Giannis Antetokounmpo : « Si je ne connaissais pas mes faiblesses, je serais terrifié à l’idée de défendre sur moi »

Giannis Antetokounmpo : « Si je ne connaissais pas mes faiblesses, je serais terrifié à l’idée de défendre sur moi »

Dans une interview avec Maria Taylor pour ESPN à l’occasion de Noël – avant le match perdu de Milwaukee à Philadelphie et sa difficile soiréeGiannis Antetokounmpo avait justement discuter gestion de l’échec.

« – Comment gères-tu l’échec ? Comment tu gères le fait de ne pas avoir été en Finales la saison dernière ?

– Ça m’énerve. Parfois je me mets beaucoup de pression, je sais qu’il y a beaucoup de pression en tant qu’athlète, mais personne ne peut me mettre plus de pression que moi-même. Je veux être meilleur. Et être meilleur cette année ça veut dire aller en Finales. Mais je ne peux pas penser aux Finales. Je dois penser au prochain match, à demain, à ce que je fais maintenant. Comment je peux progresser maintenant, comment je peux progresser individuellement afin d’aider mon équipe à s’améliorer. Donc, échouer m’énerve mais j’apprends grâce à lui. »

Des échecs qui n’entament jamais trop son amour du jeu et sa joie d’être sur le terrain.

« Le basket c’est dur. C’est fun, mais c’est dur. Il y a des hauts et des bas mais tu ne peux jamais perdre cette joie de jouer. Tu dois arriver avec le sourire, repartir avec le sourire. Aider tes coéquipiers à progresser, toujours apporter une énergie positive quand tu es avec eux. Mais quand tu gagnes, c’est facile. C’est plus facile à faire quand tu gagnes 15 matchs d’affilée que lorsque tu es sur une série de 5 défaites. Mais ça dépasse le basket, j’essaie d’être régulier dans mes émotions. » Giannis Antetokounmpo

MVP en titre, Antetokounmpo tourne cette saison à 30.5 points à 55.4% (32.7% à 3-points, 52/159), 12.9 rebonds, 5.7 passes, 1.3 interception et 1.2 contre par match en 31 rencontres et 31.1 minutes de moyenne par match. Taylor lui a demandé ce que cela pourrait donner s’il devait être amené à défendre… sur lui-même :

« Très bonne question, difficile aussi. Je connais mes faiblesses. Si je ne les connaissais pas, je serais terrifié. J’aurais vraiment peur d’être face à un gars qui ne s’arrête pas s’il rate un tir, qui est à l’aise avec le fait de shooter à 3-points maintenant, qui peut driver à gauche et à droite, qui peut passer, qui est costaud… Je n’essaie pas de me lancer des fleurs, j’essaie juste de trouver des moyens de défendre sur moi. Je chercherais sûrement à provoquer la faute offensive, de me ralentir, de jouer très physique toute la soirée. » Giannis Antetokounmpo

Leave a Reply