Sa maman disparue il y a 10 ans, les ailes de Jahlil Okafor

Sa maman disparue il y a 10 ans, les ailes de Jahlil Okafor

Il y a un peu plus de 10 ans, Jahlil Okafor perdait sa mère. Âgé de 9 ans à l’époque, le désormais potentiel n°1 de la draft s’en souvient comme si c’était hier, du haut de son imposant 2,11m. Autour de ses trois frères et sœurs il pense d’abord, avec toute l’innocence d’un gamin de son âge, qu’elle joue lorsqu’elle commence à avoir des difficultés à respirer. Mais Dacresha Benton, 29 ans, meurt d’un collapsus pulmonaire.

Mes ailes, c’est ma mère qui a disparue. Avant chaque match, je lui parle et cela me donne confiance en moi. Elle est mon ange.

Il déménage alors de l’Arkansas pour vivre avec son père à Chicago. Alors qu’il n’a que 13 ans, l’université DePaul lui propose déjà une bourse. Désormais, c’est avec un footwork et un jeu au poste bas ultra-léchés (et pas seulement pour ses mains gigantesques !) qu’il s’est attiré les faveurs des Lakers après son titre avec Duke lors de sa seule et unique saison universitaire. Sa défense et son pourcentage aux lancers-francs (51% la saison dernière) sont néanmoins souvent remis en cause.

Je m’améliore des deux côtés du terrain. Ma défense attire les critiques mais nous avons remporté le titre à Duke, elle n’était donc pas si mauvaise. Ma façon de défendre allait à Coach K. Je ne veux pas dire que je devrais être pris devant quelqu’un. Je veux simplement dire pourquoi je devrais être choisi par n’importe quelle équipe. Je veux juste gagner. J’ai toujours été un winner. Je n’ai jamais été le genre de gars à dire prenez-moi avant lui.

via Star Tribune

Leave a Reply