Omari Spellman tire la sonnette d’alarme

Omari Spellman tire la sonnette d’alarme

Après un petit mieux il y a quelques semaines, les Warriors sont à nouveau dans le dur. Leur défaite de cette nuit face aux Grizzlies (122 à 102) est la huitième consécutive et le retour de D’Angelo Russell n’a rien changé au résultat final. De quoi faire râler Omari Spellman.

“Il n’y avait pas d’intensité, rien. On était juste sur le terrain et on courrait. C’est tout. Il y a des joueurs NBA en face, donc ils nous ont tapé dessus, c’est tout.” Omari Spellman.

La domination des Grizzlies s’est effectivement vue dans tous les secteurs de jeu. Au rebond (60 à 47 pour les Grizzlies), au niveau des pertes de balles (les Warriors ont rendu 22 fois la possession à leurs adversaires), mais aussi au niveau de l’apport du banc (les remplaçants des Grizzlies ont marqué 47 points, contre 32 pour les Warriors). Jonas Valanciunas en a particulièrement profité, avec 31 points et 19 rebonds. Et le tout à 13/17 aux tirs.

“Il a semblé dominateur, peu importe qui était en face de lui. C’est un gars qui est fort, puissant. Un pivot à l’ancienne. Et il peut aussi sortir de la raquette pour mettre des trois-points.” Steve Kerr, le coach des Warriors.

“Nous n’avons pas joué dur. Oui, il est plus grand que nous, mais quand on ne joue pas dur et qu’on est juste planté là sur le terrain, ce genre de choses arrive. L’ambiance dans le vestiaire n’était pas la meilleure que j’ai vue. On doit trouver un moyen de retrouver cette lumière qu’on avait, quand ce sera le cas, tout ira mieux.” Omari Spellman.

Les Warriors ont maintenant un bilan de 9 victoires pour 32 défaites. Et ça fait mal quand, comme eux, on est habitué à tutoyer les sommets depuis des années.

“C’est une première moitié de saison compliquée, mais il y a encore plein de raison de se donner à fond. On joue pour notre futur. Individuellement et collectivement. Les gars comprennent ça, et on doit trouver une bonne base pour commencer la deuxième partie de saison et essayer de récupérer un bon momentum.” Steve Kerr.

Au moins, Kerr sait que Steph Curry et Klay Thompson attendent bien au chaud de revenir pour à nouveau rouler sur tout le monde l’année prochaine. *

Via NBC Area

[Dernière chance] Voyage NBA : Assistez à deux affiches de rêve à Boston !

Leave a Reply