sera forcément du meme type mais pas moins bonne ni moins alléchante pour autant.
    Maintenant c'est sure que la draft 2014 ont l'attend avec impatience .
    Des grand prospects mais honnêtement j'ai l'impression que la NCAA commence de plus en plus a avoir du mal a formé des très grand joueurs. Le fossé entre le niveau ncaa et nba se creuse de plus en plus meme si quand ont regarde les matchs NCAA ont peut constater que l'intensité est la et que les joueurs jouent au max de ce qu'ils peuvent mais la NBA c'est la cours des hommes et tout change.
    Bref les andrew wiggins , jabari parker surtout eux ont les attend car ont en entend parlé depuis longtemps mais sa ne veut pas dire qu'ils seront des franchises players en NBA meme si je l'espere vraiment. Harrison barnes etait a peu près autant coté qu'eux lorsqu'il évoluait encore au lycéé.
    Donc forcément il faut attendre de voir ce que donnera leur année NCAA .
    Mais pour moi la meilleure école sa reste la NBA aujourd'hui.
    Aujourd'hui les joueurs prennent du galons lors de leur deuxième voir 3ième saison nba pour laisser voir des superstars. Donc la conclusion c'est que rien de mieux que d'etre dans un cadre nba pour progresser. Et le cursus NCAA est seulement un petit complément, mais surtout qu'en 1 seule saison ce complément se retrouve très rarement positif ! C'est pour sa que la NBA veut que les joueurs passent au moins 2 ans en NCAA car la après deux ans sa peut porter vraiment ses fruits.
    ET je crois aussi qu'aujourd'hui la NBA s'implique plus dans la formation des joueurs . Et que de très nombreuses franchises prennent vraiment le temps de dévellopper leurs joueurs avant de vraiment les lancer dans le grand bains , du genre dans le 5 majeur. Nan maintenant sa deviens hyper rare qu'un joueur arrive et soit directement dans le 5 dés le premier match ou alors il faut que l'équipe soit vraiment nulle.

  5. Superbe article. Après mais ce n'est que mon avis, la draft 2012 a part Lilliard, Davis sur la fin et Sullinger (même si je ne suis pas impartial) que j'ai trouvé interessant, na rien d'exceptionnelle non plus. Pour celle de 2013, je trouve (grâce à Guillaume et sa vidéo) le profil défensif de Victor Oladipo intéressant tant de part ses contres que part la sangsue qu'il est envers le meilleur attaquant de l'équipe adverse

Leave a Reply