Gordon Hayward : “Toutes les incertitudes ont disparu”

Gordon Hayward : “Toutes les incertitudes ont disparu”

Depuis son arrivée à Boston il y a de ça deux ans, la vie sportive de Gordon Hayward n’a pas été facile. Blessé après cinq petites minutes de jeu pour sa première avec le maillot vert, il n’est retourné sur les terrains que l’année suivante et il n’a pas réussi à retrouver son niveau de jeu, ne marquant que 11,5 points par match. Mais après une saison entière à galérer, Hayward se sent enfin prêt.

“J’ai le sentiment que mon jeu s’est lentement amélioré tout au long de l’année dernière. Le fait d’avoir un été entier pour me préparer à la saison suivante m’excite. L’année dernière, j’avais un rôle un peu différent de celui que j’avais à Utah. C’est compréhensible, ce n’est pas la même équipe, pas le même coach, pas le même système ni le même style de jeu.C’était prévisible que, pour ma première année à Boston, blessure ou non, il allait y avoir une période d’ajustement. C’est ce qui se passe quand vous changez d’équipe.” Gordon Hayward.

Selon l’ailier de 29 ans, la plus grosse différence se situe au niveau du mental.

“Je ne savais pas trop à quoi m’attendre au début de la saison dernière parce que je revenais de blessure. Physiquement, je me sentais bien, mais je n’avais pas vraiment joué donc je pense que j’espérais juste bien me sentir, au fond je n’en savais rien. C’est la plus grosse différence entre cette année et l’année dernière, au cours de laquelle j’ai passé beaucoup de temps à réfléchir à propos de différentes choses. J’espérais que tout allait bien se passer, que j’allais être performant… Tout simplement parce que je n’ai pas eu l’occasion de m’entrainer. Cette fois, j’ai pu m’entrainer tout l’été et je sais que mon corps est en forme, à 100%. Je connais aussi bien mieux les gars de l’équipe. Toutes les incertitudes ont disparu. C’est la plus grosse différence.” Gordon Hayward.

Pourtant, même si Hayward dit mieux connaître ses coéquipiers, il y a eu de nombreux changements au sein de l’équipe, avec notamment les départs de Al Horford et Kyrie Irving et l’arrivée de Kemba Walker.

“Kemba est un game-changer. Il est plus rapide que la plupart des gars en NBA et trouve les ouvertures à sa manière. Ça ouvre des espaces pour moi, donc je suis excité de jouer avec lui cette année. J’ai toujours eu une bonne relation avec Kemba, qui remonte à nos premières saisons en NBA. Nous avons toujours été proches l’un de l’autre. Nous avons partagé le terrain au Rising Star et au All-Star Game. Nous avons aussi joué l’un contre l’autre et il y a eu de belles batailles. C’est aussi marrant de voir que la NBA est un cycle. Il y a quelques années, je suis allé à Charlotte en tant que Restricted Free Agent et j’ai signé un contrat. J’aurais joué là-bas, avec Kemba, si le Jazz n’avait pas matché l’offre.” Gordon Hayward.

L’ailier retrouvera aussi Enes Kanter, avec qui il a joué à Utah.

“Enes est quelqu’un qui va apporter de l’énergie. Il a tout les moves qu’il faut au poste et c’est assez rare maintenant pour les intérieurs d’avoir ce genre de qualités. Au niveau des rebonds offensifs, je pense que c’est un des meilleurs de la NBA. Lors des dernières années, il a également appris à très bien jouer sur pick-and-roll et il a un très bon sens du jeu. Les fans vont l’adorer j’en suis sûr, c’est toujours le cas.” Gordon Hayward.

L’ancien du Jazz n’a pas non plus oublié Vincent Poirier, le pivot français, pour qui il a eu quelques mots.

“J’aime les autres additions que nous avons faites. Les jeunes ont l’air bons. Nous avons signé Vincent Poirier et je crois qu’il était un peu sous les radars. Il y a beaucoup de profondeur dans cet effectif et avec les plus jeunes comme Jaylen Brown et Jayson Tatum, qui vont avoir un an d’expérience en plus, j’aime où l’on va.” Gordon Hayward.

Via GordonHayward20.

Voyage : Deux affiches NBA de rêve à Boston !

Leave a Reply